thomas.barrio
Activiste
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2022

thomas.barrio
Activiste
Abonné·e de Mediapart

Le pouvoir gouvernemental ou économique oriente la politique vers le conflit armé

"les groupes d'intérêts occupant des postes de pouvoir gouvernemental ou économique s'efforcent d'orienter la politique vers le conflit armé" Discours du président Andrés Manuel López Obrador du 16 septembre 2022 lors du défilé civilo-militaire : 212e anniversaire de l'indépendance

thomas.barrio
Activiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article original https://lopezobrador.org.mx/2022/09/16/discurso-del-presidente-andres-manuel-lopez-obrador-durante-el-desfile-civico-militar-212-aniversario-de-la-independencia/

amies et amis;

Mexicaines, Mexicains ;

Membres des Forces armées ;

Citoyens, invités spéciaux :

Aujourd'hui, alors que nous célébrons fièrement notre indépendance nationale, je souhaite faire connaître la proposition que Marcelo Ebrard, secrétaire aux Affaires étrangères du Mexique, présentera dans les prochains jours, avec le respect et le protocole nécessaires, à l'Assemblée générale des Nations Unies .

Il s'agit de rechercher d'urgence un accord pour arrêter la guerre en Ukraine et parvenir à une trêve d'au moins cinq ans en faveur de la paix entre toutes les nations afin de consacrer tout ce temps à affronter les grands et graves problèmes économiques et sociaux qui affligent et tourmentent les peuples du monde.

La politique est le seul instrument dont nous disposons pour éviter la guerre. Cependant, les groupes d'intérêts occupant des postes de pouvoir gouvernemental ou économique s'efforcent d'orienter la politique vers le conflit armé et, une fois qu'ils ont commis cette erreur, au lieu de la corriger, ils choisissent de l'approfondir, sans se soucier des souffrances qu'ils infligent à l'humanité ni les dommages qu'ils causent à la stabilité des nations et au bien-être des sociétés. C'est ainsi qu'est née la guerre de la Russie en Ukraine, les sanctions adoptées par la suite et l'expédition massive d'armes vers le pays envahi, actions qui ont donné à la confrontation actuelle une dose supplémentaire d'irrationalité.

La vérité est que rien ou très peu n'a été fait à cet égard : l'ONU reste inactive et comme effacée, en proie à un formalisme et à une inefficacité politique qui la laissent dans un rôle purement ornemental.

Plus répréhensible encore est le comportement des grandes puissances qui ne se positionnent explicitement ou silencieusement dans le conflit que pour servir leurs intérêts hégémoniques. C'est pourquoi on ne peut s'empêcher de soupçonner que, même si elle peut sembler méchante et incroyable, cette guerre, comme bien d'autres, est alimentée par les intérêts de l'industrie de guerre.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie est certainement répréhensible. Je saisis cette occasion pour confirmer que nous, Mexicains, n'acceptons aucune intervention étrangère car nous avons été victimes de cinq de ces grandes calamités : la première, avec plusieurs tentatives de reconquête de l'Espagne ; deux de France et deux des États-Unis d'Amérique ; Ces invasions nous ont coûté le sang, le martyre et le territoire.

Mais on ne peut s'empêcher de se demander comment il se fait que les gouvernements membres de l'OTAN refusent l'adhésion de l'Ukraine à un moment crucial, d'une part, et que, d'autre part, ils proposent des armes et des sanctions économiques ou commerciales contre la Russie, mesures qui n'ont servi qu'à aggraver le conflit, à produire davantage de souffrances pour les victimes, leurs familles et les réfugiés, à aggraver les pénuries alimentaires et énergétiques et à stimuler l'inflation mondiale, tous phénomènes qui nuisent à la grande majorité des peuples du monde.

Cependant, il n'est jamais trop tard pour corriger une erreur, surtout si elle s'est transformée en une atteinte aux droits humains, sociaux et économiques dans le monde.

C'est pourquoi le gouvernement du Mexique propose qu'au lieu de continuer à alimenter cette guerre douloureuse et absurde, un comité pour le dialogue et la paix soit immédiatement constitué, qui serait intégré, s'il est accepté et s'il y a une volonté d'y participer. médiateurs éventuels, par les chefs d'État de l'Inde et du Vatican, ainsi que par le secrétaire général de l'ONU ; Je fais référence au Premier ministre Modi de l'Inde, au pape François et au secrétaire général António Guterres.

La mission de maintien de la paix doit immédiatement rechercher la cessation des hostilités en Ukraine et l'ouverture de pourparlers directs avec le président Zelensky d'Ukraine et le président Poutine de Russie.

En outre, ce comité, selon notre proposition, devrait également parvenir à un accord multinational pour parvenir à une trêve d'au moins cinq ans, approuvée à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU et qui implique la suspension immédiate des actions et provocations militaires, ainsi que des essais de missiles ; l'accord établirait l'engagement de tous les États à éviter les affrontements et à ne pas intervenir dans les conflits internes. Nous croyons que de cette façon un environnement de paix et de tranquillité peut être créé qui permet aux gouvernements de consacrer tous leurs efforts à résoudre les problèmes dévastateurs de pauvreté, de santé et de violence qui sévissent sur tous les continents et de faire face au phénomène migratoire dans un esprit humanitaire et fraternel.

Sans paix, il n'y aura ni croissance économique ni encore moins de justice.

Gouverner ne doit pas être un exercice d'hégémonie ou de domination mais, avant tout, la recherche du bien-être du peuple ; le pouvoir n'a de sens et ne devient une vertu que lorsqu'il est mis au service des autres.

Espérons que cette initiative réussira, mais quoi qu'il arrive, il ne sera jamais vain de se battre pour la justice et la paix.

Je termine en remerciant la présence d'un sage, Pepe Mújica; d'Evo Morales, combattant social honnête et courageux; de John Shipton et Gabriel, père et frère de Julian Assange, le donquichotte de notre époque de liberté d'expression et qui reste injustement emprisonné et depuis cette place publique, la place principale de la République mexicaine, nous nous engageons à continuer à exiger la liberté de Julian Assange. Merci, très chère Aleida Guevara, de nous rejoindre, fille d'Ernesto Ché Guevara, le grand idéaliste révolutionnaire; merci aussi de tout cœur à la famille de César Chávez, filles et fils qui nous accompagnent, n'oublions pas, César Chávez, feu César Chávez, était le leader et est un défenseur à ce jour des travailleurs mexicains, des migrants et des agriculteurs journaliers,

Amis et amies :

Tous nos invités symbolisent des idéaux et des luttes historiques pour un monde juste, égalitaire et fraternel, et sont les héritiers de femmes et d'hommes d'une foi, d'un courage et d'une dignité inébranlables.

Toujours dans cet acte civilo-militaire, je remercie sincèrement et fraternellement les Forces armées mexicaines pour leur loyauté, tant envers le Secrétaire à la Marine qu'au Secrétaire à la Défense nationale avec sa nouvelle branche, la Garde nationale, l'institution chargée de garantir, avec efficacité et respect des droits de l'homme, de la sécurité publique de notre pays.

Amis amis;

Mexicains et Mexicains :

J'exprime à tous les Mexicains, hommes et femmes libres, bons citoyens, personnes de conviction, bons citoyens, ma plus profonde gratitude pour la mise en pratique du principe de l'amour du prochain et pour leur décision inébranlable de continuer à lutter, envers et contre tout, pour une liberté , beau pays, toujours naissant et éternel.

Vive le Mexique !

Zócalo de Mexico, 16 septembre 2022

+++++

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte