Bon … et maintenant, on fait quoi ?

Que faire donc maintenant ? Comment transformer l'énergie de tout un peuple, grévistes, manifestants, gilets jaunes, qui ont bien compris la finalité des réformes engagées par ce gouvernement. Telle est la question qui se pose à nous tous, citoyens opposés à cette réforme des retraites.

Bon … et maintenant, on fait quoi ?

Comme nous le pressentions, et plus le gouvernement nous l'explique, plus nous en sommes convaincus, les pensions des futurs retraités vont baisser tandis que leur temps de cotisation et donc de travail, lui, augmentera. Travailler plus pour gagner moins ! Nous savons, après bientôt trois mois de lutte (du 5 décembre au 20 février) que cette réforme sera une régression sociale de plus !

Que faire donc après toutes ces journées de protestation contre la réforme des retraites proposée par un pouvoir qui de toute façon ne cédera pas, car il ne peut pas céder, la casse du modèle social français étant sa raison d'être. Tout recul de sa part serait pour lui un renoncement au sacro-saint besoin de « réformes » de notre système de solidarité. Comme il l'a déjà fait pour l'assurance chômage, le gouvernement s'attaquera donc coûte que coûte aux retraites.

Que faire donc maintenant ? Comment transformer l'énergie de tout un peuple, grévistes, manifestants, gilets jaunes, qui ont bien compris la finalité de toutes ces réformes. Telle est la question qui se pose à nous tous, citoyens opposés à cette réforme des retraites.

Que vont devenir ces milliers (voire ces millions) de manifestants, grévistes, citoyens qui auront déambulé ensemble dans les rues de nombreuses villes du pays ? Car cette réforme sera adoptée par un parlement voulu aux ordres par les institutions de la cinquième République, par un groupe majoritaire soumis à un Président tout puissant. Mais le véritable échec serait qu'il n'y ait pas de suite à cette révolte populaire, qu'il ne sorte rien de toutes ces mobilisations. Ce qui manque à ce mouvement, c'est une perspective politique, une issue unitaire et populaire. Sinon, nous irons vers une double défaite : celle de voir un nouveau mode de calcul des retraites défavorable à un grand nombre de salariés, un nouveau système toujours plus inégalitaire. Mais surtout, celle de voir en 2022, une explosion du vote extrémiste et de l'abstention, et bien sur, une réélection rêvée par Emmanuel Macron, légitimant à ses yeux cette réforme injuste !

Bon … alors, on fait quoi maintenant ?

Thierry JAOUEN - Instituteur

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.