L’impact du confinement sur le monde du yoga

Pendant cette période de confinement très particulière, il y a une pratique qui a su tirer son épingle du jeu. Cette pratique c’est bien évidemment le yoga. Une pléthore de sites, de blogs et de formations en ligne ont vu le jour avec énormément de succès pour certains. Mais il faut tout de même se poser une question, comment se déroulera le déconfinement ? Les yogi vont-ils reprendre leurs habitudes ou préfèreront-ils ce nouveau mode de fonctionnement ? C’est de cela dont nous allons parler aujourd’hui.

Une croissance exponentielle

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis quelques années, le monde du yoga est en plein essor. C’est devenu une pratique connue et reconnue qui voit chaque jour de nouvelles enseignes s’ériger à travers notre paysage quotidien. Nous connaissons tous une ou plusieurs personnes de notre entourage pratiquant le yoga, que ce soit dans un groupe ou en solitaire. Toutefois, ce n’est pas toujours évident de se loger à la bonne enseigne. Il existe tellement d’offres que c’en devient presque décourageant de trouver celle qui sort du lot et répond à nos envies. Mais bon, en cherchant bien et en se renseignant au préalable, on finit par trouver ce qui nous correspond.


Ce qu’il faut se dire, c’est que tenir une entreprise qui ne vit que de ses cours de yoga, c’est très compliqué si cette dernière ne fait pas fureur. C’est de la survie pour plupart. On parle d’une situation déjà précaire avant la crise mais pas non plus intenable. En effet, beaucoup de ces entreprises ont cherché à diversifier leurs services. Certains ont choisi de proposer des « retraites spirituelles », des massages, des conseils en nutrition, … C’était bien évidemment une bonne idée si l’on ne prenait pas en compte la situation actuelle, mais difficile d’être optimiste dans de telles conditions.

 

La lumière au bout du tunnel ?

Malheureusement, déconfinement ne rime pas encore avec fin du calvaire pour ces marques. Premièrement, même si nous sommes dans une situation d’amélioration, cela reste encore très compliqué de convaincre les gens de revenir pratiquer le yoga en groupe. On pourrait croire que tous n’ont qu’une envie qui est de retrouver leur groupe et surtout leur maître yogi préféré mais c’est un peu plus complexe que cela. En règle générale, l’été est une période creuse pour tout ce qui touche aux entraînements collectifs. Les beaux jours ont raison sur les séances en intérieur et la plupart préfèrent largement s’offrir de belles séances en plein air, ce qui peut aisément se comprendre.

C’est donc ici que plusieurs questions se posent : en admettant que les salles et cours collectifs puissent reprendre une activité (presque) normale cet été, qu’est-ce qui nous dit que les yogi y retourneront ? Même s’ils y retournent, comment savoir si les experts qui en vivent continueront à subvenir à leurs besoins avec le peu qu’ils auront ? Auront-ils assez que pour continuer cette activité ? En bref, ce système sera-t-il encore viable après ce véritable séisme ?

 

Un rôle essentiel

C’est ici que vous avez un rôle à jouer. En effet, si vous décidez de suivre vos envies et ne pas penser à ceux qui vous ont aidé dans les moments difficiles, vous risquez de faire tomber beaucoup de ces temples de la méditation. Nous sommes véritablement dans une période clé, une étape qui montrera la force de notre communauté. Il faut tous se serrer les coudes car ces petits studios que vous avez appris à connaître risquent bien de disparaître si vous ne suivez que vos envies. Malgré les aides promises du gouvernement, il faudra une solidarité hors du commun pour surmonter cette épreuve et ne pas perdre les plus petits en cours de route qui pourraient rapidement se décourager. Tous ensemble, continuons de fréquenter ces studios, renouvelons nos abonnements et tout simplement, faisons-nous plaisir.

Vous avez certainement pu jouir d’une offre qualitative et quantitative de cours de yoga sur le net pendant ce confinement. Bien sûr, c’est bien moins cher et certains trouveront même ces méthodes plus agréables. C’est logique bien entendu que les prix semblent dérisoires en comparaison avec ce que vous payez pour une séance dans un local où il y a toutes les charges à payer. Ce sont donc vos choix, il est normal d’essayer d’autres méthodes pour pratiquer le yoga. Bien sûr, c’est agréable d’être au chaud, chez soi et sans la présence parfois dérangeante de certains voisins. Toutefois, il faut essayer de se souvenir de tous les bons moments, les échanges que vous avez en votre ancien établissement préféré. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient et faire un petit geste pour tout ce qu’ils vous ont apporté.

 

Conclusion

Pour finir, je dirais que la survie du yoga classique dépend énormément de notre volonté commune. Si nous décidons de ne pas changer de ce que nous avons connu pendant cette crise, nous envoyons un message fort aux établissements de yoga et nous montrons notre volonté d’adapter ce système. Certains peut-être arriveront à adapter leurs services et continueront à prospérer tandis que d’autres auront beaucoup de mal à tenir et seront certainement obligés de fermer, mais notre devoir est de nous serrer les coudes au maximum au nom de notre passion commune.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.