thierry paul valette
Co/Fondateur pour le rassemblement des "Gilets Jaunes Citoyens" porte parole Comité Famine au Yemen
Abonné·e de Mediapart

153 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2018

L'Arabie saoudite, dealeuse de mort, invitée d'E.Macron au Forum de Paris sur la Paix

À l'initiative du Président Emmanuel Macron, la première édition du Forum de Paris sur la Paix aura lieu à Paris les 11, 12 et 13 novembre 2018. L'Arabie Saoudite est toujours l'invitée opaque d'Emmanuel Macron malgré l'affaire Khashoggi et la situation au Yémen. La coalition sous commandement saoudien vient de mener des dizaines de frappes aériennes à Sanaa. Thierry Paul Valette

thierry paul valette
Co/Fondateur pour le rassemblement des "Gilets Jaunes Citoyens" porte parole Comité Famine au Yemen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour Emmanuel Macron, faire le lien entre l’assassinat récent du journaliste Jamal Khashoggi et le conflit au Yémen relèverait de la « pure démagogie ».
Au sujet de la vente des armes par la France à l’Arabie Saoudite, la question ne se pose pas « mon agenda n’est pas dicté par les médias, que ça vous plaise ou non ».

Mohamed ben Salmane et Emmanuel Macron à l'Elysée. AFP PHOTO / POOL / YOAN VALAT

Les propos du président de la République sont insoutenables et suscitent une émotion légitime. L’affaire Khashoggi a eu le mérite de révéler au monde entier les pratiques plus que douteuses de l’Arabie Saoudite et par ricochet leur implication dans le conflit au Yémen soulevant l’épineuse question des ventes d’armes par de nombreuses puissances étrangères, dont la France.

Pour la chancelière allemande, Angela Merkel, il ne s’agit pas de démagogie. Au contraire, elle vient de suspendre ses ventes d’armes face à cette crise humanitaire et en réponse à l'affaire Khashoggi. De nombreux pays exportateurs d’armes ont également fait le lien avec le conflit au Yémen et ont ouvert les débats. Des enquêtes parlementaires sont même menées sur les conditions dans lesquelles sont exportées et utilisées ces armes. C’est le cas de la Belgique, de la Suède et du Royaume-Uni.

Seulement, la question des ventes d’armes n’est pas au calendrier d’Emmanuel Macron. La position du chef de l’État n’est donc plus acceptable. La France a une responsabilité morale importante dans la situation au Yémen. Elle est ainsi impliquée dans un conflit qui sévit depuis 2015. En effet, les forces armées de la coalition sont menées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. De facto elles profitent allègrement des armes vendues par la France. La ministre des armée, Florence Parly, à par ailleurs déclarée mardi 30 octobre au micro de Jean-Jacques Bourdin que : « la guerre au Yémen était sans issue », « qu’il était temps qu’elle se termine. Elle a toutefois minimisé l’implication de la France: « La France est un fournisseur modeste de l'Arabie saoudite ». Elle lui a tout de même vendu pour 11 milliards d’euros d’armement en 10 ans.

Cette guerre engendre la misère et la malnutrition. Les enfants en sont les premières victimes. Plus de 5 millions d’entres eux sont cloués aux portes de la famine. Pour rappel, un enfant y meurt toutes les deux minutes. Il ne s’agit pas de démagogie mais d’une dramatique réalité. Par ailleurs, les Nations unies tirent la sonnette d’alarme sur la « pire crise humanitaire au monde ».

La France ne peut plus se permettre la politique de l’autruche et continuer de se réjouir des ventes record et de leurs capacités meurtrières. Stéphane Mayer, PDG du groupe Nexter ( fabriquant de blindés) avait déclaré devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale au sujet des chars Leclerc : « je vous confirme que leur implication au Yémen a fortement impressionné les militaires de la région »

La France, patrie des droits de l’homme, doit être à la hauteur de ses valeurs et de sa vocation.

Elle doit impérativement :

-suspendre ses exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite.
-stopper dans les plus brefs délais la maintenance des chars, avions et autres matériels livrés aux belligérants
-ouvrir une enquête parlementaire quant aux éventuelles participations de soldats français dans le conflit au Yémen.
-engager des négociations pour mettre fin à la guerre au Yémen.

Le président de la République doit garder à l’esprit la résolution du parlement européen sur la situation au Yémen du 30 novembre 2017 et les conclusions du Conseil européen du 25 juin 2018 qui soulignaient que les pays exportateurs d’armes qui alimentent le conflit au Yémen risquent d’être complices de crimes de guerre.

C’est pourquoi nous demandons expressément à Emmanuel Macron que la situation au Yémen soit impérativement inscrite à son agenda.

Alors que nous célébrons le centenaire de l’armistice et de la Grande guerre et que 80 chefs d’états sont attendus à Paris pour le Forum de Paris, que la France et l’Allemagne, ont leur destin inextricablement lié pour le renforcement d’une Europe, en proie aux interrogations, le hiatus entre Paris et Berlin né de l’affaire Khashoggi ne doit pas s’approfondir d’avantage.

Tribune du Collectif contre la famine au Yémen envoyée au journal Libération  

Par ailleurs, le Collectif Contre la Famine au Yémen appel à un rassemblement de protestation. Renseignements et informations ici : 

https://www.facebook.com/events/343869316373658/

Les premiers signataires : Thierry Paul Valette, président de l’Égalité Nationale et porte-parole du Collectif Contre la Famine au Yémen; Geneviève de Fontenay, présidente d’honneur du Comité Miss Prestige National; Éva Darlan, actrice et réalisatrice; Ibrahim Sorel Keita, PDG de BDM TV; Emmanuel Dupuy, président de l’IPSE, Institut Prospective et Sécurité en Europe; Fiona Gélin, actrice; Rosalie Kerdo, présidente fondatrice FSE-Fraternité Solidarité Emploi, Almamy Kaloko, président de Grad Guinée; Cécile Ferrovecchio, sociologue et auteure; Bernard Moncel, journaliste; Jessica Cardiny, journaliste fondatrice de Stess News; Stop the war on Yémen; Salam for Yémen; association solidarité Yémen; Help Yémen; le CODI, centre d’observation des inégalités.

Thierry Paul Valette

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann