François Fillon, le retour de l'ordre moral

Avec près de 70 % des voix, la droite se choisit un candidat conforme à l’état idéologique de son électorat. Il remporte la primaire d’un camp politique restructurée depuis la Manif pour tous.

Juppé ne pouvait pas gagner. Sarkozy non plus. L’un et l’autre « débordaient », soit sur le centre, soit sur l’extrême-droite, et agaçaient la cible de l’élection à laquelle ils concouraient. « L’identité heureuse » ? Hors-sujet. Les « Gaulois » ? Insultant. Le peuple de droite ne voulait ni d’un parjure, ni d’un hystérique. Le déplacement de certains électeurs de gauche restera donc anecdotique et le glissement sémantique de la droite vers les thèmes portés par le Front national est terminé. Non pas que le programme de Fillon ne contienne des propositions extrêmes, dans bien des matières où Le Pen ne trouvera rien à redire, mais il n’y a pas chez lui les accents populistes, à la manière d’un Sarkozy, qui en voulant électriser le débat a exaspéré sans convaincre. Les électeurs de la primaire ont recentré le débat autour de leur socle culturel.

René Rémond développe, en 1954, sa thèse des « trois droites » : il existerait en effet une droite orléaniste, une droite légitimiste et une droite bonapartiste, qui si ces archétypes ont des ancrages historiques réels, peuvent très bien être étendues, par effet de typologie, aux trois candidats principaux de la primaire. Parce qu’il entend être un homme de synthèse et conserver les acquis du modèle social, Alain Juppé est un « orléaniste », à la manière de Louis-Philippe qui en concédant la Charte en 1830 accepte les acquis de la Révolution. Nicolas Sarkozy est un bonapartiste par sa pratique autoritaire et personnelle du pouvoir. Fillon est légitimiste, il incarne la droite « dure », celle qui s’arcboute sur l’héritage millénaire de la France essentialisée (voyons son programme pour l’histoire à l’école), qui pense un lien entre le catholicisme et le patrimoine français (lien qui suppose une relation privilégiée avec les Chrétiens d’Orient, par exemple), et qui regarde d’un mauvais œil la présence de l’Etat dans tous les domaines de la vie sociale. Il faut expliquer ce dernier point : le Code du travail, et l’ensemble des textes hérités du Conseil national de la résistance, ne sont pas le fruit de longs combats pour améliorer la vie quotidienne des gens, et toutes ses dispositions législatives ne montrent pas le degré de protection dont peut s’entourer un travailler, mais l’ingérence insupportable de l’Etat dans les affaires économiques, et la meilleure preuve que le modèle social français est impuissant parce qu’indigeste. Pire, il est contraignant, empêche la croissance parce qu’il impose des « charges » (rappelons tout de même qu’elles ne portent pas ce nom, mais celui de « cotisations », et s’ancrent dans un système de solidarité nationale). A ce titre, il est ultralibéral, propose la suppression de cinq cent mille fonctionnaires et la fin du remboursement de certains médicaments et soins (optique, dentaire, prothèses) par l’Assurance maladie. La solidarité, pour lui comme pour son électorat, ne se pense pas à l’échelle de la Nation mais à celle de la famille : c’est à un rétrécissement de la vue sociale et humaine que nous amène François Fillon.

La famille au cœur du projet culturel

La famille, justement. C’est sur ce débat que la droite a réagi avec force, dès le début du quinquennat. Pas sur les réformes économiques et sociales : le « pacte de compétitivité » ou CICE, les « lois Macron », la loi El Khomri sont des dispositions sur lesquelles elle n’a rien à redire. Pas non plus sur la réforme de l’Etat et des régions et la politique intérieure en matière de lutte contre le terrorisme. Ces sujets font l’unanimité des classes dirigeantes. Non, ce sont deux lois, deux réformes qui ont hérissé le poil de l’électeur de droite : le mariage pour tous, et la réforme du collège. Pour la première, alors que la droite politique, l’UMP, se déchirait lamentablement pour se choisir une équipe dirigeante (avec Fillon déjà), la vitalité politique venait de la rue et de la « Manif pour tous », agrégat de familles hétérosexuelles blanches chrétiennes, traditionnalistes, « versaillaises » pourrait-on dire, qui n’iraient pas non plus glisser un bulletin Marine dans l’urne. Pour la seconde, c’est surtout le tout petit chapitre de la réforme du collège concernant la refonte des programmes d’histoire – assez limitée si on regarde dans le détail le résultat – qui a ulcéré les hérauts de la droite à la grand-papa : Alain Finkelkraut en première ligne, et d’autres, comme Dimitri Casali (qui propose un « manuel de l’histoire de France »), s’offusquant qu’on n’enseigne plus l’histoire de leur pays aux jeunes Français. Peu importe que tout cela soit faux, puisque Jeanne d’Arc, les rois capétiens et Voltaire sont toujours au programme. Mais qu’il y ait un chapitre sur l’islam médiéval en cinquième suffit à accréditer l’idée du « grand remplacement » - et de la démission culturelle de la gauche face aux extrémismes musulmans, auxquels on prête alors bien plus de pouvoir qu’ils n’en ont. Que tout ceci agace voire énerve franchement la communauté scientifique des historiens n’intéresse personne : sont autorisés à prendre la parole des gens qui n’ont jamais enseigné, ne connaissent en rien la réalité de l’école aujourd’hui et encore moins celle de l’historiographie.

Mais François Fillon et la droite qui le porte ne sont pas une mutation idéologique. C’est un retour aux fondamentaux. La droite a un programme, elle a une culture, et elle a désormais son porte-parole. Face à elle, la gauche n’a pas grand chose, hésitante qu’elle a été à la tête de l’Etat, entre un réformisme social-libéral peu assumé (et qui ne passe pas auprès de son électorat) et de timides avancées sociétales dont elle a abandonné la moitié en chemin. Pour le dire autrement, personne n’incarne encore l’histoire et les cultures de la gauche comme Fillon aujourd’hui celles de la droite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.