Lutter contre la drogue ne consiste pas à la légaliser !

La légalisation des drogues douces n'est pas la solution à notre problème actuel. Elle reviendrait à lutter contre les réseaux sans lutter contre la drogue et de ce fait elle ne contribuerait qu'à la banalisation d'attitudes déviantes ! Ce qu'il nous faut c'est un véritable engagement citoyen contre ces fléaux et une lutte de tous les instants pour une meilleure intégration des jeunes !

J'avais déjà dit que je n'aimais pas le mois d'avril. Il faut dire qu'il a pris la triste habitude de me trahir, de tuer ce qui m'est cher et d'instiller un sentiment de manque permanent dans ma vie ! Non je n'aime pas le mois d'avril, qui certes avait vu l'arrivée de mon petit frère, mais comme par volonté de se dédouaner l'a aussi fait disparaitre quelques années seulement après m'avoir retiré ma mère !

Oui, çà fait six mois que mon petit frère est mort et je continue à me demander pourquoi ! Pourquoi a t-il fallu qu'il en arrive là ? Pourquoi cette horreur a t-elle pu prendre une place aussi énorme dans un corps pourtant plein de vie et promis sans doute à de grandes choses ?

Je sais, enfin j'entrevois parfois ce que pourraient être les causes : la fumette, l'alcool aussi peut être, voir, voir...

Peut être, mais qui n'a jamais tenté dans son adolescence ou à l'entrée de l'âge adulte d'aller pousser ses limites ? Qui n'a pas tenté de tutoyer "l'autre côté" ?

Pas grand monde certainement, surtout parmi nous : les garçons ! Ils nous aura tous fallu des ennemis, des monstres à affronter, des causes à défendre,et j'allais dire : des passions !

Est ce un crime suffisant pour autant ?

Non bien sûr, bien sûr que non ! Et d'ailleurs y a t-il un crime qui vaille la mort, et la mort dans telles conditions de souffrance ?

Sans doute pas...

J'irai plutôt dire qu'en la matière les crimes dont je parle mériteraient qu'on leur oppose la vie à tous les étages ! Il faudrait dire à tous ces gens et surtout à tous ces jeunes gens que ces addictions, ces comportements à risques, hypothèquent d'abord et avant tout leur avenir, leur futur !

A quoi bon mettre en prison les dealers de ... ?

Ce qu'il faut, c'est tout simplement parvenir à ce qu'aucun jeune ne fasse appel à ces gens ! Je n'aime pas le dealer, mais ce qui est plus lourd encore que le dealer, c'est la banalisation des produits qu'il diffuse ! Et pour cela je crois qu'il faut à tout prix accroitre la lutte contre cette "consommation anodine", ce geste "sans importance" !

"Fumer tue" c'est bien de le dire, mais le montrer, choquer les jeunes en particuliers, leur montrer la face cachée de la lune (celle qui ne brille pas justement) serait plus efficace !

Attention je ne dis pas qu'il faut jeter tous les consommateurs en prison, je n'affirme pas qu'il faut criminaliser à outrance le trafic, je dis juste ceci : allumer une cigarette, ou "mieux" encore : cultiver son petit carré de cannabis dans son jardin, n'est pas sans importance ni implication ! Sur mes huit frères et soeurs, trois ont eu des relations plus ou moins compliquées avec ces "produits du bonheur" , aucun n'en est sorti intact ! Ils leur ont peut être évité le pire sur le moment, mais à chaque fois à plus long terme ils ont provoqué le désastre, suscité le désarroi, et fait croître la colère !

A la folie de l'une, l'irresponsabilité de l'autre, et la mort du dernier, celui là même qui aurait dû avoir toutes les chances de m'enterrer moi, je n'ai que des questions angoissées à opposer : pourquoi ? Et pourquoi eux ? Cà n'est sans doute pas aux plus fragiles de payer la note de cette manière !

Ou plutôt si, c'est à eux par ce que nous ne voulons rien savoir de ces choses là ! Comme si cette libéralité cachée sonnait comme une nouvelle lâcheté de notre part !

On le voit bien , en fait, on parle de drogue, pour ne pas parler d'autre chose : d'organisation familiale, de place sociale, de lutte sociale, et de la colère voir de la rage qui couve certainement chez certain jeune, colère que personne ne veut entendre, parce qu'elle apparait indécente au regard de la situation de millions de jeunes dans le monde !

Il y a fort à parier, en fait, que le débat français sur la drogue (auquel on pourrait associer le tabac et l'alcool ) est mal posé ! L'enjeu n'est pas de savoir s'il faut ou non légaliser le cannabis ou le gingin ! L'enjeu est infiniment plus important que çà : il vise à accueillir, à entendre, à intégrer ! Il vise à tout : sauf à banaliser ! Oui, je le dis sans hésiter : si légaliser le cannabis, ne sert qu'à libérer des places dans les prisons françaises, alors cette légalisation aura manqué son but ! Si légaliser le cannabis ne sert qu'à flatter une part bien pensante de la société Française, alors elle aura raté son but !

L'idée d'un entre deux est, sans doute, en fait, la plus raisonnable ! Médicaliser l'usage, tenter d'encadrer les addictions, FAIRE ATTENTION A L'AUTRE, aider les cercles familiaux, doivent aller de paire avec une dédramatisation et une décriminalisation ! Bref, pour lutter efficacement contre le fléau, sans doute que tout le monde devrait être impliqué dans le combat. Fumer n'est pas anodin, se droguer n'est pas un acte sans signification ni sans conséquence, et il est faut de dire, ou de laisser dire que ces choix ne concernent que les intéressés ! Ce sont le plus souvent des "choix sociaux ou a-sociaux" qui, poussés à l'extrême, provoquent le chagrin de tous et la mort d'un trop grand nombre de gens !

Même si je n'en ai pas la preuve : je sais que ces horreurs là ont joué un rôle dans la disparition de mon frère et le malaise des autres membres de ma famille, et je veux croire qu'un jour une société mâture saura leur apporter des réponses dégagées des dogmes imbêciles !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.