Confinement : Est-ce que cela sert à quelque chose ?

Est-ce que le confinement en France a eu un impact sur la progression de l'épidémie de Covid-19 ?

En préambule, je précise que ce billet n’a pas pour vocation de donner des leçons sur la lutte contre le Covid-19, mais justement de tirer les leçons de ce qui a pu être mis en place et notamment de la plus contraignante d’entre elle : le confinement.

Les courbes sont extraites des données de data.gouv.

En France, il y a eu deux confinements décrétés :

  • Le premier du 17 mars au 11 mai 2020
  • Le second du 30 octobre au 15 décembre 2020

Le premier confinement que j’ai appelé « dur » est un confinement où l’ensemble de la vie économique du pays a été arrêté de manière à limiter au maximum nos interactions sociales.

Le second laissait encore un maintien de nombreux services et interactions comme les métiers du BTP, écoles ouvertes, rendez-vous médicaux…

covart0

On constate qu'il s’est passé quinze jours entre le premier jour du premier confinement et le pic de la « première vague ». Cela semble cohérent avec la durée incubation / symptômes de la maladie.

Cependant, il ne s’est passé que cinq jours entre le premier jour du second confinement et le pic de la « deuxième vague ».

De fait, la conclusion tirée a été : le confinement stoppe l’épidémie.

Mais alors, comment justifier :

  • Qu’il se passe dans un cas quinze jours entre le début du confinement et le pic alors que dans l’autre cas il se passe cinq jours
  • Qu'il se passe moins de quinze jours entre le début du deuxième confinement et le pic alors que je le rappelle, il était dit qu'il devrait y avoir quinze jours entre la contamination et la date d'hospitalisation
  • Que c’est lors du confinement moins drastique que la durée est la plus faible entre début de confinement et pic ?

Sur cette dernière question, la réponse pointait depuis le premier déconfinement…

En effet, malgré toutes les exclamations du « on déconfine trop tôt », « les personnes se rassemblent sur les quais de Seine » ou encore « la fête de la musique » « [vont faire la deuxième vague] », il ne s’est rien passé, pas même un sursaut comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

covart1

Il se passe même plus de deux mois (du 6 juin au 12 août 2020) sans qu’il n’y ait plus de 200 hospitalisations par jour en France.

La deuxième vague intervient donc alors que l'épidémie était circonscrite depuis plusieurs semaines et ne semble donc pas être liée avec un relâchement des français. Cela pourra être développé dans un autre billet.

En conclusion, il semble que le confinement tel qu’il est pratiqué en France n’a en fait qu’au mieux un effet limité sur l’évolution du nombre de personnes contaminés / hospitalisés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.