La transition énergétique du Danemark, un exemple de planification démocratique

Le Danemark poursuit depuis 1976 une voie originale, démocratique et efficace vers une société débarrassée des énergies fossiles et nucléaire. Il met en place aujourd'hui un système énergétique intelligent intégré et décentralisé pour injecter et transformer massivement ses énergies renouvelables.

Le Danemark est aujourd’hui le pays le plus avancé en Europe et au monde dans la voie d’une transition intégrale de son système énergétique national vers l’autonomie renouvelable totale qu’il s’est fixée démocratiquement pour l’horizon 2050.
Dès le premier choc pétrolier de 1974, il a planifié sa structure énergétique à travers l’élaboration contradictoire, la mise en place et le retour d’analyse-bilan critique de Plans Energie successifs visant à éliminer progressivement les usages des énergies fossiles et nucléaire par un recours massif aux énergies renouvelables et un développement systématique des structures à grande efficacité énergétique.
La transition énergétique danoise est devenue progressivement une stratégie nationale à long terme engagée conjointement par la population, les associations environnementalistes, les scientifiques et industriels, le Parlement et le Gouvernement danois, au cours d’une succession de débats et de rapports de force entre les lobbies conservateurs liés aux industries fossiles et les lobbies environnementalistes, antinucléaires en faveur des énergies renouvelables.
À chaque étape de sa mise en place, l’ensemble des acteurs danois participe au processus pour en assurer sa cohérence et sa mise en place, puis son évaluation et son bilan critique, avant d’engager une nouvelle étape vers les objectifs nationaux ainsi fixés, selon les rapports de force politiques et citoyens.
C’est cette démarche hautement démocratique et contradictoire, étayée autant par l’expertise scientifique que par le réalisme technique et économique, qui caractérise la transition énergétique du Danemark et que nous qualifierons de « planification démocratique » de l’énergie.
Aujourd’hui, grâce à la structure énergétique qu’il s’est ainsi forgée, le Danemark est l’un des tous premiers pays au monde en termes de consommation d’énergie renouvelable et de production d’énergie éolienne par habitant, de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, d’efficacité énergétique, de recyclage des déchets, de réseaux intelligents.
Arrivé à un stade de sa transition où la pénétration des énergies renouvelables atteint des proportions très élevées (54,7% de l’électricité en 2014, dont 43% variables), le Danemark doit maintenant mettre en place de manière pragmatique un nouveau développement planifié du Smart Energy System (ensemble de réseaux intelligents de chaleur, de froid, de gaz, d’électricité) élaboré par les chercheurs de l’Université d’Aalborg, pour assurer progressivement la pénétration massive et généralisée des énergies renouvelables dans les structures de production-distribution-stockage d’énergie du Danemark et atteindre ses objectifs officiels : 50% d’électricité éolienne, 40% de réduction des émissions de CO2 en 2020, élimination totale des énergies fossiles dans la production de chaleur et d’électricité en 2035 ; 100% d’énergie renouvelable en 2050.
À ce titre, le Danemark constitue pour toute l’Europe et le monde le laboratoire du futur énergétique.

C'est l'histoire de cette évolution, l'élaboration politique démocratique de cette transition et la mise en place de ces structures énergétiques extrêmement efficaces, fondées sur l'économie d'énergie, la rationalité, l'efficacité énergétiques et le développement massif et intelligent des énergies renouvelables que je détaille dans l'étude exhaustive

 

La transition énergétique du Danemark: un exemple de planification démocratique européen

publiée par les Cahiers de Global Chance n°38, et qui est aujourd'hui en libre accès sur le site de la revue:

http://www.global-chance.org/IMG/pdf/gc38p17-55.pdf


[Denmark is the country the most advanced in Europe and in the world on the pathway to a complete transition of its national energy system into a total renewable autonomy that this country democratically settled for the horizon 2050.
From the first oil crisis of 1974, Denmark has planned its energy structure through the contradictory elaboration, the implementation and the return of critical analysis-balance assessment of successive Energy Plans to gradually eliminate the uses of fossil and nuclear fuels by a massive use of renewable energies and the systematic development of very efficient energy structures.
The Danish energy transition has become gradually a long-term national strategy engaged jointly by the population, the environmental associations, the scientists and the industrialists, the Parliament and the Danish Government, during a succession of debates and balance of influences between the conservative lobbies bound to the fossil industries and the environmental, anti-nuclear lobbies in favour of the renewable energies.
In every stage of its implementation, all the Danish actors participate in the process to insure its coherence and its implementation, then its evaluation and its critical balance assessment, before committing a new stage towards the so-established national objectives, according to the political and citizen forces balance.
It is this highly democratic and contradictory approach, supported as much by the scientific expertise as by the technical and economic realism, that characterizes the energy transition of Denmark and as we shall qualify as " democratic energy planning ".
Today, thanks to the energy structure which it has built up itself, Denmark is one of any first countries to the world in terms of renewable energy consumption and wind power production per capita, reduction of its greenhouse gas emissions, energy efficiency, waste recycling, smart grids.
Having reached a stage of its energy transition where the share of renewable energies is very high (54,7 % of the electricity in 2014,of which variable 43 %), Denmark has now to set up in a pragmatic way a new strategic development of the « Smart Energy System » (merging intelligent networks of heat, cold, gas, electricity) designed by researchers of the Aalborg University, to gradually ensure the massive and generalized penetration by the renewable energies in the production-distribution-storage structures of the Danish energy system and to reach its official goals: 50 % of wind electricity, reduction by 40 % of CO2 emissions by 2020 ; total phasing out of the fossil fuels in heat and electricity production by 2035; 100 % of renewable energy by 2050.
As such, Denmark represents the laboratory of energy future for all Europe and world. ]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.