LE BLOG D’UN ICONOCLASTE – Épisode n°9

Au lendemain du second tour des municipales, le Président de la République Français, Emmanuel MACRON Premier revient sur la pandémie, le confinement, les réformes futures et l’avenir de l’€urope, …

 

Merci Patron de bien vouloir nous accorder cette interview exceptionnelle !

Je suis là pour essayer de guider le peuple français.

Merci Patron : avez-vous changé depuis le conconvirus ?

Le monde a changé ! Selon un récent rapport du Programme des Nations Unies pour le développement, cette crise a creusé les inégalités et entraîné une inversion de la courbe du développement dans le monde et fait exploser les dettes.

Merci Patron, le second tour des Municipales s’est finalement déroulé le 28 juin mais fallait-il maintenir le 1er tour, le 12 mars dernier ?

J'assume totalement la décision ! Le Premier ministre avait consulté toutes les forces politiques et personne n'a pensé qu'il fallait les reporter. Et je ne voulais pas que le pays pense qu'il y avait une manipulation, que les gens puissent se dire que j'avais trouvé là un prétexte pour ne pas les organiser. Personne ne peut dire si cela a aggravé ou non la propagation du conconvirus. Des personnes ont sans doute été davantage contaminés ces jours-là dans les bars ou les sorties en plein air que dans les bureaux de vote… 

Merci Patron, que répondez-vous au Docteur Buzyn, j’abuse ?

La ministre de la Santé a “pressenti“ que ça pouvait mal évoluer. Elle avait des “inquiétudes“. Elle nous a dit qu'il fallait “faire attention“… Nous n'avons absolument “pas ignoré ces signaux“. J'ai abordé cette pandémie avec sérieux et gravité lorsqu'elle s'est déclenchée en Chine. Parce que l'Italie nous a précédés dans cette crise, nous avons pris en France, les mesures les plus dures le plus tôt, à nombre de cas comparables. J'ai suivi à chaque étape trois principes essentiels : fonder nos décisions sur des avis scientifiques, s'adapter à l'évolution de la crise, prendre des mesures proportionnées …

Merci Patron, est-ce que vous reconnaissez que vous avez cependant commis des erreurs de communication autour de la pénurie des masques ?

Ayons collectivement l’honnêteté de dire qu’au début du mois de mars, encore plus en février ou en janvier, personne ne parlait des masques parce que nous n’aurions jamais pensé être obligés de restreindre la distribution de ceux-ci pour les soignants.

Merci Patron, pensez-vous que les français qui sont des irréductibles râleurs vont croire que nous n’avons jamais été en rupture de masques et de test ? 

Suite à la crise de la grippe H1N1 en 2009 où l’État français avait acheté 94 millions de doses de vaccins et 1,7 millions de masques chirurgicaux et FFP2 pour 195 millions d’€uros ; notre politique a évolué au fil des ans et des gouvernements. Le stock a diminué en fonction des besoins et on s’est aperçu qu’il y avait une date de péremption, d’où une nouvelle politique initiée par mes prédécesseurs pour éviter la rupture et n’acheter que le nécessaire. C’est ainsi que dès le 10 mars, nous avons dû acheter des masques partout où cela est possible.

Merci Patron, étions-nous mal préparés à cette crise ?

À l'évidence, mais nous avons fait face !  Comme nous tous, j'ai vu des ratés, des lenteurs, des procédures inutiles, des faiblesses de nos logistiques. Nous en tirerons toutes les conséquences …. Sachons nous réinventer, moi le premier ! Je demande à tous nos élus d'aider à faire en sorte que les règles soient les mêmes partout sur notre sol.

Merci Patron, mais cela signifie-t-il de ne plus réformer ? 

Si mais réformer autrement avec divers critères et pas exclusivement économiques. Mettre entre parenthèse les dettes publiques ne signifie pas ouvrir la boite à Pandore de l’inflation, des nationalisations, de la gabegie budgétaire. C’est reconstruire notre société pour améliorer le cadre de vie de tous les français au sein également d’une nouvelle €urope qui devrait nous protéger des effets pervers de la mondialisation.

Nous devons reprendre le contrôle de l’UE, construire plus encore que nous ne le faisons déjà une France et une €urope souveraines qui tiennent fermement leur destin en main. Il nous faudra rebâtir une indépendance agricole, sanitaire, industrielle et technologique française et plus d’autonomie stratégique pour notre €urope?

Merci Patron, mais concrètement quelle sera votre programme pour la France, demain ?

C’est la quadrature du cercle : comment unifier le Ying et le Yang et répondre aux attentes citoyennes, souvent contradictoires. On veut plus d’intervention de l’État et moins d’impôts, plus de liberté et moins de lois, plus d’écologie et moins de taxes, plus de droits et moins de devoirs, … Il faut être pragmatique et engager des réformes utiles et justes pour tous, au sein de l’€urope. Aujourd’hui la France doit se reconstruire avec les autres pays européens pour faire contrepoids à l’Amérique, l’Asie, la Russie et, la Chine dont l’hégémonie risque de se faire ressentir durant des décennies si nous en sommes pas assez fort. 

Merci Patron, mais serez-vous incarner ce changement car on vous a connu martial, jupitérien, père de la nation, chef de guerre, pragmatique, … ?

Quand un pays est en crise, tout le monde est au front. Mon rôle n’est pas de régler chaque sujet ministériel mais de temps en temps, il faut savoir descendre sur le terrain et aller dans le détail. S’il doit y avoir un dernier pour défendre la République, son unité, c’est moi. Mais je ne dis jamais ce qui se passe dans ma tête, c’est un principe de vie. 

Merci Patron, mais il va falloir nous en dire plus : quel sera le nouveau Macron ?

J’ai déjà esquissé plusieurs fois un mea culpa sur les ratés et les failles ; sur la réforme de l’hôpital, … J’ai assumé mes décisions même si les Français se montrent toujours aussi circonspects sur la gestion de la crise par l’exécutif. J’ai défendu le confinement, la mesure la plus radicale, la plus frustre mais seule à même de stopper une pandémie qu’on ne maîtrisait plus : on a réussi à éviter des dizaines de milliers de morts supplémentaires. 

Merci Patron, mais sommes-nous sorties ou non de cette crise ?

La grande difficulté pour la France, c’est que nous sommes passés au travers des récentes pandémies et n’étions pas prêts à affronter le Covid-19, en février et mars. Quand je regarde autour de nous, personne n’était prêt, absolument personne ! Les déboires de naguère doivent nous servir de balise pour l’avenir.

J’ai invoqué les décisions de rupture qu’il faudra à prendre dans les prochaines semaines et les prochains mois lorsque la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle, aura été maîtrisée : sauvetage de l’hôpital public, reconquête de la souveraineté économique, croissance verte et revalorisation des petits métiers notamment. 

Merci Patron, mais concrètement, quelles seront les prochaines réformes ?

Il faut que les futures réformes soient comprises et acceptées par les français et ne pas répéter l’erreur de la réforme sur l’Hôpital qui n’a parlé à personne. Personne n’a dit que c’est une bonne idée. Ce n’était sans doute pas une bonne idée. Donc il faut réinvestir différemment. Ainsi pour la Santé, Il faut trouver d’autres modes de régulation qui partent du bas et du soin, et plus qu’une logique budgétaire il faut une logique sanitaire. J’ai appelé de mes vœux, la tenue d’un « Ségur » de notre organisation de santé. De même pour l’Éducation, la Justice, l’Écologie, le Logement, la Mobilité, …

Merci Patron, mais quel(s) exemple(s) pouvez-vous nous présenter ?

Et bien protéger par exemple les écosystèmes permet de prévenir l’apparition d’épidémies comme celle du conconvirus. Aussi pour mobiliser et agir pour la biodiversité, la France organisera en janvier 2021, un “One Planet Summit“ à Marseille sur ces sujets.

Merci Patron, mais quel avenir pour les citoyens ?

Avant tout, on doit essayer de continuer à maîtriser l’épidémie ! Je mesure avec vous le choc massif économique. Nous ne sommes qu’au début de la crise économique et sociale. Il est encore trop tôt pour parler du monde « d’après » car les pièces du puzzle sont trop éparses. On n’en n’est pas encore à se projeter dans « l’après » ! 

Merci Patron, mais quid des propositions des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat alors que vous souhaitez une impulsion forte pour vos deux dernières années de quinquennat, alors ?

 Il ne s’agit pas de reprendre sans filtre leurs propositions mais de les étudier pour préparer une grande loi pour marquer le tournant écologique du quinquennat. Les résultats des Municipales ont montré la volonté des français d'une croissance verte. J'en tiendrai compte. 

Outre l’écologie, il est nécessaire de faire face aux déficits qui vont se creuser, et de limiter le travail détaché, alors que la mobilité des travailleurs est au cœur du fondement de l’Union €uropéenne. Il faut dire la vérité aux français : la réalité, est que nous allons connaître l’une des pires récessions au monde en 2020, selon les nouvelles prévisions du Fonds monétaire international ; le PIB français devrait chuter en 2020 de 12,5 %. Et il n’y aura pas hélas de reprise extraordinairement rapide qui nous permettrait de retrouver à la fin de l’année 2020 le même niveau de croissance qu’au début de cette année.

Merci Patron, regrettez-vous d’avoir confiné la France ?

 Certes la France a enregistré près de 30.000 décès mais a sauvé trois fois plus de français grâce à un confinement particulièrement strict jusqu’au 11 mai. Et si nous allons connaître cette année l’une des pires récessions de la planète en raison de la pandémie de conconvirus, aux côtés de l’Italie (-12,8 %) et de l’Espagne (-12,8 %) ; l’Histoire démontre que ce n’est en rien comparable aux drames de nos grands-parents qui ont subi 14/18 puis 39/45.

Nous avons décidé de privilégier l’humain à l’économie. Et la consommation devrait se renforcer progressivement l’an prochain, tout comme l’investissement qui devrait cependant rester modéré. La reprise dépendra notamment de l’impact et de la durée des protocoles sanitaires dans les entreprises et des comportements de consommation et d’investissement des ménages et des entreprises, ainsi que du contexte international. 

Merci Patron, vous nous annoncez des pleurs et des larmes ; ce qui ne vas pas rassurer les Français qui sont des pessimistes invétérés ?

Après une récession très forte attendue en 2020, la Banque de France anticipe un rebond de la croissance de 7,3 % en 2021. Il s’agirait de l’une des plus fortes croissances parmi les pays développés. La France se place ainsi devant les États-Unis (+4,5 %), l’Allemagne (+5,4 %) ou encore l’Italie (+6,3 %) et l’Espagne (+6,3 %), selon les prévisions du FMI. Ensemble, nous pouvons gagner et nous redresser … J’étudie actuellement les propositions des présidents du Sénat, de l’Assemblée et du Cese pour « tracer de nouvelles perspectives, redéfinir les solidarités et dessiner un nouvel horizon ». 

Merci Patron, mais avec quel gouvernement ?

On doit d’abord écrire une autre partition qui sera celle de l’« acte III » du quinquennat, autour d’une majorité de projets. C’est-à-dire le rassemblement d’élus issus de différents horizons mais capables de s’entendre sur une nouvelle politique qui dépasse les clivages traditionnels. Il doit s’agir d’une refondation et cela doit être d’abord une méthode qui rassemble.

Merci Patron, mais que proposera le nouveau gouvernement ?

Nous n'avons absolument pas à rougir du bilan de ces derniers mois. Des dizaines de milliers de vies ont été sauvées par nos choix et nos actions. Nous avons ainsi mobilisé "500 milliards" pour relancer notre économie. Dans combien de pays tout cela a-t-il était fait ? Cela montre la force de notre État et de notre modèle social. Je rassure les français sur toute possibilité d'hausse des impôts pour reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire. Pour cela, j’exhorte plutôt les français à travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres.

Merci Patron, mais où allez-vous trouver cet argent et qui va payer ?

Ce que l'Allemagne et la France proposent aux 27 pays membres, c'est de lever une dette commune, car depuis que le monde est frappé par la crise du coronavirus, beaucoup estiment que l'Union €uropéenne était la grande absente des débats ! Nous ne surmonterons pas cette crise et les suivantes, sans une solidarité €uropéenne forte, au niveau sanitaire et budgétaire. Nous appelons de nos vœux une industrie sanitaire €uropéenne ayant un positionnement stratégique qui améliorera la dimension €uropéenne des systèmes de santé et réduira la dépendance de l’UE, dans le plein respect de la responsabilité des États membres. 

Merci Patron, mais justement avec votre projet franco-allemand, c’est demain, on rase gratis ?

Pour cela, l’Allemagne et la France soutiennent la création d’un Fonds de relance ambitieux, temporaire et ciblé, doté de 500 milliards d’€uros en dépenses budgétaires de l’UE pour les secteurs et les régions les plus touchés. Nous réaffirmons que le « pacte vert » pour l’€urope constitue la nouvelle stratégie de croissance de l’UE et notre feuille de route pour une économie prospère et résiliente sur la voie de la neutralité carbone d’ici à 2050.   Il nous faut également accélérer la transformation numérique, par le déploiement de la 5G, d’infrastructures et de technologies de cyber-sécurité sûres et fiables. Pour cela, il faut trouver un cadre favorable à l’intelligence artificielle ainsi qu’une régulation juste pour les plateformes numériques dans l’UE.

Merci Patron, mais quelles(s) proposition(s) concrètes pour les français ?

Ces propositions devront être étudiées et abordées au sein d’un gouvernement élargi avec une planification sur trois quinquennats. Notre rôle sera double : répondre aux exigences immédiates et préparer le futur. Note politique globale devra bien sûr être €uropéenne car cette crise a montré les lacunes du chacun pour soi. L’Union fait la force … 

Merci Patron et quelles(s) proposition(s) urgentes de la culture ?

Je comprends les inquiétudes des intermittents du spectacle et des artistes auteurs. Je vous annonce la création d'un fonds d'indemnisation temporaire doté de 50 millions d'€uros qui pourra, au cas par cas, pour les séries, pour les tournages être annulés ou reportés, aider à indemniser. Nous envisageons également un grand programme de commandes publiques qui concerne le spectacle vivant mais aussi les métiers d'art, la littérature, les arts plastiques. Et je pense en particulier aux créateurs de moins de 30 ans. 

Merci Patron et ne faut-il pas aussi changer la culture de la répression. Que répondez-vous aux critiques de racisme et violences policières ?

Attention, la France ne ressemble pas au farwest américain. Je répète que les policiers et les gendarmes méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation. Je mets en garde certains agitateurs contre les "communautarismes et les séparatismes". En France, quelles que soient ses origines et sa religion, chacun peut trouver sa place et, je serais intraitable face au racisme et à l’antisémitisme. Pour cela, de nouvelles mesures fortes pour l'égalité des chances seront prises".

Merci Patron, au lendemain des municipales et des premiers départs des vacances d’été, pouvez-vous dire au Français qui sera le prochain premier ministre ?

Depuis un mois, les médias ont fait des tas d’hypothèses, plus iconoclastes les unes que les autres ! Que pensez-vous d’Edgar MORIN, centenaire et jeune d’esprit, toujours tourné vers l’avenir. Suivons son exemple et changeons de voie, plus humaine et plus poétique …

Né le 17 décembre 1977 à Amiens ;

Profession : banquier d’affaires ;

Hobbies : €uropéen convaincu, €urophile et fédéraliste ;

Signes particuliers : Ancien Haut Fonctionnaire, ex-inspecteur des finances, ex-ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, ex- administrateur du think-tank « En temps réel » où il a noué de solides amitiés et recruté de puissants soutiens financiers, Huitième Président de la V° République Française.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.