Théo, 22 ans : battu et violé par la Police Nationale à Aulnay-sous-Bois.

Il s'agit surement d'une nouvelle bavure policière... Trois policiers sur quatre, d'Aulnay-sous-Bois, sont poursuivis pour « violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique » et un pour « viol avec arme en réunion ».

http://www.dailymotion.com/video/x5amyoh_policiers-accuses-de-viol-a-aulnay-un-temoin-raconte_news#tab_embed

capture-d-ecran-2017-02-06-a-14-30-28

Il est 17 heures, lorsqu'une dizaine de jeunes de la cité donne l'alerte de l'arrivée des policiers, ce jeudi 2 février 2017. Ces jeunes sont identifiés comme des guetteurs d'un trafic de stupéfiants. Un jeune assure avoir été giflé sans raison par la police. À l'inverse, celle-ci déclare avoir été accueuillit par des insultes et un coup. La situation dérape lors de l'interpellation de Théo, 22 ans, sans passé judiciaire.

Le pantalon de Théo glisse lorsque les policiers d'Aulnay tentent de le menotter. Un agent saisit sa matraque télescopique et porte un coup de manière horizontale à Théo, alors qu'il se débat. L'arme pénètre profondément dans les chairs, Théo s'effondre. Cette blessure nécessite une opération en urgence. Les médecins ont constaté une plaie profonde, longitudinale, avec rupture du muscle sphinctérien.

La scène a été filmée par un amateur. Le journal "Le Parisien 93" a récupéré cette vidéo ainsi que des témoignages...

Policiers accusés de viol à Aulnay : un témoin raconte © Le Parisien

Maître Eric Dupond-Moretti, ténor du barreau de Paris, est l'avocat de Théo.

l-avocat-francais-eric-dupond-moretti-a-son-arrivee-au-tribunal-a-paris-pour-une-audience-de-son-client-abdelkader-merah-frere-de-mohamed-merah-4867149-6
Dupond-Moretti a prévenu que si l'incapacité médicale de son client devient une incapacité permanente alors "ce sont des violences criminelles et la cour d'assise est encourue pour les auteurs". L'avocat a également souhaité que la lumière soit faite au plus vite sur cette affaire: "On a intérêt à ce que la police soit respectable. La police est belle quand elle est républicaine. Tout le monde a intérêt qu'on ait une police qui ne se comporte pas comme ça", a-t-il précisé. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.