Pourquoi les enfants sont-ils toujours pris en otages par les adultes ?

Adultes ! Querellez-vous si vous ne pouvez pas faire autrement...Mais laissez les enfants tranquilles ! La récente décision du maire de Beaucaire (Gard) d’imposer un menu avec porc dans les cantines chaque lundi, a généré beaucoup de controverses et de commentaires parmi les adultes. Et les enfants dans tout ça ?

image-pour-chronique-maire-de-beaucaire

Donc, à compter de la rentrée de Janvier 2018, fini les menus de substitutions dans les cantines de la jolie ville de Beaucaire.

Voici venu le « menu républicain » et donc du porc chaque lundi.

Face à cette décision électoraliste, qui ne flatte pas nos instincts les plus nobles, les réactions ont été nombreuses.

Certains y ont même vu une « prise en otage des enfants ».

Ce n’est évidemment pas faux.

L’événement est cependant symptomatique de notre époque.

Ne sommes-nous pas, quelques soient nos idéologies, étrangement tentés de prendre les enfants en otage sans arrêt ?

D’un coté nous sommes convaincus que nos enfants, idéalement nos héritiers spirituels et seuls garants de notre immortalité, prolongeront ce à quoi nous avons fini par croire devenus adultes.

Et de l’autre nous sommes très critiques sur le monde tel qu’il va, comme l’étaient nos parents...souvenons-nous.

Les adultes mêlent ainsi les enfants à leurs affrontements haineux sur un tas de sujets : religieux, alimentaires, porc pas porc, viandes pas viandes, catéchisme, crèches, mariages pour tous, manifestations diverses…

Tout cela est bien loin des besoins fondamentaux des enfants : les besoins vitaux bien sûr, mais aussi une ambiance sereine à la maison, être respecté, aimé pour soi-même, apprendre et jouer, de bienveillance etc...

Face à ce Maelstrom, dont les enfants sont les premières victimes, le constat d’Emile Chartier (Alain) dans les idées et les âges est donc toujours d’actualité :

« Nous ne naissons pas au monde, nous naissons aux hommes, à une famille, à leurs lois, à leurs décrets, à leurs passions ».

C’est bien le drame !

Dès notre « venue au monde », nous en sommes irrémédiablement coupé, quand ce n’est pas de nous-mêmes, et il faudra beaucoup d’années avant, peut-être, de se construire sagement.

Les enfants, selon les aléas de la loterie qui les a fait venir au monde ici où là, sont plus ou moins assaillis et tiraillés de toutes parts...les querelles, aveuglements et autres folies des adultes dont ils dépendent, les empêchent pour beaucoup de savourer leur enfance.

Dans les pires des cas, les plus malchanceux et malheureux, arrivés à l’adolescence après avoir été nourris de tant de haines, construiront les leurs dans l’illusion de ne pas être écrasés complètement.

L’innocence supposée des enfants est une douce illusion à laquelle beaucoup n’ont pas accès...à cause des adultes qui ont un étrange sens du devoir, des tourments profonds parfois, peu de tolérance et la mémoire très sélective.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.