ATTENTAT DES CHAMPS ELYSEE: ATTENTAT OU SIMPLE FAIT DIVERS DANS UNE BANALISATION DE

Ultime ligne droite du premier tour de cette élection présidentielle hors normes inscrite dans un contexte hautement à risques dont l'attentat des Champs Élysée qui semble définir les limites de l'état d'urgence...

ATTENTAT DES CHAMPS ELYSEE:  ATTENTAT OU SIMPLE FAIT DIVERS DANS UNE BANALISATION DE L’ETAT D’URGENCE ?

Ultime ligne droite du premier tour de cette élection présidentielle hors normes inscrite dans un contexte hautement à risque.Revenons sur les derniers faits.

 -A Marseille le mardi 18 avril est déjouée une attaque imminente. Deux hommes dangereusement armés se préparaient à entrer en action. Aucune victime à déplorer.
 -A Paris le jeudi 20 avril, sur la plus grande avenue du monde , un homme seul s’attaque à un car de police. Bilan un policer assassiné et trois blessés dont une touriste.

Cette dernière série d’actes terroristes face à la situation d’exception de l’état d’urgence soulève   une série de questions. 

1°)  IL Y A T’IL UNE BANALISATION DE L’ETAT D’URGENCE ? 

La lutte contre le terrorisme n’à pas été un sujet pleinement abordé chez l’ensemble des candidats de cette élection présidentielle 2017 contrairement à l’élection précédente. Pourtant cette campagne s’inscrivait dans un contexte très particulier : celui du régime de l’état d’urgence. Cet état d’exception en réponse aux attentats de Paris et de Saint-Denis perpétrés  dans la soirée du 13 novembre 2015. Elle reste une mesure exceptionnelle qui fut utilisée à cinq reprises sous la V république depuis la promulgation de la loi en 1955.

 En vigueur depuis le 14 novembre 2014 et prolongée jusqu’au 15 juillet 2017 sous l’impulsion du président Hollande , cette mesure qui se devait exceptionnelle en vertu de l’article 5 de la constitution voit le pays s’inscrire dans une réelle accoutumance remettant en cause sa légitimité. 

Récemment dix responsables associatifs et quarante deux universitaires ont appelé le chef de l’état à la levée de cet état d’urgence avant de quitter ses fonctions présidentielles. Ce même chef de l’état qui avait détourné cet état d’exception  pour entraver des manifestations écologistes et syndicalistes.

Nul doute que pour ses détracteurs nous sommes dans une banalisation de l’état d’urgence.Les français sont d’une certaine manière habitués à cet état de fait. Ce qui répondait de l‘exception fait à présent parti du quotient , outre les conséquences sur le système judiciaire plus précédemment la « déjudiciarisation » de la justice. Les attentats successifs font malheureusement partie du paysage français depuis 2012. Il y a t’il d’une certaine manière une banalisation de ces événements ? Deviennent ils au yeux des français de « simples faits divers » dramatiques  à force de répétitions ? 

2°) LES CHAMPS ELYSEE : ATTENTAT OU UN « SIMPLE FAIT DIVERS » ?

 Naturellement  il va de soit que les terribles événements qui se sont déroulés dans la soirée du jeudi 20 avril sur la plus grande avenue du monde restent des actes odieux d’une lâcheté incommensurable et sans nom. Bien évidemment que ce soir la , sur les Champs Elysée , il s’agissait bel et bien d’un attentat répugnant commis par un homme isolé portant atteinte à la sureté de l’état faisant un mort parmi les forces de l’ordre et trois blessés dont une touriste étrangère.

Seulement une question se pose : Dans l’esprit des gens s’agissait-il d’un attentat ou finalement considérait-ils plutôt cet acte comme appartenant d’avantage à la série des dramatiques faits divers dont ils commencent à être tristement habitués ? La question peut être légitimement posée au lendemain de cette attaque meurtrière et barbare revendiquée.

Le faible impact émotionnel que cela à réellement déclenché tranche considérablement avec les précédentes attaques terroristes qui elles avaient suscité d’intenses et vives réactions très nombreuses au travers de l’hexagone. De multiples rassemblements spontanés avaient vu le jour , des rassemblements d’hommages et d’indignations s’étaient alors crées .

Or deux jours après les faits commis sur les Champs Elysée, force est de constater qu’il n’en est rien concernant les événements de jeudi soir.

Certes des bougies ont été déposées sur les lieux même de la tragédie , quelques bouquets de fleurs également ,seulement une infime partie des parisiens se sont réellement déplacés. Le syndicat des forces de l’ordre accompagné de quelques dizaines de policiers, des passants , quelques touristes et quelques parisiens constitués l’ensemble des hommages. En somme très peu de monde. 

Sur les réseaux sociaux la solidarité envers notre police nationale faisait preuve d’une bien grande timidité bien loin , très loin ,du temps ou nous étions « Charlie ». D’ailleurs le réseau social Facebook qui d’ordinaire lance son « alerte attentat » pour situer les personnes en sécurités , n’a cette fois-ci pas été utilisé.
Un événement sur la page Facebook du mouvement de l’égalité nationale en hommage aux victimes et en soutien aux forces de l’ordre, prévu pour samedi après midi à la place de la république , ne voyait qu’une trentaine d’inscrits vendredi soir ,soit une très faible participation citoyenne.

 Toutes ces réactions contrastaient fortement avec les images véhiculées par certains médias qui au contraire ont indiqués : « de très fortes émotions » , « des rassemblements dans quelques grandes villes » , « une population sous le choc ». S’appuyant pour se faire sur quelques plans serrés de caméra sur une foule minuscule.

Vendredi soir les terrasses de café n’ont pas désempli ,sur les Champs Elysée le calme des jours précédents était retrouvé.L’émotion restait très contenue. Pouvons nous parler pour autant d’un désintérêt collectif envers nos fonctionnaires de police encore récemment pris à parti lors de dernières manifestations ? La question mérite d’être soulevée.

3°) UN DESAVEUX DE LA POLICE NATIONALE ?

Cet acte terroriste n’a donc pas suscité les émotions et réactions des précédentes attaques terroristes comme si finalement la mort de ce jeune policier lâchement assassiné  jeudi soir sur les Champs n’avait pas une si grande importance dans sa symbolique.

Notre police nationale est malheureusement confrontée ces derniers temps à de nombreuses tensions avec une partie de la population. Récemment encore lors de manifestations ils ont été pris à parti. Pire encore le 19 mars une marche contre les violences policières mobilisait prés de 10 000 personnes à paris de la Nation à place de la république.

L’affaire Adama Traoré , un jeune de 24 ans décédé lors de son interpellation par des gendarmes.

L’affaire Théo avait elle aussi indigné de nombreuses personnes , provoquant des tollés générales, ce jeune violemment interpellé par les forces de l’ordre victime pendant son arrestation d’une déchire anale conséquente à l’intrusion d’une matraque policière . Ce n’était pas la première fois d’ailleurs que ce type de faits se produisait. 

Ces nombreuses affaires épineuses et contagieuses jettent l’opprobre sur la profession toute entières et s’inscrivent dans un contexte compliqué d’une société en manque de repère et d’espérance qui voit la montée des extrêmes , un taux de chômage toujours important , des attaques terroristes à répétitions, un raz le bol général des citoyens face aux affaires de corruption de nos élus.

Stigmatisée , notre police est la mal aimée nationale dont aucun de nos élus n’a pour le moment trouver la solution miracle pour effacer ce désamour. Depuis  2012 ils restent une cible privilégiée des djihadistes.  Sur les réseaux sociaux , à l’exception des pages d’actualités de grands médias et de certain profil Facebook , les événements dramatiques de jeudi soir ne semblent pas provoquer l’indignation générale.Les attaques de Mohamed Merah avaient quand à elles marquées au fer rouge l’élection de 2012.

Pour la plupart des gens interrogés ces événements n’auraient aucune incidence dans les urnes dimanche .Cette élection présidentielle 2017 qui restera dans les anales pour de multiples raisons aurait-elle pris le pas sur les considérations essentielles que nous devons nous poser dans notre « bien vivre ensemble » ? Elle nous réserve encore des surprises….Mais nul doute que les comportements de certains candidats bien loin de la morale attendue aura d'une manière contribuer à ne pas arranger là situation. Prendront-ils leurs responsabilités ? Nous pouvons malheureusement en douter...

 

TPV

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.