Gérald Darma, Nain de la politique et ministre d'une police exécutante

Le sinistre de l'intérieur, comme aurait dit feu Coluche, se lâche et abandonne toute retenue. Non content de singer Sarkozy il en rajoute dans les pitreries qui le décrédibilisent et une fois le rouge de la honte parti il peut prendre la couleur Marine, ce bleu qui va aussi si bien aux forces de police. ...

...

Lui qui n'a que la bave de la sauvagerie à la commissure des babines ferait mieux de réfléchir un peu.

Pour plagier Levi-Strauss je dirais que le sauvage c'est celui qui croit en l'ensauvagement.
L’imbécillité n'ayant pas de limite le voilà qui découvre les rayons halal et casher qui semblent le gêner. Qui aura le courage de lui expliquer qu'il y a aussi des rayons végétariens, des rayons viande, légumes, fromage...!
Pour plagier Audiard le voilà maintenant qui ose porter plainte contre un blog de Mediapart pour diffamation publique envers la police nationale.
Parlons-en.

C'est la décision du Ministre de l'Intérieur de porter plainte contre un blog hébergé par Médiapart qui me donne envie de réagir ici.

L'exécuteur de Samuel Paty celui qui a lâchement assassiné, au nom d'une inculture crasse de sa religion, un enseignant qui voulait simplement éveiller les consciences, devait-il être à son tour exécuté de la sorte ?

J'aurais tellement aimé que la justice puisse être rendue, que l'on puisse l'interroger, essayer de comprendre ce qui l'a motivé, de quelles complicités il a bénéficié, qui l'a embrigadé, qui armé sa main.

Mais malheureusement tout cela ne sera pas possible car ce criminel a été plombé par les membres de la BAC qui sont intervenus.

Tout à l'émotion de ce meurtre infâme, je parle de celui de Samuel Paty, on a laissé de côté les conditions qui ont conduit à une mort assurément évitable.

Il ne semble pas qu'il y ait eu de légitime défense de la part des policiers de la BAC qui étaient de plus à une bonne distance.

Est-il possible que des policiers aguerris aient confondu un pistolet Airsoft avec un vrai, on était en plein jour, pour peu que ces pistolets aient été mis en œuvre, ce qui n'a été précisé nulle part ?

Tout comme il n'a jamais été dit qu'il avait tiré en direction des policiers, sachant qu'un pistolet de ce type est alors impossible à confondre car ne faisant pas du tout le même bruit.

Bref, de quelque façon que l'on prenne le problème qu'est-ce qui a pu obliger les policiers à mettre dix balles dans le corps de ce meurtrier ?

N'y avait-il pas moyen de le neutraliser de façon non létale ?

Qu'elles semblent mal formées ces brigades qui utilisent les LBD contre des manifestants sans danger, avec trop de mutilations à la clé, et qui criblent de balles un homme armé d'un seul couteau et de deux pistolets Airsoft (ce qui reste à avérer).

Cela pose beaucoup de questions ?

Est-il interdit de se demander s'ils ne se sont pas substitués à la justice ?

Est-il interdit de se demander s'ils n'ont pas été débordés par leurs émotions ?

A-t-on le droit aussi, débordés par nos émotions de penser que se féliciter de cette exécution, de cette façon, dans ces circonstances, c'est applaudir une barbarie ?

Apparemment non puisque tout occupé à justifier tous les débordements de certains policiers qui n'ont plus de républicains que le nom, en attendant de couvrir des exactions à venir s'il continue à tout leur pardonner notre pastille Vichy préfère porter plainte contre un blog hébergé ici après avoir dénoncé les rayons halal ou cashers.

Jusqu'à quel bas-fond entrainera-t-il sa fonction et les hommes qu'il dirige ?

Les agissements de quelques policiers d'une BAC donnent un début de réponse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.