Récupérer ?

Cibler gendarmer emprisonner réellement et le tout pour "récupérer les zones de non droit" ! Et ?

Marine a raison il faut lutter contre les zones de non droit, il faut emprisonner les délinquants, il faut réprimer les trafics !

Comment donner tort à ces idées ? Elles tombent d'elles même sous le sens : "arrêter punir embastiller les délinquants" mais comment n'y a t on pas penser plus tôt ? Marine Le Pen enfonce là sans doute des portes ouvertes et ne fait qu'énoncer ce que tout le monde pense : "nous avons le droit, tous, à la sécurité"!.

Bon, mais une fois ce principe énoncé, comment fait on. ?

On noie les quartiers sous la police, on escorte chaque citoyen et derrière chacun d'entre eux on place un policier, ou mieux encore on fait de chaque citoyen un policier et on leur fournit, pour le coup, un ou deux six coups pour faire bonne mesure, voir pourquoi pas : un mortier de feux d'artifices (pardon je plaisante ! )?

Bien sûr qu'elle a raison Marine avec une politique du zéro tolérance, on pourrait avancer : Ah moi Juliani ?

Ouais sauf, sauf, que ce que propose Madame Le Pen c'est juste une politique de la terre brulée. On pourrait tout aussi bien raser les quartiers et ces fameuses zones de non droit; On pourrait même (et pourquoi pas ? ) réintroduire l'armée dans le jeu et l'autoriser (?) à faire du maintien de l'ordre ! Vive donc la loi martiale et attendons avec impatience les militaires armés qui patrouilleront bientôt dans nos rues Et d'ailleurs, là encore, pourquoi ne l'envoie t-on pas cette armée  dans les quartiers faire de le ménage contre la drogue, hein ? A quand la loi martiale et le couvre feu ? 

En à peine vingt minutes Marine Le Pen nous a expliqué son programme, sans complexe, sans honte, sans crainte et son discours, déjà si répandu, n'a sans doute provoqué aucune "bronca" et pourtant ce qu'elle expose fait froid dans le dos. Vous avez dit :  dictature, mesures d'exception ?

 Si elle se prononce de cette manière, c'est dit elle pour défendre l'honnête commerçant, l'honnête citoyen qui travaille, qui fait fructifier des affaires, d'autres auraient dit : "qui se lève tôt le matin", et, sait "traverser la rue". Ah, une bonne dictature çà vous changerait le pays, j'vous jure (tiens demandez aux Chiliens, aux argentins, ou même aux Yougoslaves ce qu'ils en pensent ). 

Et, çà aurait pu me plaire, seulement le problème, comme toujours avec Marine Le Pen c'est qu'elle ne pointe que les problèmes auxquels elle n'apporte que des solutions d'évidence : délinquance ? Police /prison.

Très bien, mais que fait on des autres, une fois qu'on a embastillé les gros bonnets du traffic ? Que fait on des "petites mains" qui bon an, mal an, réussissaient à gagner entre cinquante et cent euros par jour, en guettant, échangeant, pourvoyant ? Que fait on, même, de ces croyants récupérés dit-on par l'Islam radical ? Bref que fait on de nos banlieues (et d'une partie de nos inactifs ) après qu'on leur ait (excusez l'image) coupé l'herbe sous le pied ? Oui, on aura peut être porté un coup sévère aux trafics en tout genre et on aura sans doute aussi effectué une "vaste opération de com" en inondant les quartiers de forces de l'ordre et pourquoi pas pendant qu'on y est : de militaires.

Oui, et puis ?

Nul doute que dans un second temps s'organisera la résistance, nul doute que dans la minute des contre modèles de traffics surgiront...

Et pourquoi ?

Peut être parce qu'on ne se pose pas assez la question de savoir comment vivent (gros et petits) tous les acteurs de cette économie grise : illégale, mais tellement répandue qu'on parle parfois d'un tiers du PIB !

Lutter contre la drogue, dans et hors des quartiers ne peut donc pas passer uniquement par le volet répressif dont nous parle M, et ce d'autant plus qu'on a toutes les chances de s'apercevoir qu'à chaque fois qu'on démantèle un spot (?), un autre se reconstitue deux rues plus loin ! On a certes arrêté trois délinquants (qui n'ont même plus parfois le sentiment de mal agir), mais ce faisant on a juste déporté le problème et pour une raison simple c'est que pour beaucoup de gens, c'est sans doute "hachich ou crève" ! Ce que "l'Economie" n'accorde plus à ces quartiers, la débrouille, l'arrangement, la bidouille ont réussi à le maintenir et le contrat social qu'on a "imposé" à beaucoup de jeunes (et d'adultes d'ailleurs) c'est trafique et tais toi. Fais tes affaires dans ton coin, et  d'ailleurs, si tu peux nous fournir pour nos teufs tant mieux (!) surtout si tu es capable de le faire dans le cadre d'un pas vu, pas pris, bien pratique !

Alors oui, on doit lutter de toutes nos forces contre le traffic et les saloperies qu'il véhicule, mais si on se contente de faire table rase, on risque aussi d'entrer dans un cercle vicieux de violences incontrôlées parce qu'on s'est bien gardé de proposer des solutions de changements équitables aux gens qui vivaient de ces trafics ! Après avoir fermé des pans entiers de l'économie réelle et légale on s'est contenté de mettre une rustine sur une jambe de bois en pensant que le RSA (par exemple) était bien suffisant pour vivre (tiens : surtout pour les jeunes ?): bref on a aussi doucement poussé des milliers de gens vers cette "économie parallèle" qui fait aussi parfois rire certains jeunes quand on leur propose en échange de revenir dans le "monde réel en leur proposant un SMIC aussi triste et insignifiant que sans perspective d'avenir...                          

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.