Emmanuel Macron pointé du doigt dans le conflit au Yémen

Derrière l'affaire Khashoggi, la pire crise humanitaire au monde continue au Yémen. Un conflit appuyé par l'Arabie saoudite, qui achète des armes à la France. Près de 5 millions d'enfants risquent la famine. L'exécutif poursuit ses exportations d'armes aux pays de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. Le "Collectif contre La famine au Yémen" dénonce ces pratiques. Thierry Paul Valette

Deux semaines après la disparition de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul, la polémique continue de faire la une des tabloïds. La version d'une «rixe à coups de poing» entre le journaliste dissident et des officiels qui le recevaient. Au-delà de l'enquête, des questions se posent. Donald Trump, nie être grand allié de l'Arabie mais estime «crédible» la version saoudienne. Emmauel Macron  parlera prochainement au Roi Salmane d'Arabie saoudite au sujet de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi (info CNEWS).

Jamal Khashoggi aurait été assassiné par des agents de son paysTIMOTHY A. CLARY AFP Jamal Khashoggi aurait été assassiné par des agents de son paysTIMOTHY A. CLARY AFP

Seulement l'affaire Khashoggi occulte la pire crise humanitaire de tous les temps selon l'ONU.  En effet, la guerre du Yémen est une terrible crise humanitaire qui pourrait vite finir de rattraper le gouvernement français. La France est un très grand vendeur d’armes. Elle fournit les pays de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite. Elle contribue de facto au pilonnement du pays le plus pauvre de la péninsule Arabique. 

Mohamed ben Salmane et Emmanuel Macron  à l'Elysée. AFP PHOTO / POOL / YOAN VALAT Mohamed ben Salmane et Emmanuel Macron à l'Elysée. AFP PHOTO / POOL / YOAN VALAT

Emmanuel Macron persiste à soutenir les ventes d'armes à l'Arabie bien que la question divise. Le Quai d'Orsay et le ministère de la Défense s'opposent à Matignon et à l'Elysée. L'exécutif a tranché en faveur d'une politique d'export. 

Les contestations face aux prises de commandes ou de livraisons de matériels sont de plus en plus nombreuses. Pour rappel l’Arabie saoudite était entre 2007 et 2016 le second client de la défense française.  Les prises de commandes avoisinaient les  764 millions d’euros en 2016. Un marché juteux pour les industriels soutenus par Emmanuel Macron.

Les ventes d'armes à l'Arabie saoudite par la France Les ventes d'armes à l'Arabie saoudite par la France

L'éthique n'a guère de place en politique lorsqu'il s'agit d'argent. La France, pays des droits de l'Homme, ne déroge pas à cette triste réalité. Face à la réalité des chiffres, Emmanuel Macron tente de minimiser les commandes de l’Arabie Saoudite. « La France a une politique extrêmement rigoureuse en la matière avec une commission interministérielle de contrôle des armements, qui est présidée par le Premier ministre. […] Nous ne faisons pas partie des fournisseurs sur ces matières-là, de l’Arabie saoudite sur justement sur ce conflit », avait déclaré le président de la République. Donald Trump, quant à lui,  n’a nullement l’intention de remettre en cause les contrats d’armements conclus avec l’Arabie Saoudite.

 Nul doute que la diplomatie de la France s'installe en fonction de critères commerciaux. Sa politique prime au détriment des populations locales et met à mal son ambition de lutte contre le terrorisme. Cette sous complicité réelle se renforcera en fin d'année avec la visite officielle du président Macron a à Riyad. D'ici là des millions d'enfants demeureront cloutés aux portes de la famine. Ce que dénonce le Collectif Contre La Famine Au Yémen.

Le collectif  s'appuie sur les déclarations de l'ONU et dénonce une situation plus qu'alarmante. Le Yémen s’achemine vers la pire famine connue dans le monde depuis 100 ans. Aucune solution politique au conflit n'est en vue qui dure depuis 2015. Les pourparlers qui devaient se dérouler à Genève le 6 septembre 2018 n'ont pas eu lieu. Les Houthistes ont refusé de s'y rendre sous prétexte que l'Arabie saoudite n'a pas apporté de garanties suffisantes. L’intensification du conflit s'accélère provoquant une envolée des prix. L'augmentation importante du nombre d’enfants qui souffre de famine continue. L’ONG Save the Children, dénonce cette situation. 

Save the Children a estimé qu’un million d’enfants supplémentaire risquaient de souffrir de la f

5 millions d'enfants aux portes de la Famine, en cause la vente des armes par la France à l'Arabie saoudite 5 millions d'enfants aux portes de la Famine, en cause la vente des armes par la France à l'Arabie saoudite

amine, portant à 5,2 millions le nombre total d’enfants sous-alimentés dans ce pays pauvre de la péninsule arabique. La France doit cesser d'être une arme de guerre à ce conflit. Elle met en péril la vie des civils, des enfants, les exposant à la famine et au choléra. Sur vingt enfants de moins de 5 ans, au moins un souffre de malnutrition aiguë sévère à Hodeïda selon l’Unicef. Elle estime aussi à plus de 11 millions, soit 80 % des enfants du pays, les petits Yéménites ayant un besoins désespéré d'assistance humanitaire.

Le Collectif contre la famine au Yémen a mis en place une pétition appelant à en finir avec l'exportation des armes vers l'Arabie Saoudite par la France. Selon le collectif, les relations entre la France et l'Arabie saoudite ne doivent pas se développer au détriment de la paix et des droits de l'homme, c'est une question d'éthique. https://www.facebook.com/CollectifContreLaFamineAuYemen/ Twitter : @ComiteYemen

L'hypocrisie de la France dans la guerre au Yémen

La France a vendu du matériel de guerre aux Émirats arabes unis et à l’Arabie Saoudite. Des blindés, des canons, des ravitailleurs, des fusils de sniper, ou encore des missiles et chars dont l’entretien est assuré par la France. Le collectif  appel à la création d'une commission d'enquête sur les ventes d'armes dans les plus brefs delaies .  

ENFANTS YÉMÉNITES VICTIMES DES VENTES D'ARMES DE LA FRANCE À L'ARABIE SAOUDITE © comiteyemen

La moralisation de la vie publique est surtout une question d'éthique...La France ne peut prétendre à demeurer le pays des droits de l'Homme en continuant une politique diplomatique meurtrière. Emmanuel Macron doit affirmer une position ferme de la France.

Thierry Paul Valette

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.