Retraite : l'arnaque du rapport de Jean-Paul Delevoye

Emmanuel Macron souhaite la mise en place d'une grande concertation nationale sur les retraites mais elle a déjà eu lieu comme le confirme le site officiel de la réforme sur les retraites. Sur le futur régime universel de retraite il y aura donc des perdants. Par ailleurs, Le rapport de Jean-Paul Delevoye est incomplet. Thierry Paul Valette -TPV-

Emmanuel Macron souhaite la mise en place d'une grande concertation nationale sur les retraites à la veille des élections municipales de 2020 afin de protéger les candidats de LREM. 

 © thierry paul valette © thierry paul valette

Une concertation des retraites a déjà eu lieu comme le confirme le site officiel de la réforme sur les retraites. Sur le futur régime universel de retraite il y aura donc des perdants et ils seront très très nombreux.

 

Le rapport de Jean-Paul Delevoye et le rapport annuel de 2019 du Conseil d’orientation des retraites sont tous les deux incomplets. À ce jour, aucun comparatif n'existe entre le système actuel et le futur régime universel. Une certitude, la durée de cotisaton sera portée à 44 ans et non plus 43 ans comme le prevoyait la réforme Touraine. Cette mesure n'a jamais été soumise à un vote. 

Sous couvert d'un changement dans la manière de faire, l'exécutif reste déterminé à mener cette réforme et rend de facto caduque cette concertation à venir. Porteront le poids de la réforme à venir: les professions libérales, les fonctionnaires, les bénéficiaires des régimes spéciaux ( cheminots...), infirmières, enseignants etc...

Par ailleurs, ce rapport n'est qu'un parti pris pour le régime unniversel puisque les exemples choisis vont systématiquement dans le sens de ce régime. L’exécutif compte ne pas toucher à la part des retraites dans les dépenses publiques. La conséquent directe est sera la baisse des pensions.

Autre injustice de taille avec le principe de l’âge pivot : les personnes qui ont commencé à travailler jeune devront continuer à travailler jusqu’à 64 ans si ils veulent une retraite à taux plein. Aujourd’hui, ils peuvent prétendre à un taux plein dès 62 ans.

Comme nous avons tous pu le constater à la sortie du "Grand Débat", la réforme sur les retraites n'est finallement qu'un prétexte pour tenter de combler le déficit. C'est là son unique ambition.

Pourtant d'autres leviers existent :

   - lutte contre l'évasion fiscale

   - annulation du cumul des retraites

   - mise à contribution par les grandes entreprises du CAC 40 

   - taxation des fortunes les plus importantes 

   - taxation sur le kérosène

   - lutte contre la fraude à la TVA ( 5 M d'euros )

etc...

Une pétiton est en ligne : Touche pas à ma retraite : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-touche-pas-à-ma-retraite

Thierry Paul Valette

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.