RASSEMBLEMENT STOP VIOLENCES ET MENSONGES D'ÉTAT MACRON- BENALLA 28 JUILLET

L'affaire BENALLA ou ce proche du Président Emmanuel Macron a passé à tabac un jeune homme frappé uen femme. Monsieur Macron ne protège pas les citoyens mais cautionne des actes de violences extrêmes en faisant état d'aucune sanction appropriée et porte atteinte de facto à la sécurité des citoyens. Nous ne pouvons cautionner ces abus de pouvoir digne d'un état dictateur !!!! Thierry Paul Valette

L'affaire BENALLA ou ce proche du Président Emmanuel Macron a passé à tabac un jeune homme sans défense sans raison...Après seulement une suspension de 15 jours l'homme a réintégré les rangs...L'Elysée avait communiqué sur le fait qu'il serait en charge des évènements intérieurs du palais...Mensonge d'État puisque l'homme a été aperçu en compagnie des joueurs de l'équipe de France et ailleurs..!!

Monsieur Macron ne protège pas les citoyens mais cautionne des actes de violences extrêmes en faisant état d'aucune sanction !!! Il porte atteinte de facto à la sécurité des citoyens.

37611418-1642182862557027-423427936515784704-n


Nous ne pouvons cautionner ces abus de pouvoir digne d'un état dictateur !!!!

UN GOUVERNEMENT COMPLICE QUI SAVAIT , LES MINISTRES DE LA JUSTICE ET DE L'INTERIEUR ...

DES DÉMISSIONS DOIVENT ÊTRE PRISES !!!!!

Et cette femme frappée par Benalla, la on n'entend plus la ministre Marlène Schiappa !!!!

Ces personnes au centre de l'État qui endossent les insignes de la police est une chose grave et mettent à mal le travail des forces de l'ordre en semant le trouble lors des manifestations...

Monsieur Macron dans son attitude met en danger les institutions et jette l'opprobre sur la démocratie !!!!
La république n'est pas une monarchie...
Le statut et les pouvoirs du Président doivent être réformés !!!

Sans oublie qu'il y a quelques semaines , un jeune homme, Aboubacar Fofana qui était à bord d’une voiture de location lorsque la police lui a demandé de présenter ses papiers a refuser de décliner son identité et a entamé une marche arrière. Il décèdera des suite d'une balle recue dans le cou.

C'est le 14ème décès dans des interventions policières depuis juillet 2017, selon l'Obs, citant l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). L'affaire de Nantes montre une fois de plus certaines dérives policières en France. Le pays des droits de l'Homme ne semble pas en mesure de prendre les responsabilités qui s'imposent et pour cause...affaire BENALLA.

Concernant ce dossier, les policiers en cause ont menti dans la première version qui faisait état d’un CRS blessé aux genoux par le véhicule et évoquaient la présence d’enfants, qui se seraient trouvés en danger derrière la Nissan. Une version réfutée par des habitants, témoins de la scène, qui assurent que personne ne se trouvait sur le chemin de la voiture. Finalement, le policier responsable change de version pour affirmer qu'il s'agirait d'un tir accidentel.

Nous appelons à cette manifestation pour dénoncer au dela de cette affaire, les dérives de l'État en France. Les policiers ne doivent pas être une arme contre le peuple. L'État français doit en terminer avec un État Barbouze

Des homicides illégaux, des passages à tabac, des agents de l'État infiltrès dans les manifestations , des injures racistes et l’usage abusif de la force par certains agents de la force publique sont interdits en toutes circonstances par le droit international. Or, en France, les plaintes pour ce type de violations des droits humains se multiplient avec la complicité de l'État.

Elles ne sont pas souvent suivies d’enquêtes effectives, et les responsables de ces actes sont rarement traduits en justice.

Dans un climat où des violences policières ne sont pas toujours contrôlées, l’impunité de fait dont peuvent bénéficier des agents de la force publique qui franchissent la ligne rouge en France est inacceptable.

Nous dénonçons l'ensemble de ces dérives : violences d'État qui entraînent les dérives policières par le biais des infiltrations etc...

Les conditions de travail des policiers ne sont pas toujours des plus favorables. Ils se heurtent souvent à une population hostille. Seulement, cela ne doit pas justifier l'ensemble de ces dérives. Nous condamnons les agressions envers les forces de l'ordre et condamnons tout acte de violences peu importe la nature .

L'État se doit de protéger la nation ( citoyens et policiers ) mais ne doit en aucun cas dresser les uns contre les autres.

 

LIEN DU RASSEMBLEMENT SAMEDI 28 JUILLET DEVANT LE MINISTÈRE DE L'INTERIEUR

https://www.facebook.com/events/166259687431391/

Afficher moins

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.