Pas d'antenne pour les dealers de haine

Suite aux propos d'Eric Zemmour, qui affirmait que le prénom d'Hapsatou Sy était une «insulte à la France», des responsables d'associations et autres personnalités de la société civile pointent les médias qui persistent à inviter des personnes déjà condamnées pour incitation à la haine raciale ou religieuse. Thierry Paul Valette

Dans notre tribune pour le journal libération, nous avons pointé les médias qui persistent à inviter des personnes déjà condamnées pour incitation à la haine raciale ou religieuse.

Eric Zemmour. Photo © BEBERT BRUNO/SIPA Eric Zemmour. Photo © BEBERT BRUNO/SIPA

Cela fait suite aux propos d'Eric Zemmour, qui affirmait sur le plateau de Thierry Ardisson le 16 septembre dernier que le prénom d'Hapsatou Sy était une «insulte à la France». Aucun prénom n'est une insulte à quoi que ce soit, la France ce n'est pas ça.

C’est pourquoi nous interpellons la ministre de la Culture et les responsables de l’audiovisuel français afin que de toute urgence nous élaborions ensemble les règles nécessaires pour que les médias soient plus vigilants et rigoureux dans le respect des lois et valeurs de la République.

La liberté d'expression doit être préservée mais elle ne doit nullement porter atteinte à la dignité de chacun.


Dans leurs relations entre eux, les individus peuvent s'exprimer librement mais l'usage de propos tels que le mensonge, la diffamation et les appels aux meurtres et à la haine est contraire à la vertu et nous devons préserver le respect de chacun.

Nous pouvons ne pas être d'accord, critiquer, revendiquer et affirmer nos opinions contraires , et je me battrai toujours pour, mais en aucun cas cela ne doit être un prétexte pour la haine sinon c'est mettre en danger cette même liberté d'expression.

Nous savons tous que les réseaux sociaux sont un déversoir d'insultes et de haine, nous luttons contre, mais cela ne doit pas gangrener le paysage audiovisuel. Les médias ont une grande responsabilité dans l'opinion publique et manquent parfois d'éthique tout comme nos responsables politiques et cela est valable aussi pour eux. Seulement, nous, de manière individuelle, devons résister et nous respecter entre nous.

 

Les propos d’Eric Zemmour ont suscité une émotion légitime. Présent sur le plateau de Thierry Ardisson le 16 septembre dernier, il a affirmé que le prénom d’Hapsatou Sy était une «insulte à la France» et que sa mère aurait mieux fait de lui en donner un qui soit tiré du calendrier chrétien, comme Corinne, par exemple.

Evidemment, c’est le propos d’Eric Zemmour qui est une insulte à la France. La France d’aujourd’hui, c’est un pays rassemblant des personnalités aussi diverses que Carla Bruni, Elie Chouraqui, Jamel Debbouze, Ruth Elkrief, Gad Elmaleh, Tahar Ben Jelloun, Carlos Ghosn, Jack Lang, Enrico Macias, Teddy Riner, Harry Roselmack, Omar Sy, Lilian Thuram, Rama Yade, Zinedine Zidane ; et à part Eric Zemmour, personne ne songerait à leur reprocher leur prénom.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.