Déjà que j'aimais pas l'foot !

Bon vous m'direz que si j'avais été meilleur j'aurais fait une bien meilleure carrière dans le milieu. Peut être, mais, dés mes tous débuts j'ai déchanté et mes rares sélections dans l'équipe poussin de mon petit village, m'ont durement et durablement blessées.

On m'avait dit, en effet, que le foot c'était d'abord et avant tout "un sport pour tous", mais je m'apercevais maintenant (à 7 ans ? ) que c'était d'abord et avant tout un sport pour quelques uns !

Essentiellement tourné vers la production d'élite footbalistique, le foot n'est pas, le sport populaire qu'il prétend être. S'il existe dans chaque village c'est d'abord et avant tout pour produire année après année une élite, gâtée, pourrie, et échappant trop souvent au droit commun en matière fiscale et sociale, tout en semblant bénéficier des meilleurs arrangements en matière de subventions.

Jugez en vous même.

En 2018/2019 le foot Francais, si l'on en croit Médiapart affichait un déficit comptable de 126 millions d'Euros, mais surtout depuis la crise du Covid, l'activité des clubs est totalement à l'arrêt, malgré le fait que ceux ci continuent évidement de verser les salaires des joueurs !

vous me direz que tout ceci est bien normal, dans la mesure où ces fameuses stars ne sont pas responsables de la situation sanitaire actuelle, et qu'elles ne font que se plier aux exigences de la puissance publique !

Oui, mais qui paie, dans la mesure où les rentrées publicitaires ne sont pas au rendez vous ?

On pourrait penser que, depuis le nombre d'années où le foot sévit, l'activité s'est d'elle même constituée une assurance particulière, un statut social à part !

Peut être mais pas dans le sens où on l'entend habituellement. Les footballeurs ne sont pas "supers couverts" parce qu'ils cotisent énormément, où sont sur fiscalisés pour financer le "sur-risque " qu'ils constituent.

Là encore les chiffres sont têtus et signalent que nos chers sportifs jouissent là encore de largesses impensables. Tenez, Une disposition de la loi Braillard sur le sport, votée en mars 2017, permet l'exploitation commerciale de leur image, de leur nom, ainsi que de leur voix. L'intérêt ? La rémunération pour cette exploitation, qui s'inspire du régime des artistes et des mannequins, est exonérée de cotisations patronales (sources l'Express ) !

La belle affaire !

Et çà n'est qu'un exemple !

Autrement dit, vous, nous allons payer très cher, la couverture sociale et contractuelle de nos très chers footballeurs qui pourtant ne cotisent pas à hauteur de leurs rémunérations globales (merci les Smicars !) !

S'ils n'ont pas travaillé les deux ou trois derniers mois, ces derniers ne seront pas soumis, comme tant d'autres à la loi d'érain du marché et leurs clubs apparemment perclus de dettes trouveront sans doute une oreille compatissante auprès des autorités publiques !

La chose pourrait paraitre banale, dans la mesure où cette affaire très mal résumée, apparaitrait comme une nouvelle illustration de la "nationalisation des pertes".

Peut être, mais quand on pense aux "petits arrangements" de certains footballers français, et surtout quand on ose se remémorer le montant astronomique de certains de leurs salaires on est comme pétrifié, à l'idée, d'avoir prochainement à mettre la main à la poche, pour refaire partir la machine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.