Quand les forces de l'ordre affrontent les pompiers, merci Christophe Castaner !

Ce mardi 15 octobre, des milliers de sapeurs-pompiers ont défilé à Paris pour exprimer une colère légitime. Le gouvernement a multiplié les provocations en jouant le pourrissement du rassemblement à coups de gaz lacrymogène, de matraque et en multipliant les nasses policières injustifiées. Thierry Paul Valette TPV

Ce mardi 15 octobre, des milliers de sapeurs-pompiers ont défilé à Paris pour exprimer une colère légitime puisque confrontés à une hausse du nombre d’interventions, avec des moyens encore plus limités.

Le gouvernement a multiplié les provocations en jouant le pourrissement du rassemblement à coups de gaz lacrymogène, de matraque et en multipliant les nasses policières injustifiées.

Le gouvernement a multiplié les provocations en jouant le pourrissement du rassemblement à coups de gaz lacrymogène, de matraque et en multipliant les nasses policières injustifiées. Le gouvernement a multiplié les provocations en jouant le pourrissement du rassemblement à coups de gaz lacrymogène, de matraque et en multipliant les nasses policières injustifiées.

Une répression sans limite hier à la place de la nation à Paris. Des sapeurs-pompiers pacifiques ont essuyé gazages, grenades de désencerclement et canons à eau.

Le gouvernement a multiplié les provocations en jouant le pourrissement du rassemblement à coups de gaz lacrymogène, de matraque et en multipliant les nasses policières injustifiées. © thierry paul valette

Cette stratégie de la honte met face-à-face deux corps de l’État, pompiers et policiers.

Nous devons saluer le succès de cette forte mobilisation. Entre 7 000 et 10 000 personnes ont défilé. Entre sifflets, fumigènes et sirènes, la manifestation a été joyeuse et bon enfant jusqu’à l’arrivée place de la Nation, où les forces de l’ordre ont haussé le ton. 

Un plan d'urgence doit être engagé pour la profession. Il devient impératif que les revendications de ce corp de l'État soient transformées en amendements lors de l’examen du Projet de Loi de Finances.

La revalorisation de la prime de feu à 28% du salaire de base doit devenir effective, les risques du métier et les maladies professionnelles doivent être automatiquement prises en considération. La question des retraites des soldats du feu est elle aussi à considerer. 

Thierry Paul Valette TPV

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.