Calabre : procès de la mafia italienne.

Par ses proportions, ce procès n'est dépassé que par le premier maxi-procès de 1986-1987 à Palerme contre la Cosa Nostra sicilienne, à l'issue duquel 338 accusés furent condamnés. Les juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino furent ensuite assassinés par la mafia.

Ces maxi-procès sont justifiés, selon le parquet, par l'étroite imbrication de nombreuses affaires, même si les avocats de la défense estiment que dans ces conditions, il est difficile d'assurer à chaque accusé un procès juste et équitable.

Les enjeux sont élevés pour Nicola Gratteri. "Si le procès n'aboutit pas à de nombreuses condamnations, il sera considéré comme un échec", estime Nicola Lo Torto, un des avocats de la défense, dans un entretien avec l'AFP.

Calabre © Francoise Isa

Et même en cas de succès, la 'Ndrangheta ne disparaîtra pas pour autant : "On peut jeter des mafieux en prison, mais si on n'arrache pas les racines à l'origine de leur existence, ils se reproduiront tout simplement", avertit Federico Varese, professeur de Criminologie à l'université d'Oxford.

Avec AFP

https://www.france24.com/fr/europe/20210113-italie-le-grand-proc%C3%A8s-du-groupe-mafieux-ndrangheta-s-est-ouvert-en-calabre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.