Blog suivi par 2 abonnés

L'Etat doit-il collecter l'impôt sur le revenu 2018 dû par les foyers aisés et riches ?

À propos du blog
Avec le prélèvement à la source, l'Etat renonce à collecter en 2019 l'impôt normalement dû sur le revenu 2018 (environ 75 Milliards d'€) sans que cela fasse le moindre débat ou interrogation de la part des politiques ou des journalistes notamment. L'ensemble des contribuables semble anesthésié par le fait que le prélèvement à la source mensuel sur leur revenu 2019 correspondra peu ou prou à leur mensualisation actuelle. La vérité est toute autre. Le prélèvement à la source est juste une opération d'anticipation de la collecte de l'impôt sur le revenu 2019, en minorant le revenu 2019 perçu. Cela ne remet en aucun cas en cause la validité de la créance que l'Etat détient sur les contribuables au titre de l'impôt sur le revenu 2018, payable en 2019. C'est une question de principe et d'équité, puisque 11% des contribuables (sur 38 millions de contribuables) vont bénéficier d'un crédit d'impôt d'environ 53 Milliards d'€. Ces contribuables aisés et riches disposent d'une grande partie de l'épargne privée des ménages, évaluée à 5 000 Milliards d'€ (Banque de France). La collecte de l'IR 2018 ne représenterait donc qu'un prélèvement de 1% de cette épargne. La renonciation à cette collecte est incohérente au vu de deux arguments développés ci-après. En effet, avec le prélèvement à la source, l'Etat espère gonfler ses recettes fiscales annuelles de 3 à 4%, en améliorant le taux de collecte de l'IR de 1% et par anticipation de la hausse des revenus, et donc de la base imposable de 2 à 3%. Mais il renonce à collecter 100% de l'IR 2018, ce qui fait que sa décision présente un retour sur investissement de 25 ans à 33 ans, ce qui n'est pas brillant. En 2019, l'Etat devra s'acquitter du CICE 2018 ( 20 Milliards) et, du fait de la transformation en 2019 du CICE en baisse des charges patronales, "versera" encore 20 Milliards. Ces 2 opérations sont le reflet inversé du prélèvement à la source et de l'année de transition. Mais, dans le premier cas l'Etat va s'acquitter d'une dette envers les entreprises et dans l'autre cas, il renonce à une créance sur les contribuables. Cela a une effet ciseaux défavorable sur le budget de l'Etat. En conclusion, cette décision d'année blanche fiscale est inéquitable, injuste par rapport aux efforts demandés aux moins favorisés, incompréhensible au vu de la dette française et du déficit budgétaire.
  • Mensonge budgétaire ou dyscalculie gouvernementale ? Un écart de 250 millions d’€

    Par | 1 recommandé
    Le Premier Ministre a annoncé un effort budgétaire de 350 millions d'€ pour exonérer 300 000 retraités de la hausse de 1,7% de la CSG en 2019. L'effort est en fait bien moindre. La question qui se pose est alors la suivante : est-ce un mensonge budgétaire pour calmer les retraités en surévaluant le coût ou est-ce une grosse erreur de calcul, ce qui laisse craindre d'autres erreurs?
  • L'Etat doit-il collecter l'impôt/revenu 2018 dû par les foyers aisés et riches ?

    Par | 1 commentaire | 5 recommandés
    Avec le prélèvement à la source, le gouvernement renonce à collecter l'impôt sur le revenu 2018, soit 75 Milliards d'€. Le gain pour les foyers aisés et riches est de 53 Milliards d'€. Ce supplément de recettes interviendrait très favorablement dans un contexte de déficit budgétaire, d'accroissement de la dette française, d'insuffisances d'investissement dans les hôpitaux, etc..