Le Sens de La vis - Bande dessinée

Edité par Les Rêveurs en 2015 et imprimé par France Quercy issus la deuxième édition du tirage. De la collection "m'as-tu vu". Par Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet

Comme d'habitude, une vadrouille et je me ballade à une bédéthèque à l'improviste, soit pour moi le repère ou je trouve un grand max de bande dessiné, dans si peu grand espace de rangement, aligné une par une, j'observe puis, ah mince ! J'ai pas une grande monnaie, donc je me dirige vers le rayon, occasion, où tout est bradé un peu. Génial, vous direz, je ne sais pas si ça amuse le commerçant, quoi qu'il en soit, des livres "modernes" d'âge de trois ans et même moins disponibles à moitié prix, vous me direz " pourquoi pas ".

Le sens de la vis - couverture © jolien Le sens de la vis - couverture © jolien

J'ai pu avoir celui là, pas cher, il m'a attiré l'oeil après en avoir sorti, quelques uns, il était sous blister, puis sa couverture m'intéressait, un "slash" d'un trait d'encre noir, même si ça peut être un "brush photoshop" comparé à d'autres couvertures, où là l'effet peinture numérique était trop présent, et m'a agacé #AgassiAndre, je choisis mes bande dessinée au millimètre prêt, où bien si je le pouvais à la loupe dans le rayon.

Manque de pot, je n'ai pas réellement l'envie de commencer des séries lourdes et barbantes, comme les trucs de grosses licences qui ne se terminent pas, tournent autour du pot, ou bien tout bêtement, que les premiers livres ou tomes sont excellent, et au bout d'une nouvelle saison, ça part en live, où bien on en a tout un roman pour expliquer la trame narrative de l'histoire. Généralement, j'ai peu de temps à m'embourber dans les détails, de ce point de vue là, je reste prudent surtout, que grâce à mon cerveau lent, certaines histoires me paraisse complètement incompréhensible voir illisible, à m'en demander au bout de quelques temps; " mais franchement, est-ce que je suis bourré pendant la lecture ?".

un peu plus loin dans les pages © Photo par Jolien un peu plus loin dans les pages © Photo par Jolien

J'en arrive donc à avoir un goût en ce moment, pour la BD française ou belge, ou québecoise, euh what ? Francophone vous dites ? Non, un truc de presque format poche, qui tient dans un petit espace, peu lourd, ou pas? Mais surtout un truc qui se lit avec plaisir, se regarde les images et puis d'avis général ou globalement satisfait, car pas trop de texte fort barbant. (D'où mon choix, pour avoir penché sur un livre au format 1:1, sous blister sans connaissance de cause.

Autres choses, je ne me focalise plus sur les sorties, détaillés sur plusieurs blogs ou sites, qui racontent vraiment, l'anecdote, qui fait que l'acheteur a poursuivi sa démarche d'aller acheter, ou les nombreux "fan boy" qui s'inclinent à la plume de l'auteur parfait, reconnaissable comme dieu vivant d'une littérature, où tout bêtement par cirage de pompe sur Youtube.

Vous me direz cette fois ci : " bah t'es gros, pauvre, moche, normal que tu tapes dans le bas de gamme qui ne fait que rire que toi, le Jeff Albertson de marchand de bédé à Le Donjon de l'Androïde dans le dessin animé d'Homer Simpson. Et je vous répondrais, que pour un Donuts, je m'en battreuh les steaks, car avec mes adresses, où je sais renardé les meilleurs petits carnets de dessins composés et fragmenté en Bulles (comme celui de Melun), je pourrais trouver la perle rare, que avec mes petits yeux de buse, je pourrais m'évader dans ces quelques lignes, qu'aussi avec mon âme d'incube  je pourrais même en rire !

 

Encore plus loin dans les pages © photo par Jolien Encore plus loin dans les pages © photo par Jolien

 

Ceci dit cette B.D est fort sympathique. J'en dirais du grand bien. Et mon petit slogan rapide, "si vous aussi vous cherchez à apprendre à faire un rond parfait au pinceau, n'hésitez pas à vous instruire auprès du maître".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.