Présidentielle 2022: Emmanuel Macron candidat du nouveau monde

Dans une allocation de toute évidence plus percutante, le chef de l’État en a annoncé la couleur lors de sa prise de parole très attendue lundi 13 Avril. Le défi électoral pour 2022 est donc lancé: début officieux de sa campagne présidentielle pour 2022. Thierry Paul Valette

Les prétendants à l’Élysée n’ont qu’à bien se tenir, le renouveau c’est lui. En effet, le chef de l’État en à annoncé la couleur lors de sa prise de parole très attendue lundi 13 avril. Dans son viseur, les personnalités politiques potentiellement candidats: A.Hidalgo, V.Pécresse, A.Montebourg, Y.Jadot etc…Ils sont prévenus, le défi électoral pour 2022 est donc lancé: « je tâcherai de dessiner le chemin qui rend cela possible ». Emmanuel Macron en bon prophète a donc su profiter de cette crise du Covid-19 pour tirer habilement son épingle du jeu la ou personne ne l’attendait vraiment. 

Emmanuel Macron Emmanuel Macron

Dans une allocation de toute évidence plus percutante et maîtrisée que la précédente, le président de la République a fait son mea culpa avec lucidité et franchise. L’exercice, loin d’être facile, s’est vite transformé en une puissante narration dans laquelle il n’a pas rechigné à pointer le double bilan des échecs et des manques du système de santé et de la gestion de la crise sanitaire affichant une ambition de renouvellement. Il signe donc cette sortie de crise par le haut répondant aux attentes des français. 

Les informations beaucoup plus précises et claires qu’à l’accoutumé sous le ton de l’empathie assoit d’avantage son leadership. Se voulant rassurant l’utilisation fréquente du « nous »lui a permis de franchir le terrain de l’après coronavirus dans l’union nationale et s’adressant ainsi au peuple: « nous en tirerons les conséquences en temps voulu ».

Cette stratégie est très ambitieuse puisqu’elle s’inscrit également dans le renouveau d’objectifs géopolitiques précis. L’épineuse question de la dette africaine est posée sans complexe puisqu’il en défend tout simplement son annuellement: « une étape indispensable » selon lui pour aider l’Afrique à traverser la crise du coronavirus. Cet élan de solidarité s’entend sur les plans économique, climatique et sanitaire. 

C’est dans le « se réinventer » que réside sa stratégie: « nous réinventer, moi le premier ». Cet esprit de reconquête signe l’après Covid-19 et le message est clair, il sera au rendez- vous pour l’élection présidentielle de 2022. Adieu donc l’Olympe de Jupiter pour un retour parmi les mortels s’associant pleinement aux français: « Ce qui semblait impossible ... nous avons su le faire en quelques jours » 

Au-delà du deconfinement prévu à partir du 13 mai, le président de la République glisse doucement mais surement vers un nouveau monde qui se renouvelle achevant une séquence de chef de guerre qui avait semé le doute dans bien des esprits. 

Le chef de l’État entre de plein pied dans l’arène d’un monde qui se transforme embrassant les nouveaux défis quiattendent l’Europe et l’humanité toute entière de la même manière qu’il avait su le faire lors de la crise des Gilets Jaunes. Cette solidarité nationale avait forcé Emmanuel Macron au dialogue direct avec les français au travers du grand débat.  

Les principes de la souveraineté et de la mondialisation ont montré leur inefficacité dans la gestion de la crise du Covid-19 et de facto, ils ne pourront donc prétendre être au centre du débat politique de la prochaine échéance présidentielle. 

C’est donc sous des accents Gaulliens qui renvoie l’«ancien monde » dans les archives Élyséennes, il marque au fer rouge une nouvelle identité politique dans un discours qui est incontestablement le début officieux de sa campagne présidentielle pour 2022. 

 

Thierry Paul Valette

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.