L'affaire M Zecler impose une reforme de la justice

Sans vidéo et sans leur diffusion sur les réseaux sociaux M Zecler n'aurait pas pu se défendre face à l'arbitraire. M Caccomo dans son livre "le rescapé de l'âme" ne fait pas état état d'autre chose . Toute conspiration de personnes ayant une grande autorité dans leur domaine, entraine une mafia délétère pour toute civilisation ou communauté sans un contre pouvoir: Il faut le créer.

Dans son témoignage M Zecler fait état de plusieurs faits qui me choquent: Il s'agit de la passivité des policiers et, des autorités qui ont vu toutes les vidéos de cette affaire, mais surtout des 6 jours d'ITT obtenu à l'hôpital où,  si j'ai bien compris, il a été amené par des policiers.

Il y a une instrumentalisation d'un service de santé et donc d'un médecin. Ce dernier a agi, de fait,  en complice  de la violence policière en sous-estimant  manifestement les conséquences médico-légales des lésions qu'il se devait de constater.  M Zecler est à 180 jours d'ITT  dans le reportage. Donc la sous estimation est incontestable et sauf à le prendre pour un incompétent absolu ce qui n'est pas possible compte tenu des diplômes qu'il doit avoir: l'acte est volontaire. Il a pris une position partiale. Pour ma part, j'assimile cette situation au même niveau de gravité qu'un faux procès verbal; c'est à dire un faux en écriture public passible de 10 années prison.  
L'autre aspect est les  retards dans l'application de l'article 40 du code de procédure pénale. Ce n'est pas mon sujet aujourd'hui.

L'agression de M Zecler  et la complicité de l'autorité médicale me fait penser à l'internement à la demande d'un tiers qui s'est révélé illégal qu'a subi un  homme, Dans ces 2 affaires  je  constate, au travers du livre de M Caccomo, qu'aucune des garanties unanimement reconnues  comme indispensables à tout individu  dans notre pays n'ont pas fonctionnées. Le magistrat qui a permis le  maintien de cette personne dans une situation de torture mentale en ne respectant pas les droits  de la personne internée, et  qu'il serait en lien avec la partie qui avait demandé l'internement; fait penser pour le moins  à un conflit d'intérêt par le magistrat voir une complicité de crime. 

Le rapport médical  du Dr Billet prouvant la bonne santé mentale retrouvée  de la personne après qu'il l'ai sevré des traitements antérieurs,  jette un très fort doute de la finalité d'un internement dans un  hôpital psychiatrique où la santé de la personne ne s'est que dégradée sur une durée de plus de 2 ans .

Rien dans cette affaire comme celle de M Zecler ne pouvait les sauver d'une machination rendue possible par la complicité passive ou/et active de quelques-uns dont des personnes ayant autorité.  

Il y aura toujours des personnes malveillantes, et dont l'égo est disproportionné.

Dès lors les contre-pouvoir s'imposent pour éviter de telles dérives. 

La machination  contre M Zecler  est révélée de façon flagrante et très rapidement :  tant mieux pour lui; Les conséquences bien que très graves pour sa personne, ne pourront avoir de conséquence à l'échelle du pays.

Pourquoi celle qui touche l'université de  Perpignan n'est t'elle pas plus connue?
Est-ce parce qu'elle met en cause un avocat qui est commis d'office pour une des parties mais est rémunérée par l'autre partie dans une ou plusieurs autres affaires.....?
Est-ce par ce que l'ordre des médecins ne serait  au courant de rien sur ce qui se  passe  à l'hôpital de Thuir?
Est par ce qu'un élu est statutairement lié à l'université présente sur son territoire?
Est-ce par ce qu'elle n'a pas fait le buzz sur les réseaux sociaux?.

Dans ces deux affaires aucune  possibilité de saisi de la justice   par des moyens indépendants des pouvoir en place, et notamment des procureurs qui sont, je l'espère  dans leur très grandes majorité des serviteurs de la nation française par le gouvernement Français, n'a été possible.

Quand un magistrat, quelque soit sa fonction,  fait un  jugement inique, il n'est pas normal qu'il ne puisse pas être sanctionné voir radié de la fonction publique d'autant plus s'il y a  conflit d'intérêt. 

On peut citer quelques exemples

Refuser de rouvrir des dossiers de pédophilie classés sans suite par un procureur lui même condamné,  après coup,  pour détention d'images pédo pornographique. N'est ce pas un fait nouveau  de nature à remettre en cause l'honorabilité de la justice, de la décision rendue et la confiance de toute la population française?

Dans une affaire de diffamation , où les faits  à l'origine de la dénonciation sont reconnues comme vraies par toutes les parties en causes devant le tribunal d'instance, le tract émis pas le syndicat impliqué n'est pas reconnu constitutif de diffamation, mais qu'un blogueur l'ai mis sur son blog a été constitutif d'une diffamation  tout cela  au cours de la même audience. Le syndicat n'a pas eu à payer de dommage et intérêt,  le blogueur  lui  à du payer 1 € de dommage et intérêt mais surtout il fut  le seul  dans cette affaire à être  condamné à 1500€ de frais de justice! N'est-ce pas inique?

Le défenseur des droits pourrait être une voie de recours face à des jugements manifestement inique.

Un RIC pourrait être un moyen d'avoir une justice plus au service du peuple qu'au service d'une mafia de plus en plus délétère pour le pays.

Parmi les sanctions possibles et il me paraitrait  salutaire de :

interdire et annuler sans délai tout mandat électif à vie
perdre toute fonction et tout revenu direct et indirect de la fonction publique
perdre  tout revenu issu des fonctions ou type de mandat ayant été  utilisés à des fins contraire à l’intérêt publique.
perdre l’usage du passeport français.

Ils pourront toujours se rendre utile aux gens du peuple.

L’indignité nationale  n’est rien si,  dans un monde ouvert,  tout est possible depuis l’extérieur de la France pour des prétendus  français.

 

M Zecler, la personne martyrisée à laquelle je pense et,  le peuple français méritent mieux que le triste cinéma en cours; d'ailleurs ils sont fermés! Fermez le ban.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.