Respirer !

Allons nous donc maintenant construire nos (trop) propres prisons ?

 

j'ai cru d'abord que c'était une blague

Un plan nouveau pour éviter la drague

Puis j'ai vu que même les femmes se voilaient

Au point qu'aucun imam ne l'espérait

Ces Femmes ont, lors, perdu leur sourire

Et plus aucun ne prend le parti d'en rire

On masque tout,comme pour mieux confirmer

Que la parole, le contact, l'amitié sont des choses surannées

On n'est plus que le mal

Même si on garde nos mains sales

On évite maintenant les mendiants

Ou on ne les touche qu'avec des gants

 

On voulait nous faire peur et pour y parvenir

On nous a ressorti ce virus à maudire

 

Oui il y a sans doute les malades, en danger

 

Mais quel avenir avons nous, sans pouvoir échanger ?

Quel démocrate heureux, peut donc parler voilé ?

Quelle société vivante, si tout est corseté, cadenassé ?

L'Amour lui même en été : INTERDIT

Et tous ces tourtereaux : maudits ?

On n'entend plus les gens, on ne sent plus leur souffle

Comme pour ces visages, humains (?) que soudain on camoufle !

La peur pour horizon, la peur en déraison !

Et l'amour qui se terre en la verte saison ?

Allons nous donc maintenant construire nos propres prisons ?

Oukase inquiétant de ses dictateurs hors saison ?

Et ces masques, dégueulasses, qui trainent à foison

Fleuriront ils demain

En barreaux assassins

Tandis que les poètes auront appris à se taire

Parce que leur parole dans ces masques, salie, se perd ?

 

Respira el momento !

Tengo muchas cosas a hacer, antes que murio !

No passaran !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.