thierry paul valette
Co/Fondateur pour le rassemblement des "Gilets Jaunes Citoyens" porte parole Comité Famine au Yemen
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2018

La nomination de Rémy Heitz : le fait du prince.

Nicole Belloubet a donc  choisi Rémy Heitz, l'actuel directeur des affaires criminelles et des grâces, pour succéder à François Molins au poste de procureur de Paris. Il s'agit d'un très mauvais signal envoyé avec le choix de ce profil assez politique qui jette l'opprobre sur l'indépendance du parquet.  Thierry Paul Valette

thierry paul valette
Co/Fondateur pour le rassemblement des "Gilets Jaunes Citoyens" porte parole Comité Famine au Yemen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nicole Belloubet a donc  choisi Rémy Heitz, l'actuel directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), pour succéder à François Molins au poste de procureur de Paris. Il s'agit d'un mauvais signal envoyé que le choix de ce profil assez politique. De toute évidence, l'indépendance du parquet ne sera pas pour aujourd'hui. Dans un contexte d'affaiblissement, Emmanuel Macron retente donc de reprendre la main et de remettre de l'ordre.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a choisi Rémy Heitz pour remplacer François Molins

Le nom de ce proche de Jean-Pierre Raffarin avait circulé pendant le psychodrame ou le président Emmanuel Macron avait été pointé du doigt concernant le choix du remplaçant à François Molins. L'Élysée ayant recalé nombreux profils.

Les magistrats candidats à la succession de François Molins à la tête du parquet de Paris avaient jusqu’à lundi minuit pour envoyer leur candidature à ce poste très exposé et au centre d’une polémique, l’Élysée étant accusée d’intervention dans le processus de nomination.

Le ministère de la Justice avait lancé le 24 septembre un nouvel appel à candidatures, alors que trois candidats à la succession de M. Molins avaient été reçus en juillet par la garde des Sceaux Nicole Belloubet. Marc Cimamonti, procureur de Lyon, était, de sources concordantes, le candidat favori de la ministre. Mais selon Le Canard enchaîné et Le Monde, le président de la République Emmanuel Macron est lui-même intervenu pour s’opposer à ces trois candidatures retenues par la garde des Sceaux.

Ce poste stratégique qui cumule de nombreuses affaires, est incontournable pour l'actuel locataire de l'Élysée. Des dossiers sensibles y seront traités et des réquisitions devront être prises dans les affaires "Bénalla", "Nyssen", "Pénicaud" etc...D'une certaine manière ce choix stratégique jette l'opprobre sur l'indépendance du parquet.

L'exécutif garde donc son emprise sur le ministère public de cet ancien conseiller technique au cabinet du Premier ministre chargé de questions de justice. Par ailleurs sous l'ère Jacques Chirac, entre 2003 et 2006, Rémy Heitz était surnommé "monsieur sécurité routière.

Le fait que Emmanuel Macron s’immisce ainsi dans le choix du successeur de François Molins est très inquiétant concernant la séparation des pouvoirs. L'exécutif a de facto entravé le bon fonctionnement des institutions.

Cette nomination est une volonté de renforcer le pouvoir présidentiel. L’affaire Benalla avait en effet mis à jour les difficultés entre l’exécutif et une partie de l’administration publique. Renforcer les rouages d'une administration qui échappe au président de la République est une pratique   contraire à l'éthique du nouveau monde que nous promettait le candidat LREM à l'élection présidentielle de 2017. 

Désormais,  une suspicion permanente planera sur toutes les décisions qui seront prises par le parquet de Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND