C'est chez nous !

Paris (mais aussi les autres grandes villes) nous appartient, il ne faudrait pas que certains se l'accaparent sans qu'on ait le devoir de réagir !

 

Ouaip, c'est bien gentil tout çà, mais si çà continue comme çà on aura même plus le droit de marcher sur les trottoirs dans Paris. Et pire encore, une fois qu'ils en auront pris la "bonne habitude" nos chers (très chers ?) restaurateurs squatteront nos rues sans qu'il soit possible de rien leur dire, jusqu'au moment ou ils finiront sans doute par s'en déclarer propriétaires

Pensez, on en avait pas déjà assez des vélos, des trottinettes, des poussettes, et autre truc en ette v'la maintenant que les cafetiers envahissent les trottoirs et étendent leur fond de commerce sur le domaine public avec la bénédiction des édiles !

Au nom d'une maladie qui NOUS a très collectivement imposé des contraintes incroyables (et dont nous n'avons pas fini de payer les dégâts) on a soldé une part de nos trottoirs de nos allées au "bizeness" autant dire à la bibine !

Dans d'autres temps, peut être aurais je trouvé normal ce type de démarches qui pourrait apparaitre comme une mesure d'aide justifiée, à l'égard de professionnels en danger.

Mais là, où va t-on ?

Les mairies déjà en mal de financement pour certains projets ont elles vocation à "faire cadeau des concessions" de l'espace public qu'elle accorde sans doute avec parcimonie ?

La sécurité des passants dans une ville aussi densément peuplée que Paris peut elle s'accommoder de ces extensions commerciales qui réduisent l'espace disponible ?

Vous me direz que ces extensions n'ont qu'un temps et qu'une fois les bars autorisés à ré-ouvrir, ils devront quitter les trottoirs, mais qui est prêt à nous garantir un vrai retour à la normale ?

Une fois l'habitude prise, ces barmans et autres restaurateurs ne seront ils pas tentés de s'imposer définitivement malgré la fin de la période Covid ? Et ce au nom d'une hypothétique "sauvegarde de l'emploi" ? Ou du respect au droit acquis ?

L'affaire n'est pas si anodine que cela, elle concerne sans doute quelques milliers de mètres carrés publics dans une des cités où ces derniers sont parmi les plus chers et les plus enviés du monde.

Il ne faudrait pas qu'au nom d'une catastrophe dont nous avons tous été victimes, certains en profite pour faire main basse sur une partie de l'espace public. C'est NOTRE espace et il faut lutter contre l'idée que demain, on en vienne à privatiser (et pour des clopinettes en plus) nos bancs publics, nos rues, nos allées et pourquoi pas bientôt nos bois, tout en nous en laissant le coût de leur entretien ! Paris est à nous et il convient que les concessions opérées le soient au prix du marché, à moins qu'on admette que l'on puisse brader progressivement  Paris et d'autres grandes villes, sans se soucier en plus des nuisances que ces privatisations pourraient entrainer en termes de bruits de sécurité et de propreté !

Bref, une fois que les bars et autres restaurants auront reçu l'autorisation effective de ré-ouvrir, j'espère qu'on veillera à faire en sorte qu'ils rentrent chez eux, à moins qu'on les conduise à admettre qu'ils sont chez nous et qu'ils doivent en assumer pleinement les conséquences !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.