Thibaud Eychenne
Membre du collectif national de Génération-s. Co-fondateur des Jeunes Génération-s
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2020

PLFR : le gouvernement remet une pièce dans la machine

Alors que la puissance publique mobilise 20 milliards d'euros pour l'injecter dans l'économie et faire face aux lourds impacts de la crise sanitaire, aucune conditionnalité n'est exigée de la part des industriels bénéficiaires qui participent pourtant à entretenir le modèle économique dévastateur sur les plans sociaux et environnementaux que nous connaissons aujourd'hui.

Thibaud Eychenne
Membre du collectif national de Génération-s. Co-fondateur des Jeunes Génération-s
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entre le krach de 2008 ; la crise industrielle et sociale qui s'en est suivie dont la mobilisation des gilets jaunes, plus de 10 ans après, montre encore les blessures tenaces de celles et ceux qui en ont réellement fait les frais ; la crise de notre système démocratique représentatif qui n'a jamais autant été boudé par les électeurs ; la crise écologique sans précédent qui conduit à un dérèglement climatique palpable et son lot des désastres environnementaux ; et la crise sanitaire qui dévoile les failles de notre puissance publique pour protéger correctement sa population : qui ne peut voir le lien entre cette conjonction de crises et les limites de notre société de marché qui fait reposer la responsabilité de la régulation de nos besoins et de nos vies sur la concurrence des intérêts économiques des géants industriels ?
Dans son discours solennel du 14 avril dernier, Emmanuel Macron évoquait l'un des effets insoupçonnés de la crise sanitaire et du confinement. La remise en place de l'échelle de la valeur sociale : ces fonctionnaires qu'on se vantait de brader à grands nombres dans les projets présidentiels, ces livreurs.es ubérisé.es qui n'étaient même pas légitimes à bénéficier de la Sécurité Sociale ; ces métiers mal-rémunérés, davantage vecteurs de bien-être social que de profitabilité, ces femmes et ces hommes qui n'étaient rien hier, ils deviennent tout aujourd'hui. Au péril de leur vie, c'est grâce à eux que nous pouvons bénéficier de l'essentiel.

Pourtant, loin de lier le discours aux actes, ceux qui nous gouvernent continuent aveuglément dans la même direction. Biberonnés au discours libéral et armés d'une foi inébranlable - presque divine - dans le salut technologique qui viendrait des "fintech's, biotech's ou autres greentech's", la Start-up Nation remet une pièce dans la machine en mobilisant la puissance publique comme béquille du libre-marché. 20 milliards sont mobilisés dans le Projet de Loi de Finances Rectificative d'urgence sanitaire, ils s'ajoutent aux 4 milliards dédiés au fond de secours des start-up's, sans aucune conditionnalité écologique ou sociale. Campés sur leur position, le gouvernement et les députés de La République En Marche vont jusqu'à rejeter les amendements les moins ambitieux qui visent à conditionner ces aides au simple respect des accords de Paris sur le Climat. Malgré une crise qui ébranle les fondamentaux et les croyances collectives, un rapport de force considérable de la puissance publique face au secteur privé, quel incroyable paradoxe que de voir ceux qui se présentaient hier comme des "marcheurs", acteurs centraux de ce "monde qui bouge" se cramponner au chemin de l'inertie productiviste. Faire le choix que rien ne change. Quel manque d'imagination et de courage.

Plutôt que d'attendre béatement que se multiplient ces innovations industrielles, ces véritables "révolutions" à parts-entières qui en viennent aujourd'hui à désigner le passage d'un gadget hors de prix à sa nouvelle version redessinée, toute aussi gadget et hors de prix... il serait temps de faire le paris de l'innovation humaine. Celui qui réinventera nos rapports au temps, à la consommation, à la nature, au travail, qui proposera un nouveau pacte social. Machiavel disait pourtant que c'est dans les crises les plus profondes que le prince doit se révéler le plus impétueux, mais loin d'être le vecteur du nouveau monde qui vient, ce gouvernement a décidé d'être le dernier rempart de l'ancien. Plus qu'à attendre qu'il s'écroule avec...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel