Danger d'évasion

eh! Peut être qu'à un moment il faudra que çà cesse, et qu'on puisse prendre notre risque, Notre Risque, sans personne pour nous tenir la main et nous dire ce que nous avons à faire !

Peut être y a t-il, dehors, le méchant Corona. Peut être y a t-il, plus dangereux encore nombre de variants qui s'engagent à nous pourrir la vie !

Peut être, mais...

Les eaux usées peuvent bien révéler quelques indices sur ces questions angoissantes, est ce que c'est vraiment encore la question, et surtout est ce que nous allons continuer à nous assoir sur nos droits fondamentaux en croyant au surplus que les gouvernants et la finance ne nous présenteront pas la note d'une manière ou d'une autre un jour ou l'autre ?

Je sais que vous allez affirmer qu'il est important de rompre la chaine de contamination et qu'à cette seule condition il sera possible de revivre, enfin !

Mais honnêtement ne sommes nous pas en train, d'une manière incroyablement docile, d'échanger une chaine contre d'autres ? Ne sommes nous pas en train d'abdiquer nos libertés fondamentales au nom d'une pandémie qui tue, certes, mais qui ne mérite peut être pas le fait que nous soyons tous agonisants d'angoisse, cloitrés dans nos "châteaux forts" à l'heure où même les poules ne se couchent plus !

Quelle guerre psychologique nos gouvernements et nos médecins nous ont ils livrée pour que nous nous soyons mis à mourrir de peur et à faire un pas de coté dés que nous croisons quelqu'un dans la rue ?

Corona matin, corona midi, corona le soir, corona même la nuit qui nous est désormais interdite !

Chapeau l'artiste !

Quel dictature aurait pu rêver mieux ? Conditionner les gens, au point non plus seulement de leur faire respecter les fameux "gestes barrière", mais de devenir des barrières eux mêmes !

A la simple demande d'un chemin, à la simple idée de demander un renseignement on est devenu "l'ennemi" le "corona transmetteur", en d'autre temps on aurait dit : le pestiféré !

A ce rythme là, monsieur Véran ; nous allons tous devenir des zombies, sombrant les uns après les autres dans une dépression qui nous rendra incapables de réagir à toute nouvelle restriction, à toute nouvelle interdiction

Vous nous direz que c'est pour "notre bien", mais nous rappellerez en même temps que "big brother nous regarde", pardon, nous espionne, et mesure jour après jour le sérieux du respect de vos prescriptions, pardon de vos injonctions !

Ainsi guérirons nous peut être de cette pandémie (jusqu'à la prochaine ?) mais ne mourrons nous pas d'autres choses : de peur par exemple, ou pire encore de langueur ? de dépression ?

J'ai souris le premier jour du premier confinement en me promenant malgré l'interdiction dans la rue. On entendait presque les oiseaux et la nature...

Puis le soir quand les oiseaux se sont tus et qu'il n'y avait plus aucun bruit, plus aucune vie dans Paris, j'ai pris peur ! Pardon j'ai été saisi d'horreur : "c'est donc çà la mort ?", me suis je dit.

Et si c'était le cas aurions nous vraiment des raisons d'avoir peur du corona virus ?

A quoi bon si nous sommes déjà morts ?

Non non, mon post n'est pas celui d'un cafetier courroucé, non c'est juste le post inquiet d'un citoyen lambda qui voit sous ses yeux s'étendre peu à peu un régime d'exception qui prétend devenir la règle grâce à un consentement mou et craintif !

Notre démocratie, notre pays vaut sans doute un peu mieux que çà , et mérite de notre part un peu de tenue, me semble t-il.

Nous qui prétendons avoir une histoire nous est il apparu quelque part que lors de la pandémie de peste de 1347 un tiers de français ont disparu ? Plus près de nous avons nous oublié que la grippe espagnole a fait presque plus de morts en France que la "Grande" guerre ?

Et nous consentons aujourd'hui à des mesures impensables que les premiers intéressés eux mêmes auraient conspuées s'ils avaient encore vingt ans ?

j'en conviens, chaque vie est sacrée et vaut d'être protégée, sauvegardée, mais la vie de l'un peut elle à ce point impacter la vie de tous les autres ? Nos ainés eux même seront-ils pleinement et entièrement d'accord pour sacrifier l'avenir de leur petits enfants

arrière-petits enfants au nom de leur propre sauvegarde (surtout si l'on tient compte de prévisions scientifiques qui s'avèrent plus ou moins erronées ?) ?

Je n'en suis pas certain, j'irai même jusqu'à dire que je suis à peu près certain du contraire surtout si je me place du coté de mes propres grands parents qui, eux, n'auraient pas hésité !

Mon mode de pensée vous scandalise ?

Hélas, mille fois hélas, j'ai peur de ne pas être le seul à penser comme cela.

Je crois qu'il est temps pour nous, au regard des dernières prévisions qui se sont avérées fausses, de sortir de tout çà et de faire le pari de la vie, tout simplement.

Mais la vie est une maladie mortelle me direz vous encore !

Peut être mais la petite mort à laquelle on me condamne depuis plus d'un an maintenant m'apparait de plus en plus insupportable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.