Affaire Benalla : Brigitte Macron doit être auditionnée par la commission d'enquête

Si Emmanuel Macron refuse de venir s'expliquer devant les députés, sa compagne doit être auditionnée par la commission d'enquête.Alexandre Benalla semblait être en charge de la sécurité du couple. Elle doit aider les parlementaires à éclaircir précisément le rôle du collaborateur d'Emmanuel Macron au sein de l'Élysée. Thierry Paul Valette

Si Emmanuel Macron refuse de venir s'expliquer devant les députés, sa compagnedoit être auditionnée par la commission d'enquête.Alexandre Benalla semblait être en charge de la sécurité du couple. Elle doit aider les parlementaires à éclaircir précisément le rôle du collaborateur d'Emmanuel Macron au sein de l'Élysée. 

37403498-1642107952564518-146979712218955776-n

Les députés de la majorité refusent pour le moment qu'Emmanuel Macron soit auditionné. Ils font bloc à l'exception de Sonia Krimi qui se dit scandalisée par l'ensemble de ces révélations. 

IL Y A UN PROBLEME DE CONSTITUTION

La Constitution permet que le Président ne vienne pas s'expliquer devant la commission d'enquête. En effet le Président Emmanuel Macron  peut très bien refuser de venir, c’est son droit, mais il peut tout à fait venir également.

Gérard Collomb sera le premier à être auditionné par les parlementaires lundi 23 juillet à l'Assemblée, puis le lendemain au Sénat.  Le ministre de l'Intérieur devra notamment dire s'il était au courant des agissementsdu collaborateur du chef de l'État, filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai dernier. Tout se sait extrêmement vite au ministère de l'Intérieur il est évident que  Gérard Collomb n'ait  pas appris par la presse l'affaire Benalla. Ne soyons pas dupe. La ministre de la justice non plus. 

Quand à Brigitte Macron, ses liens de proximité avec monsieur Benalla sont rééls. L'épouse du chef de l'État qui profite d'un cabinet et d'un budget de 400 000 euros par an devient de fait un membre de l'État et doit donc justifier de cette étrange proximité avec l'homme désormais démasqué responsable du passage à tabac du jeune homme le 1 mai.

LA RÉFORME DU STATUT DU CHEF DE L'ETAT S'IMPOSE ! Il n'y a qu'à partir de là que les choses pourront vraiment changer !!!

L'affaire du "BENALLAGATE" a mis en lumière des pratiques dignes des plus grandes barbouzeries sous fond de hooliganisme. Un président Emmanuel Macron complice bafouant l'article 5 de la constitution sous couvert de son immunité. Les belles paroles de l'ancien candidat de l'élection présidentielle de 2017 :"république irréprochable, ministre irréprochable" sont déjà bien loin. 

Aussi, cette crise d'une extrême gravité fragilise encore plus la place du président au sein des institutions et de facto l'État. Cette micro-milice au service du Président Emmanuel Macron composée de Philippe Mizerski, Alexandre Benalla et Vincent Crase qui était rendu couplable de faits d'une extrême gravité, n'est malheureusement qu'une goutte d'eau ( Monsieur Benalla a passé à tabac un jeune homme, frappé une femme et usurpé l'identité des forces de police et ne sera sanctionné que d’une simple mise à pied de 15 jours...par le Emmanuel Macron )

Depuis la loi constitutionnelle n° 2000-964 du 2 octobre 2000 suite au référendum sur le quinquennat présidentiel organisé par le président Jacques Chirac, les choses se sont accélérées mettant à mal, en autres, l'article 20 de la constitution : un président omniprésent qui conduit au quotidien la politique de la nation, le premier ministre devenant un "simple collaborateur". Ce fût le cas dès l'ère du Président Nicolas Sarkozy. C'est un fonctionnement plutôt monarchique au sens du pouvoir à un seul homme. De facto des dérives régulières qui plombent le bon fonctionnement des institutions.

Les pouvoirs accordés au Président de la République sont bien trop nombreux et sa responsabilité pénale reste discutable. C'est pour cela que la consitution est souvent bafouée et rend contradictoires les articles qui la composent. Les pouvoirs accordés au Président de la République peuvent être modifiés dans certaines circonstances seulement dans la pratique ce fait est rare.

 

Pour la réforme du statut de Président de la République 

https://www.change.org/p/pour-une-réforme-du-statut-du-président-de-la-république

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.