Qui n'en a pas en meurt !

Et si nous étions injustes ?

On nous dit aujourd'hui qu'il faut valoriser

Et redonner ainsi l'occasion d'espérer

Avait on oublié, dans cette course effrénée

Ce que valaient les hommes et leur esprit dévoué ?

On ne jure plus maintenant que par tous ces médecins

Auquel on donnera bientôt ce doux titre de saint

Mais a t-on vu les autres, les petits les sans grades

Ceux qu'on ne voit pas qui ont une vie si fade ?

Ils allaient dans les rues, le balai à la main

Et riaient de ces peurs dont ils étaient témoins !

Ils étaient aux fourneaux, à nous donner du pain

Et nous mangions chaque jour sans sentir le besoin !

Ils étaient au combat sans qu'on comptât leurs morts

Et nous taisons maintenant ce que vaut leur effort !

Aux soldats oubliés il nous faut rendre hommage

Et reconnaitre en eux ce fabuleux courage

Qui fit que nos nations ont continué à vivre

Alors qu'ils ont souvent tant de mal à survivre

Ils auraient bien besoin que l'on s'occupât d'eux

Soldat de l'invisible, qu'on traite comme des gueux...

Mais ils assurent chaque jour ce fabuleux confort

Sans récolter jamais, le fruit de leurs efforts

Sont ils prédestinés, à vivre dans le malheur ?

Ou notre société manque-telle vraiment de coeur ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.