Le handicap, la cause oubliée d'Emmanuel Macron

Le handicap devait être un des enjeux majeurs du mandat d'Emmanuel Macron. Les promesses se sont envolées. Le rejet de la proposition de loi pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap" n'est pas du gout du député François Ruffin: "Honte", "déshonneur", "infamie" . La loi Elan avait marqué le début du renoncement du gouvernement. Thierry Paul Valette

Un des sujets majeurs du quinquennat est passé à la trappe. La loi Elan, avait déjà enterré l’obligation d’accessibilité des logements neufs. Aujourd'hui c'est le rejet de la proposition de loi pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap" 

Le député de la France insoumise n'a pas décoléré : ""Honte", "déshonneur", "infamie". Les députés La République en Marche en prennent pour leur grade pour avoir rejeté l’amendement :" Vous n'avez pas honte ? Honte de votre paresse ? Honte de votre sectarisme ?", a lancé le député Ruffin.  Le projet de loi en question était porté par le député Aurélien Pradié ( LR ).

La colère de François Ruffin après le rejet d'un texte pour les élèves handicapés par les députés en Marche. Une loi pour améliorer la rémunération des accompagnateurs d’élèves handicapés. © thierrypaulvalette

Récemment, c'est avec une immense indignation que des millions de personnes avaient visionné la scène d'un jeune de 27 ans qui souffre d'une infirmité motrice cérébrale et qui se fait lamentablement virer avec son chien-guide d'un Carrefour Express par le responsableLe handicap devait être un des sujets majeurs du quinquennat. Mais un an après et malgré les promesses, les associations déplorent des renoncements.

Emmanuel Macron a joué au tennis-fauteuil, en juin 2017, pour soutenir la candidature de Paris aux Jeux olympiques 2024. Emmanuel Macron a joué au tennis-fauteuil, en juin 2017, pour soutenir la candidature de Paris aux Jeux olympiques 2024.

Emmanuel Macron déçoit sur la cause du handicap. Les ambitions de l'entre-deux tours de la présidentielle se sont envolées. Alors candidat, le président actuel, avait lancé : «Je ne veux plus de personnes vivant en situation de handicap qui soient sans solutions. […] Ce sera l’une des priorités de mon quinquennat.» L’engagement avait rassuré de nombreux électeurs. 

Pour rappel, la loi Elan avait enterré l’ambition d’avoir l’ensemble des logements neufs accessibles à tous. Une énorme reculade du gouvernement. Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées avait déclaré : «les associations ont été consultées sur ce sujet et elles étaient d’accord». Les petites et grandes associations, déçues, ne veulent plus des simples mesurettes à des effets d'annonce. Les montants alloués sont souvent dérisoires et loin des besoins réels.

La revalorisation de l’allocation adulte handicapée (AAH)  établie à 810 euros devrait être augmentée de 60 euros en deux ans. Une bien maigre revalorisation accordée par Édouard Philippe. La revalorisation de l’allocation adulte handicapée (AAH)  établie à 810 euros devrait être augmentée de 60 euros en deux ans. Une bien maigre revalorisation accordée par Édouard Philippe.
Par ailleurs, les couples de personnes handicapées ne percevront pas cette hausse. 

Les personnes handicapées devront continuer à vivre sous le seuil de pauvreté. Le logement et l’insertion professionnelle restent des préoccupations majeures. Malheureusement l'absence d'évolution législative majeure en matière d’emploi et de logement laisse les personnes face à un monde discriminatoire. Ces «sans-solutions», dont parlait Emmanuel Macron justement, sont souvent lourdement handicapés et devront rester livrées à eux-mêmes.

 Thierry Paul Valette

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.