thierry Gillet
Agro pedagogue ,
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2021

thierry Gillet
Agro pedagogue ,
Abonné·e de Mediapart

Traitement Covid: Incompétence totale ou complot mondial?

Xenothera, entreprise de biotechnologie de Nantes, a mis au point un traitement efficace pour les cas de Covid modérés, en appelle à l'appui du gouvernement depuis plus d'une semaine sans succès. D'autres pays sont prêts à financer , Xenothera va-t-elle être contrainte, elle aussi, de développer son produit à l'étranger ?

thierry Gillet
Agro pedagogue ,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La société de biotechnologie nantaise Xenothera affirme que son traitement à base d’anticorps polyclonaux "bloque les variants" et interpelle le gouvernement. Trois hôpitaux de la région commencent à participent à l’essai clinique

Alors qu’une réunion sur les essais thérapeutiques et les traitements contre le Covid-19 se tenait à l’Elysée ce mardi 2 février, la petite société de biotechnologie Xenothera essaie de faire entendre sa voix, assurant que son traitement anti-Covid est efficace contre les différents variants, notamment britannique, sud-africain et brésilien, et annonce l’accélération de l’essai Polycor en cours dans une vingtaine d’hôpitaux français, dont trois en Nouvelle-Aquitaine, à Mont-de-Marsan, Dax et La Rochelle.

Le XAV-19 est un anticorps polyclonal glyco-humanisé antiviral qui a pour effet de réduire le risque d’aggravation chez les patients atteints des formes modérées de la maladie. Le XAV-19 agit en neutralisant le virus et en limitant les risques de tempête cytokinique (réaction inflammatoire incontrôlable par le système immunitaire).

"A ce jour, on dénombre 15 000 mutations du SARS-CoV-2, certaines étant plus connues pour cause d’impact possible sur la contagiosité ou la létalité. Comment espérer viser efficacement une cible qui bouge sans cesse ? Les anticorps polyclonaux, moins sensibles que les monoclonaux aux mutations, sont un atout", fait valoir la biotech dans un communiqué. 

"Aucun effet secondaire recensé" 

"Les anticorps polyclonaux sont 20 à 30 fois plus actifs que les monoclonaux, ce qui permet de les administrer à des doses 20 à 30 fois inférieures. Pour un patient qui ne veut pas forcément recevoir une dose de cheval, c’est aussi une sécurité", précise Odile Duvaux, présidente de Xenothera.

"Le traitement a déjà été administré à une cinquantaine de patients. Aucun effet secondaire n’a été recensé", assure-t-elle. "Tant qu’on n’a pas suffisamment de participants à l’essai, on est bloqués. On espère terminer cette phase au printemps."

Pas destiné aux cas les plus graves

Dans la région, l’essai clinique de phase II Polycor débute doucement. Le centre hospitalier de Mont-de-Marsan vient d’inclure son deuxième patient. Celui de Dax travaille encore à la mise en place de la procédure, tandis que l’hôpital de La Rochelle vient à peine de terminer de constituer l’équipe qui encadrera l’essai.

"Des infirmières regardent si les malades peuvent être inclus dans l’étude. Ce sont des patients hospitalisés en unité Covid, qui ont des lésions pulmonaires de gravité moyenne, pas ceux qui vont directement en réanimation", détaille Jérôme Dimet, pharmacologue et responsable du Centre de recherche clinique dans les Landes. "Dès cet hiver, on va en faire bénéficier le plus de patients possible, mais en respectant bien les critères", insiste-t-il. "Tout est mis en œuvre pour répondre rapidement à la question : est-ce efficace ou pas ?"

"Toujours pas de réponse du gouvernement français"

Xenothera assure pouvoir fournir 200 000 doses de son traitement par an, à partir du possible démarrage de la production en juin. " Aujourd’hui, on est un petit laboratoire, on ne peut pas se projeter en production de milliards de doses. Nous avons pas mal de contacts avec des gouvernements qui nous demandent de produire pour eux. On est dans une compétition d’accessibilité aux traitements et aux vaccins un peu folle. Je mets la priorité au gouvernement français".

"Clairement, quand on est petit et français, on part avec un handicap"

Mais la patronne de la biotech attend toujours une réponse de ce dernier, qu’elle sollicite en vain "depuis une semaine". "Quand le gouvernement va-t-il regarder les solutions qui existent chez lui avant d’aller chercher ce qui se passe aux Etats-Unis ? Clairement, quand on est petit et français, on part avec un handicap vis-à-vis de son propre gouvernement, par rapport à quand on est gros et américain. C’est pénible…"

(à partir d'un Article paru dans le journal "Sud-ouest" du 02 février 2021)

Faut il devenir complotiste devant tant d'aberrations, ou bien simplement, se résigner à l'évidence: c'est  l'incompétence de la Macronie, isolée dans sa tour d'ivoire, inaccessible et coupée de la réalité., de la belle et bonne incompétence "de premier de cordée", bien de chez nous.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte