COVID-19 : la nécessité du développement du numérique

Thierry Rayer, président du Cercle d'études Scientifiques et Paul-Loup Sulitzer, homme d'affaires et romancier ont analysé les conséquences de la crise mondiale provoquée par la pandémie du covid-19. Parmi elles figure la nécessité de l’accélération du développement du numérique.

En effet, les mesures de confinement mises en place par les différentes autorités nationales partout en Europe ont eu des conséquences tant sur le monde professionnel que sur les habitudes des citoyens. Les entreprises ont eu massivement recours au télétravail, privilégiant les vidéo-conférences pour les réunions formelles.  Les particuliers, eux, ont commandé bien plus de biens de consommation via des sites de commerce en ligne.  Ceci a naturellement poussé les commerçants mais aussi les restaurateurs à développer rapidement une « vitrine » ou un webshop afin de proposer leurs produits en livraison.  Si les technologies sous-jacentes à ces différentes manières de travailler ou consommer étaient déjà à notre disposition, leur utilisation croissante devra inévitablement être cadrée pour permettre à tous les acteurs économiques d’y recourir au cours des prochains mois et des prochaines années.

 En effet, nous avons pu noter les limites de l’enseignement à distance. Certaines familles ne sont toujours pas équipées de matériel nécessaire pour accéder à internet et faire du simple traitement de texte. De ce fait, les élèves issus des familles les plus défavorisés ont décroché ; or ce sont ceux qui avaient besoin de plus d’accompagnement.

Le développement du numérique pour tous est un indispensable et le covid-19 nous l’a démontré.

 © Mission ecoter © Mission ecoter

L’accompagnement du développement du numérique.

 Pour développer le numérique, il est nécessaire de conseiller le politique dans les décisions relatives aux territoires, de fournir un accompagnement à la transformation des collectivités, de mettre en place un lieu d’échange au sujet des services numériques mis à disposition des citoyens.

Ensuite opérer une veille technologique relative aux projets de transformation numérique

Et communiquer les dernières informations du domaine de l’innovation.

 Un organe de formation à destination des acteurs de la transformation numérique est donc nécessaire.

 Depuis 1997, pour répondre à cette problématique une association fondée par un collectif d’entreprises et de représentants de régions et communes de France s’est donné pour mission de développer l’adoption du numérique en France.  Cette association se nomme Mission ECOTER (Mission pour l’Economie numérique la Conduite et l’Organisation des TERritoires). 

 

Comment opère la Mission ECOTER ?

Tout d’abord, elle encadre la constitution de groupes de travail visant à être le représentant des collectivités auprès des pouvoirs publics.  Elle maintient le contact avec les collectivités qu’elle représente au travers de l’organisation de formations ou la participation à des séminaires.  Dans certains cas, elle intervient directement auprès d’entreprises.

 

Représentation des entreprises

Animée par la volonté d’être un centre d’échanges entre collectivités et entreprises, elle élabore des stratégies communes.  Elle se fait l’ambassadeur des collectivités auprès des entreprises afin de leur faire comprendre les besoins des collectivités, mais aussi leur culture et leur mode de fonctionnement.  Elle propose des retours d’expérience d’entreprises ayant investi dans le secteur des collectivités.  Enfin, elle est présente lors de réunions impliquant les entreprises actives dans des projets d’accompagnement de collectivités.

 

Mission ECOTER : un rôle prépondérant dans les mesures préventives post-COVID-19

Comme l’a signalé son président, Christian Estrosi, également maire LR de la ville de Nice, lors d’une entrevue dans l’émission « Les 4 Vérités » sur France 2 en avril dernier[1], le traçage numérique est un des sujets sur lesquels planche la Mission ECOTER.  Si le traçage existe déjà, au gré des données collectées par les opérateurs de téléphonie, l’utilisation des données ainsi collectées se doit d’être cadrée afin de pouvoir servir la collectivité et dans le cas d’espèce, prévenir tout risque sanitaire à large échelle à l’avenir. 

Mais aujourd’hui, le traçage fait peur. L’application « STOP Co-vid » s’est heurtée à de nombreuses critiques et ce malgré l’aval de la CNIL. Pour ses raisons, il est nécessaire d’accompagner le développement du numérique, tout en accompagnant les citoyens et les entreprises.

L’espace d’échanges entre le monde de l’entreprise et les collectivités créé par la Mission ECOTER a donc de beaux jours devant lui.

 

Mission ECOTER : un acteur incontournable pour le développement du numérique dans les territoires

 

Le coup d’accélérateur que connaîtra dans les prochains mois le développement du numérique dans les territoires sera propice à l’échange de bonnes pratiques, au partage de ce qui marche dans les différentes villes déjà accompagnées par la Mission ECOTER. Son expertise et ses réalisations dans la ville de Nice, permettant notamment le développement de « start-ups » digitales, se révèlent être un exemple de ce qui doit être fait en matière de développement numérique par l’ensemble des territoires français concernés.

 

Thierry Rayer Président du Cercle d’études Scientifiques et Paul Loup Sulitzer

 

 

 

[1] https://www.france.tv/france-2/telematin/1417617-les-4-verites-christian-estrosi.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.