honte et tristesse

Spectacle de désolation, ruine, incendie, violence : mon dieu à quoi çà sert ?

J'ai toujours eu une attitude ambigüe face à ces gilets jaunes : j'aimais bien une partie de leur revendications, mais une partie de leurs demandes, de leurs manières me semblaient issues des mauvaises manières de l'Extrême Droite !

Autant dire que si la lutte de ces gens pour leur pouvoir d'achat me semblait justifiée, je ne leur donnais aucun blanc sein quand aux modalités de leur combat : j'execre la violence et on pourra dire ce que l'on veut pour justifier, ou amoindrir leur culpabilité, les gilets jaunes me semblent aujourd'hui collectivement responsables des exactions que l'on connait maintenant toutes les semaines !

Les faits qu'on leur reproche, je dis bien qu'on leur reproche sont en effet inadmissibles : incendies par dizaines, violences volontaires envers des agents des forces de l'ordre, mise en danger de la vie d'autrui ? Que faut il encore ajouter pour que la coupe soit pleine ? 

Ces gens qui manifestent maintenant toutes les semaines n'ont ils donc rien compris ?  

Oui l'essence va couter de plus en plus cher ! Oui le pouvoir d'achat de certains risque d'en être amputé ! Oui, la vie loin des villes va sembler plus difficile encore qu'hier ! Mais est ce une raison pour venir détruire ce qui marche et ce qui existe ? Est ce une raison pour affirmer haut et fort que le malaise du monde justifie à lui seul qu'on s'arrange pour qu'il aille encore plus mal ?

 Le fait que malgré les exactions commises, ils reviennent encore sur les lieux du crime toutes les semaines, comme pour braver l'opinion et ruiner un peu plus ce qui reste de leur propre image, me semble parfaitement inadmissible, et ressemble plus à une revanche supposée des gueux contre la ville, qu'à une démarche politique construite ! Bref, et c'est cela qui semble le plus grave, derrière le jaune : il n'y a rien de sérieux, pas de leader, pas de vraies revendications et surtout : pas de projet de société ! Encore une fois donc : on vient pour casser du riche, angoisser le bobo, et se faisant on ne comprend même pas qu'aux Champs Elysée çà fait déjà des décennies qu'il n'y a plus personne , ou tout au moins personne "d'important" à  pendre !

Pour tout dire : les gilets jaunes fument du vent et on leur donne en pâture ce qu'ils croient être le centre du monde, alors même que celui ci est, bien sûr, et depuis longtemps : ailleurs ! Même l'Elysée, qu'ils croyaient à leur portée, n'était pas là pour les entendre : un comble !

Alors, à quoi bon ? A quoi bon faire du bruit pour rien et remuer la terre, si rien de bon n'en sort, si rien de constructif n'émerge ?

Faire de la politique, ce n'est pas seulement "faire table rase du passé" et couper des têtes : c'est aussi et surtout proposer un idéal et aller de l'avant. Or, là encore, et je m'en excuse les gilets jaunes semblent plus défendre le monde du passé que proposer de véritables avancées ! Ils haïssent peut être Paris et les Champs Elysées, mais ne semblent pas faire beaucoup de propositions pour changer le monde tel qu'il tourne. Pire ( à mes yeux au moins) si on leur accordait une baisse significative du prix du gaz oil, ils rentreraient chez eux en chantant la victoire  !

Trahison d'un idéal révolutionnaire ?

Trahison d'une lutte sociale littéralement dévoyée ?

Allez je comprends votre colère, mesdames messieurs les gilets jaunes, mais j'aimerai aussi que vous compreniez la mienne et que vous vous dissociez définitivement des auteurs de violences qui hantent vos manifestations. Vous demandez plus de démocratie mais vos sbires laissent entrevoir le pire en faisant rejaillir le spectre de la Terreur révolutionnaire !

Il est grand temps donc que vos bruits cessent, que les policiers rentrent chez eux, et que l'on se mettent enfin autour d'une table pour discuter enfin, en espérant qu'il existe quelques parts quelque instance capable de synthétiser  vos revendications et vos souhaits !

Voilà, j'étais vraiment prêt à porter vos couleurs et à espérer dans la naissance de ce mouvement revendicatif, mais franchement le mal, la souffrance que le jaune impose au rouge et bleu, me semble totalement démesurée et sans fondement ! Ainsi j'espère plus dans le rétablissement de l'ordre et de la démocratie que dans le changement : un comble pour tous ceux qui me connaissent. 

Et surtout, surtout n'allez pas raconter que le bleu et à fortiori le rouge sont les couleurs de la répression ! Elles ont été, et restent encore les plus beaux emblèmes de notre nation, et elles ont même à certains moments de notre histoire fait émerger des avancées sociales et politiques dont vous bénéficiez, pardon dont vous abuser aujourd'hui ! 

Il est temps que cela cesse !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.