Donner l'alarme

J'ai mis longtemps à me réveiller comme si j'étais sans cesse fatigué

Et j'ai cru alors à une vie nouvelle, une sorte de chrysalide

Sonnant quelque part comme un retour au monde des valides

Et j'espérais qu'enfin ces longues nuits de sommeil 

se seraient apaisées quand  reviendrait le soleil

 

J'ai même cru trouver une direction rectiligne

Cesser d'être l'auteur de ces écrits indignes

Et rentrer dans la norme

Contrôlant même les formes

De mes propos délétères

De mon sombre caractère 

 

Et j'ai lutté sans cesse 

Espérant même dans la pire des prêtresses

La drogue me donnerait surement

la force du plus grand dénuement 

...

 

Mais je n'ai vu le jour que par bribes 

Que par ces miettes que la déprime bride

Que par ces meurtrières de ces murs qui m'enserrent...

 

 

Et j'ai continué dés lors de lutter...

 

Je sais surement qu'il y a de ces pièces cassées

De ces "morceaux de moi" qui sont mal imbriqués

Mais je connais aussi trop bien cette "société parfaite"

Qui laissent de coté ces  fragiles qu'elle maltraite

Ces hommes et ces femmes qu'elle pressure et jette !

 

 

Et je n'aurai de cesse de revendiquer

Nos droits intangibles à plus de dignité 

Et j'irai face à ce "vent qui m'emporte"

Refusant pour toujours d'être "leur" feuille mort

Parce que ce monde si parfait coure surement vers le drame

Et qu'il lui faut de "ces fous" pour lui donner l'alarme ! 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.