Un rassemblement contre la loi immigration du Président Macron le 9 Janvier.

Le projet de loi 2018 sur l’immigration est un projet répressif et identitaire d’une sévérité inédite depuis la seconde guerre mondiale.Sous couvert de « mieux accueillir » le président MACRON inscrit la politique d’immigration dans une logique inacceptable et indigne. Thierry Paul Valette

Le projet de loi 2018 sur l’immigration est un projet répressif et identitaire d’une sévérité inédite depuis la seconde guerre mondiale

Sous couvert de « mieux accueillir » le président MACRON inscrit la politique d’immigration dans une logique inacceptable et indigne.

Emmanuel Macron qui avait promis que la France ne verrait plus avant la fin de l’année 2017 dans ses rues, dans ses bois, des hommes, des femmes et des enfants en détresses, présentera au mois d’Avril 2018 le texte du projet de loi sur l’immigration qui peut se résumer ainsi: « chassez cette misère que je ne saurais voir… »

À la vitesse de l’éclair, le gouvernement dont l’objectif est de durcir le dispositif juridique, montre ainsi son inefficacité à endiguer les flux migratoires.

Thierry Paul Valette, Président de l'Égalité Nationale © Thierry Paul Valette

 

Ce projet de loi voit s’allonger la durée légale de rétention en centre de rétention administrative, passant de 45 jours aujourd’hui à 90 est tout simplement une mesure punitive. Rappelons que 90 % des étrangers en centre de rétention sont éloignés du territoire au bout de 12 jours. Des centres dont les droits de visite effectifs octroyés aux migrants sont minimes avec de nombreuses restrictions concernant le téléphone, les boissons, les produits d’hygiène…

Le nouveau projet de loi du gouvernement visant à lutter contre l'immigration est une atteinte à la dignité humaine et nous ne pouvons l'accepter.

C'est le migrant qui est directement visé.
Déjà ce même gouvernement voulait instaurer la notion de "PAYS TIERS SUR" dans la loi avant de reculer. C'était contraire aux conventions de Genève.

Le Président Emmanuel Macron et monsieur Gérard Collomb sont complices d'une politique de "déraison" qui ne fait que le jeu du Front National et favorise sur notre sol la montée des extrémismes.

Le contrôle des migrants jusque dans les centres de rétentions n'est en aucune manière une politique migratoire efficace et digne.

Rappelons que les 10 et 11 décembre des centaines de migrants étaient expulsés de la porte de La Chapelle dans des conditions inacceptables : tentes lacérées et expulsions manu militari.

Déjà le 2 Octobre nous dénoncions devant l'assemblée nationale une loi anti-terroristes qui autorisait sans justification ni aval de la justice les contrôles aux faciès élargis qui à notre sens entraînait une "logique du soupçon" .

Le gouvernement est donc en état de récidives aggravée puisque cette loi sur l'immigration porte atteinte aux droits fondamentaux.

À la place d'aider le monde associatif à améliorer la condition des migrants et leurs arrivées sur notre sol, il leur est demandé de dénoncer sous pretexte de les recenser. La conséquence directe sera une précarité accrue des migrants qui vont se sentir traqués et donc se cacher.

Le Président Macron avait promis d'accueillir 30 000 réfugiés Syriens. Nous connaissons tous la situation de ces engagements non tenus….
Cette loi à venir sur l'immigration veut traiter le problème dans l'urgence la ou il est nécessaire de le traiter sur le long terme. Les conséquences en sont donc ces mesures inadaptées.

Nous appellons donc à ce rassemblement pour dénoncer ces mesures à venir.

https://www.facebook.com/events/1677155452347759/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.