Siffler la fin de partie !

Il y a une autre sphère, un autre monde. Une chose que ni vous ni moi ne côtoierons jamais, ne connaîtront jamais. Une chose qui vous contraint, qui vous invite en permanence à la rigueur, parce que l'exigence économique est omniprésente, mais qui vous ignore superbement !

"C'est au rois, non c'est à Saluste, et çà ?  C'est au roi, non c'est à Saluste! " La scène date maintenant, mais elle continue à faire rire tant elle révèle des pratiques qui se perpétuent avec le temps : ici c'est Machin, ministre, qui oublie de faire ses déclarations d'impôts et se dit frappé de phobie administrative, là c'est Truc qui arrose son dernier succès avec le chéquier de l'Assemblée, ailleurs c'est Bidule qui ne se souvient plus qu'il a encore un compte en Suisse !

Ce qui me choque moi, ce n'est pas d'apprendre à espace régulier que nos hommes politiques sont humains, trop humains, mais de voir à  quels points ils semblent déconnectés de la réalité quotidienne de leurs compatriotes. Ils mangent du homard, saluent leur succès avec du Chateau Ikem et laissent allègrement le citoyen Français régler la note sans se poser de question ! S'ils n'hésitent pas à inviter leurs homologues dans les meilleurs restaurants pour "faire briller le savoir faire Français", il semble qu'ils soient incapables de donner le prix d'un petit noir au comptoir ou même de connaitre le prix d'une baguette, s'affirmant en celà en total décalage avec le Français moyen (celui là même qui l'a élu !)

Autrement dit : voilà des gens qui sont appelés à gouverner la république, à prendre des décisions qui touchent des millions de personnes (à commencer par redéfinir chaque année la valeur du RSA) mais qui ignorent superbement comment et dans quelles conditions vivent les gens, les gens de tous les jours j'entends !

Attention, ces personnes ne sont pas riches par elles même, elles ne le sont que dans la mesure ou leurs décisions leurs actions auront des impacts sur les différentes milieux économiques concernés, et malgré çà, elles ne semblent pas se soucier des factures qu'elles laissent dans les restaurants, ou même auprès des sociétés de taxis.

-çà ne compte pas- diront elles.

Sans doute et c'est bien là qu'est le problème, elles n'ont aucunement le sentiment de mal agir :

Là c'est Truc qui nous révèle tout de go que le compte qu'elle détient en Suisse, n'est autre que celui de ses parents dont il a hérité. Ailleurs c'est bidule qui nous demande en quoi il doit se sentir obligé de régler ses notes de restaurant et dans un autre cas c'est Schtroumpf  qui se déclare (je la cite parce que je l'ai trouvée excellente !) : "frappé de phobie administrative !"

 J'ai essayé avec mon percepteur, mais çà ne l'a même pas fait sourire ( de là à dire que...).

Voilà donc posé en quelques termes un des éléments sans doute majeurs de notre crise économique. Nous ne sommes pas en crise parce que nous ne sommes pas assez compétitifs, nous avons une des meilleurs productivités au monde par salariés ! Nous sommes en crise parce que la valeur du "point commun" l'est ! Nous sommes en crise parce que contrairement au Japon, nous accordons aux fraudeurs et aux bidouilleurs de toute sorte, une sorte de couronne, d'aura ! Nous voulons croire que ces "héros" du temps moderne volent aux riches pour donner aux pauvres, pillent l'Etat pour sauver l'individu écrasé par l'impôt, alors que c'est exactement le contraire qui se produit !  

La désinvolture de ces gens là devrait nous faire vomir, et la simple suspiscion de faute devrait rimer avec démission et disparition de la sphère politique et médiatique. Seulement voilà il est encore des gens pour voter pour des Médecin ou autres personnages que pour ma part je trouve peu recommandables !Il est encore des gens pour se masser autour de personnes qui, distribuent à bon compte prébendes et grâce en tout genre comme si l'argent public était leur bien personnel !

Pour que cela cesse, il faut donc que nous sifflions la fin de la récréation ! 

Sûr que çà va coûter, et pas seulement aux personnes directement concernées, qui ne verront plus leur maisons doubler durant une seule de leur législature. Cà va nous couter à tous, de voir les "super héros" se muer à nouveaux en comptables revêches et froids ! On aura même plus l'occasion de se marrer en regardant le député Michu s'empêtrer dans ses contradictions pour justifier sa villa à... Bref vous allez me dire qu'on va être obligé d'arrêter de rire !

Cependant vous je ne sais pas, mais moi çà fait longtemps que ces histoires ne m'amusent plus et puisqu'on parle de rigueur, je crois que le moment est venu de l'exiger de nos élus ! Sauf à dire qu'on organise, pour bientôt, ce que je ne souhaite pas : leur destitution violente...

   

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.