Votons pour une région qui se soucie des jeunes et de notre avenir.

La droite extrême est en passe de l’emporter de nouveau en Auvergne-Rhône-Alpes, malgré un bilan social et environnemental catastrophique du président sortant. Ce dimanche, mobilisons-nous et appelons à voter pour une région qui se soucie des jeunes et de notre avenir.

Depuis plus d’un an, la crise du COVID-19 exacerbe les inégalités de toutes parts au sein de notre société. Elle a mis en lumière d’une manière sans précédent notre vulnérabilité, à nous, les jeunes, qui avons subi les lourdes conséquences de cette crise : décrochage, santé mentale détériorée, lien social rompu, précarité économique et numérique.

Mais au-delà de cette crise, c’est depuis de nombreuses années que nous ne sommes que trop insuffisamment pris en compte par les pouvoirs publics. Avant la crise sanitaire, une personne en situation d’études sur cinq vivait déjà sous le seuil de pauvreté. Les personnes de moins de 29 ans sont les plus touchées par le chômage et le coût de la vie étudiante ne cesse d’augmenter année après année, tandis que des solutions déjà en place, comme le RSA, restent fermées pour les personnes de moins de 25 ans. Une anomalie pour un pays comme la France. 

Aujourd’hui, la détresse des jeunes face à leurs finances, leurs études et leur avenir, qui semblait pourtant avoir secoué les médias et le pays tout entier il y a quelques mois à peine, ne suscite plus aucunement l’attention. Pire, le dérèglement climatique, qui conditionne inévitablement l’existence-même d’un avenir pour nous, la génération climat, ne semble pas pour autant préoccuper nos dirigeants.

Alors que le GIEC vient de proposer à la publication un rapport catastrophique sur la situation climatique actuelle, appelant à changer notre destin par des mesures immédiates et drastiques, nombre de politiques et de médias préfèrent bâillonner les débats publics en répandant des idées stériles de repli sur soi, de rejet de l’autre et d’incitation à la haine. 

Nous sommes la génération qui prend en pleine face les effets du dérèglement climatique. Nous sommes les adultes de demain qui devront cohabiter avec une nature abîmée, une biodiversité décadente ; une catastrophe environnementale planétaire quasi irréversible. Nous avons dix ans pour agir. Seulement dix ans pour que nous puissions, nous et les générations suivantes, espérer vivre dans un environnement convenable.

Face au dérèglement climatique, nous étions là, dans la rue. Face à la précarité étudiante, nous étions là. Face au racisme, nous étions là. Face aux inégalités femmes-hommes, nous étions là. Face à l’islamophobie, nous étions là. Face aux idées d’extrême-droite, nous étions là.

Dans presque toutes les grandes mobilisations populaires de ces dernières années, les jeunes ont été le phare de notre pays. Maintenant qu’il faut voter, qu’en reste-t-il ? Au premier tour des élections régionales, l’abstention chez les jeunes a atteint presque 85 %. Nous avons perdu goût à la politique, car la politique ne s’intéresse plus à nous.

Alors qu’en Auvergne-Rhône-Alpes comme dans d’autres régions on semble nous condamner à reconduire les même personnes élues de droite extrême qui n’ont rien fait pour nous depuis six ans, même pendant la crise du COVID-19, exigeons et votons pour une région qui fait des jeunes sa priorité. Pour une région qui respecte l’environnement comme elle respecte ses habitantes et habitants. Pour une région qui lutte avec volonté et force contre les inégalités sociales et économiques. Pour une région qui n’a pas peur de donner un revenu d’autonomie aux jeunes les plus précaires, qui rendra les transports plus abordables et mieux développés, qui luttera contre les inégalités à l’université, la pénurie de logements étudiants, et qui saura mieux nous guider pendant nos études au lycée, et face à notre avenir.

Les régions, par les compétences qu’elles exercent, peuvent énormément pour nous. Alors dimanche, votons.

Nous renverserons le cours des choses pour le climat, pour l’emploi et pour notre avenir contre la droite extrême, clientéliste, climaticide, réactionnaire, machiste et antidémocratique du président sortant. C’est notre dernière et unique chance pour le climat. Le prochain mandat régional dure sept ans : si Laurent Wauquiez est réélu, la situation ne cessera d’empirer. 

Ce dimanche, ramenons-la une fois de plus, mais par les urnes cette fois-ci. Plus que jamais nous sommes l’avenir de notre pays, et méritons un avenir meilleur que ce que prédisent les scientifiques, dans un environnement vivable. Soyons la génération qui porte ce changement de société que nous désirons.

Ce dimanche, lors du second tour des élections régionales, en Auvergne-Rhône-Alpes comme partout en France, votons et faisons voter pour les forces de gauche et écologistes.

Thomas Fournier, étudiant en management

Jean-Baptiste Lachenal, étudiant en sciences politiques

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.