Théo Mercadier
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2014

Théo Mercadier
Abonné·e de Mediapart

La spiruline à Madagascar : effets et attentes

Théo Mercadier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La spiruline et Esperanza : un duo prometteur

              Début août 2014, le premier coup de pelle des travaux de mise en place d’une culture de spiruline a été donné à Antsirabe, la deuxième grande ville Malgache, au sud de la capitale. Cette algue verte, cultivée en bassins, possède des propriétés nutritives étonnantes. Dans le cadre du projet Fanantenana (« Espérance » en malgache) l’association française Esperanza a donc décidé de cultiver elle-même cette algue avec l’aide des Filles du Cœur de Marie de Nazaretakely, une communauté religieuse locale. Retour sur les acteurs et les raisons de la mise en place de ce projet prometteur.

La spiruline, qu’est-ce que c’est ?

              C’est dans une gravure aztèque datant du 14ème siècle que l’on trouve la première référence historique à la spiruline. Ils appréciaient cette algue, facilement reconnaissable à sa couleur bleu-vert, en raison de ses multiples propriétés médicinales et nutritives. La spiruline a par la suite été cultivée, à partir des années 1970, par des pays en voie de développement comme la Chine ou l’Afrique du Sud. Incroyablement riche en protéines (60 à 70%, soit trois fois plus que la viande de bœuf) et en vitamines, facile et rapide à cultiver, cette algue se pose ainsi comme un complément alimentaire efficace et bon marché.

              La spiruline se cultive dans des bacs remplis d’eau et nécessite donc la mise en place d’infrastructures adéquates mais peu coûteuses. Une fois ces bacs construits et fonctionnels, la culture est facile et les rendements colossaux. Ainsi sur une période d’un an, une surface de culture relativement modeste (300m²) peut rendre annuellement une production d’environ une demi-tonne ! En effet la spiruline a une période de croissance exceptionnellement rapide, de l’ordre de 100% en 24h ! Une fois déshydratée, elle est directement prête à la consommation, à la  commercialisation ou au conditionnement sous différentes formes (crèmes, yaourts, bonbons, …).

Une aubaine pour les ONG

              C’est sans surprise que les différentes ONG tournées vers l’aide alimentaire se sont vivement intéressées à cette algue aux propriétés étonnantes. En effet nombreuses sont les personnes souffrant de carences alimentaires dans les pays en voie de développement comme Madagascar et dont le riz reste au quotidien la principale source d’alimentation. L’introduction de spiruline dans leur régime alimentaire permet à elle-seule d’assurer la quasi-totalité de l'apport journalier en protéines, vitamines, sels minéraux, fer et autres condiments habituellement absents de leur alimentation mais indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Aussi sa production simple et rapide, qui peut être organisée localement, permet de mettre en place une autonomie alimentaire et financière pour les centres nutritionnels, mais aussi de dynamiser l’économie régionale en embauchant les principaux concernés.

              Lors d’une entrevue avec le docteur Vohangy, qui gère avec son mari un centre médical au centre d’Antsirabe et qui fait ici référence sur la question de la nutrition, celle-ci m’a confirmé les différents bienfaits de la spiruline. « Un enfant souffrant de malnutrition aigüe peut être « récupéré » après avoir suivi une cure d’un mois et demi ». L’introduction de 2 ou 3 ou grammes (selon le poids de l’enfant à raison d’1g/10kg) de spiruline par jour dans les repas permet ainsi à elle-seule de réaliser à moindre coût ce qu’on peut véritablement appeler un sauvetage nutritionnel.

              En effet la malnutrition touche durement la partie défavorisée de la population de Madagascar, qui mange très peu de viande du fait des coûts que cela représente. Le docteur Vohangy effectue chaque semaine et bénévolement des visites dans les centres de certaines congrégations religieuses de la région afin de leur apporter son aide et des conseils sur le plan nutritionnel. Elle me confie que c’est lors de ces consultations qu’elle rencontre le plus de « cas de marasme chez les enfants, qui sont des cas de carence générale ».

              Une partie importante du travail réside dans l’éducation des parents afin de les convaincre des bienfaits de la spiruline et de la nécessité d’en donner à leurs enfants. En effet il existe certains cas où les enfants présentent des effets secondaires (diarrhées, maux de ventres, …) suite à la prise de spiruline et, même si ces cas représentent une infime partie des enfants traités, ils suffisent à rendre sceptiques certains parents. Afin d’éviter de tels effets secondaires, il convient de commencer la cure avec de faibles doses, puis de les augmenter progressivement à mesure que le corps de l’enfant s’habitue à la modification de son régime alimentaire. Si l’on fait abstraction de ces cas isolés, les parents se rendent rapidement compte des bienfaits de ce régime qui redonne de la vigueur à leurs enfants pour un prix symbolique.

Une algue attendue

              Au cours de mon reportage et des différentes visites que j’ai réalisées dans une partie des centres alimentaires de l’association Esperanza, j’ai pu constater que les attentes envers la spiruline étaient grandes. En effet les personnes responsables de la confection des repas ou de la santé des enfants dans ces centres semblent accueillir très favorablement l’introduction du complément alimentaire dans leur alimentation. Pour ces centres, le fait de mettre en place une alimentation équilibrée leur permet par exemple d’améliorer la concentration des enfants lors des cours, mais aussi de leur assurer un apport journalier en vitamines et protéines pas nécessairement garanti par les repas pris en famille en dehors du centre.

              Mais la culture de spiruline par les congrégations religieuses offre également des opportunités économiques non négligeables. Ainsi la part de récolte qui ne sera pas consommée par les centres pourra être commercialisée. L’algue est en effet très demandée par l’industrie pharmaceutique et cosmétique du fait de ses effets positifs sur le cholestérol, la peau, etc … On rapporte même des cas de guérison complète de cancers ! Toujours est-il que la commercialisation de ce surplus permettra aux centres nutritionnels et scolaires de financer certains de leurs projets laissés en jachère, faute de financement. Sœur Eliane, de la communauté de Nazaretakely, me confie ainsi qu’elle compte sur ces revenus supplémentaires pour réhabiliter les locaux de son centre afin d’en faire un collège digne de ce nom. Christian Randrianasolo quant à lui, dans le cadre de sa Maison de la Nutrition, a pour projet de conditionner la spiruline en yaourts et pâtes de fruit afin de démocratiser sa consommation, embauchant au passage, pour leur production, les mères des enfants accueillis.

              La spiruline apparaît donc à Antsirabe comme un élément à la fois moteur et salvateur. Redoutablement efficace dans la lutte contre la malnutrition, facile et rapide à cultiver, peu coûteuse, bénéfique pour la santé, la spiruline nourrit tous les fantasmes. Seul son goût amer entache peut-être, un peu, ce rayonnant tableau. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac