TERRE MAJEURE
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2022

Le Label Bio Equitable en France pèse 17% du commerce équitable français

Lancé il y a seulement 2 ans, le label Bio Équitable en France soutient 5.000 fermes paysannes fédérées en 34 groupements. L’association, piloté majoritairement par les producteurs, couvre une centaine de filières.

TERRE MAJEURE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Association Bio Equitable en France

Lancé il y a seulement 2 ans en mai 2020, le label Bio Équitable en France poursuit son développement. Il représente déjà 17 % des ventes de produits équitables origine France. Le chiffre d'affaires des produits vendus en 2021 s’élève à 121 millions d’euros avec des ventes qui ont décollé en milieu d’année, laissant entrevoir de très belles perspectives pour 2022. Le label se donne pour objectif une croissance proche de 30% pour les deux prochaines années.

L’association Bio Équitable en France soutient 5.000 fermes paysannes fédérées en 34 groupements et 46 entreprises de la bio dans toute la France.

Plus de 360 produits labellisés Bio Équitable en France sont actuellement disponibles dans les magasins spécialisés tels que Biocoop et en grande distribution. Ils représentent 23% de l’ensemble des références labellisées commerce équitable origine France. L’objectif est d’atteindre 530 produits fin 2022 et 660 en 2023.

Les produits se retrouvent dans tous les rayons puisque: fruits, légumes, céréales, légumineuses, plantes aromatiques et médicinales, lait de chèvre, de brebis et de vache, viande bovine, ovine, porcine, volailles et œufs.

L’association Bio Équitable en France œuvre pour une agriculture bio et paysanne dont les produits sont 100% origine France et issus de relations commerciales durables. Il propose un modèle reposant sur un triple engagement de prix/volume/durée sur 3 ans minimum, contractualisé par l’ensemble des acteurs de la filière. Il offre une garantie de transparence de la ferme jusqu’aux consommateurs. Le respect des critères du cahier des charges du label sont scrupuleusement vérifiés par des organismes de contrôles indépendants.

L’association Bio équitable en France apporte des garanties bien au-delà de la réglementation définie par la loi sur le commerce équitable. Son cahier des charges exigeant se distingue des autres démarches de labels existants.

Parmi les dernières tendances observées

De plus en plus de groupements de producteurs développent leur propre marque pour maîtriser la commercialisation et mieux rémunérer leurs membres. Parmi eux, Cabso, Uni-Vert, CORAB ou encore Les Fermes de Chassagne. Ce dernier groupement est un exemple remarquable. Il rassemble 20 agriculteurs charentais qui se sont dénommés eux-mêmes ”agrobiologistes”. Il s’est spécialisé dans la transformation et la commercialisation de légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots rouges, etc…), de farines (blé, épeautre, engrain, sarrasin) et d’huile de tournesol. Ses produits sont particulièrement appréciés régionalement. Le succès l’amène aujourd’hui à construire un nouvel atelier de transformation.

Autre tendance singulière, l’émergence de “startups de la bio” telles que Base Organic Food, une jeune entreprise dynamique et solidaire créée par Charif Benabderrahmane basée à Montbartier près de Montauban. Base Organic Food est spécialisée dans la production de fruits secs, graines et céréales bio et équitables, classée parmi les champions de la croissance française en 2022, tous secteurs confondus !

CHANGER LE CLIMAT DE VOTRE ASSIETTE AVEC LE LABEL BIO ÉQUITABLE EN FRANCE !

Le contexte actuel (envolée des prix, de l’énergie et des coûts de productions...) ne cesse de mettre à mal nos producteurs et notre patrimoine agricole. Le dernier rapport du GIEC est très
préoccupant quant à l’impact du changement climatique. De son côté, le WWF nous alerte régulièrement, dans son rapport Planète Vivante, sur la perte dramatique de biodiversité.

Les membres du label Bio Équitable en France et les consommateurs par leur acte d’achat participent à la transition écologique et la justice sociale partout en France avec 5 impacts majeurs :

  • La juste rémunération des producteurs-ices : des prix basés sur les coûts de production et non sur les aléas du marché, leur permettant d'atteindre un revenu décent.
  • Des pratiques sociales responsables pour tous : des emplois pérennes, la santé et la sécurité au travail, l’égalité hommes-femmes, la formation des salariés, des conditions de travail dignes pour les
  • Le soutien au développement local : le versement aux groupements de producteurs d’un fonds supplémentaire au prix, destiné au financement de projets collectifs (formations, essais culturaux, encadrement technique).
  • La mise en place de pratiques agroécologiques dans les fermes : des méthodes culturales et d’élevage résilientes qui préservent la biodiversité et permettent de s'adapter au changement climatique (polyculture élevage, prairies permanentes, haies, variétés anciennes, etc)..
  • Le respect du vivant et du bien-être animal : des actions qui vont au-delà du cahier des charges de l’agriculture biologique, pour améliorer la fertilité des sols s’accorder avec la nature, respecter les animaux.

Selon le résultat de l'étude Basic - septembre 2021 qui a développé conjointement avec Greenpeace et le WWF une méthodologie innovante qui permet d’évaluer les impacts sociaux, économiques et environnementaux des labels dans le domaine alimentaire, la démarche Bio Équitable en France obtient une des meilleures évaluations (voir les résultats de l’étude ici en page 16).

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale