Thilo HANE
Consultante Place du Vivant
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2022

Thilo HANE
Consultante Place du Vivant
Abonné·e de Mediapart

E. Macron un incendiaire climatique criminel, sans vision ni courage.

Personne ne coupe les ailes à la filière éolienne marine si ce n’est le gouvernement lui-même avec son absence d’anticipation et d’adaptabilité.

Thilo HANE
Consultante Place du Vivant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 5 novembre, le gouvernement a demandé à EDF et aux exploitants de champs d'éoliennes terrestres de débrider leurs capacités de production pour palier aux manquements du parc nucléaire cet hiver. Deux jours avant, l’Agence Internationale de l’énergie appelait les gouvernements à « agir immédiatement » pour accélérer dans l'efficacité énergétique, le déploiement des énergies renouvelables afin de réduire structurellement la demande de gaz dès lors que 30 milliards de mètres cubes de gaz peuvent manquer l'hiver 2023, avec le risque d'arrêt complet des livraisons russes et le rebond économique chinois. 

Depuis un an et demi, je supplie, par écrit, en face à face, à travers les institutions européennes et internationales, M. Macron, de débrider d’urgence les turbines des 6 premiers parcs éoliens marins, les déplaçant dans la zone économique exclusive avant tout avancement des chantiers naissants, au nom du réchauffement climatique, de l’efficacité énergétique et de la solidarité européenne. Parcs éoliens qui sinon, vont chacun nous condamner à 25 années d’une production énergétique quasiment nulle.

Mais M. Macron, se défile, sans vision aucune sur le long terme, sans courage. Déteste-t’il à ce point la France, les Français ?

Pendant 25 ans, ces 6 parcs éoliens, vont être dotés de turbines éoliennes obsolètes de 6-8MW pour une puissance inférieure à 500MW par parc  (production totale < 2,9GW) (au mieux augmentée d’un faible 15% avec le « réequipage des installations de production d’EnR » proposé le 9 novembre dans un nouveau règlement temporaire d’urgence de la Commission européenne) alors qu’en respectant la politique énergétique européenne et les avancées technologiques, ils seraient pourvus de turbines (made in France) de 13-14MW soit 1200MW par parc, pour une production totale supérieure à 7,2GW.  

M. Macron sait pertinemment que les aides d’État octroyées pour le financement de ces six parcs éoliens sont illégales. Il sait  que nos lois permettent déjà de déplacer ces parcs dans la zone économique exclusive pour un rendement énergétique triplé dont nous avons urgemment besoin. Mais il ne fait rien.

Décarboner l’économie, protéger la biodiversité, baisser les factures énergétiques des Français grâce à une actualisation technologique des turbines ? C’est non pour le Président.

Il est un bon sens, un courage qui lui font cruellement défaut. Il restera dans l’Histoire comme celui qui aura fait monter les extrêmes à leur zénith et pulvérisé tous nos espoirs climatiques à un moment où nous pouvions encore réaliser de grandes et rapides avancées. C’est sa condamnation pour crime contre l’humanité devant une cour de justice environnementale spéciale qui lui servira de trace.

Dans trente ans, à l’énoncé du verdict, je boirai un verre de jus de bissap frais et irai planter un bel arbre. 

Dans son discours creux à la COP27, il rappelle que : « climat et biodiversité sont les deux faces d’une même médaille » pourtant il va débrider sans études d’impact environnementales probantes un ensemble de parcs éoliens terrestres, à la hâte pour cet hiver, sans vision, sans planification réelle, massacrant l’avifaune alors même qu’elle est notre premier salut face au réchauffement climatique, qu’elle est impactée par la grippe aviaire et le changement climatique ; pourtant, il nous condamne à supporter 6 parcs éoliens, trop près des côtes, chacun jusqu’en 2050 avec des rendements énergétiques trois fois inférieurs à ce qu’ils seraient aujourd’hui en l’absence de magouilles au niveau de la Commission européenne. Ses actions sont hésitantes, erratiques, court-termistes, criminelles.  

M. Macron est un criminel, ne se souciant guère de l’avenir des Français, des 2/3 des humains vivant sur cette planète et victimes de dérèglements climatiques qu’ils n’ont pas contribué à générer.

Le parc éolien de Saint Nazaire, qu’il érige en bonus pour la France est une sentence supplémentaire pour elle au vu des enjeux climatiques actuels. Il massacre les paysages, viole l’équilibre socio-économique de pans entiers de la population Française, dilapide les ressources halieutiques, la biodiversité, pour mettre en avant un rendement énergétique minable et une technologie éolienne obsolète depuis plus de 10 ans. Est-ce là sa définition de la justice climatique ?

Que penser d’un homme de 44 ans qui habilement broie son peuple, l’offrant froidement à l’autel des cataclysmes par manque de vision et de courage ?

Il fut un temps où le Ministre de l’Economie avait une vision globale de la situation du pays, lui permettant de faire entendre au Président de la République que toutes inactions d’envergures mécaniquement détruisent durablement, sur des générations,  le bien vivre de la population.

Lorsque le gouvernement insinue que de localiser les parcs éoliens marins uniquement dans la zone économique exclusive reviendrait à ne plus pouvoir en placer que dans l’océan atlantique, je me demande, la mer Méditerranée au vu de son état de pollution, de sa biodiversité en souffrance, des projections scientifiques martelant que son bassin va subir un très fort réchauffement climatique, est-elle la plus à même d’accueillir des parcs éoliens efficaces, même flottants ?

Placer les parcs éoliens en océan Atlantique revient à créer une fois et demie plus d’emplois qu’en Méditerranée. Quant à la Manche, la Mer du Nord, tenter de leur apposer son raisonnement est juste consternant au vu de l’ensemble des interconnexions électriques en train de se développer au niveau européen.

Personne ne coupe les ailes à la filière éolienne marine si ce n’est le gouvernement lui-même avec son absence d’anticipation et d’adaptabilité.

Thilo HANE

#EolienMarin  #ParcEoliens   #UrgenceClimatique  #ActualisationTechnologique  #SouveraineteEnergetique  #PreservationBiodiversite  #RessourceHalieutique  #RendementEnergetique  #SauvegardePaysagesFrance

Le 15 novembre 2022, Shell abandonne son projet au large de Belle-Ile "censé fournir les éoliennes de 6 MW pour ce projet, General Electric en prise avec ses propres difficultés liées au démarrage bien plus lent que prévu de la filière éolienne en mer française, s'est recentré sur l'export et sur des éoliennes plus PUISSANTES, renonçant donc à honorer ce contrat." (Les Echos)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte