Victime d’harcèlement : quel est ton dictateur a la mode ?

Ils sont de tous les pays dans des ghettos, ils ont subis toutes les répressions, connaissent parfaitement ton opinion, et d’ailleurs se demandent sous quel dieu se plier.

Ils ont tout fait dans tous les pays, vagabondant de rue en rue, de trottoir en trottoir, en faisant les cons ou des trucs très sérieux, ils ont essayés des choses dures et des choses faciles, pour toutes les personnes ils ont fait de l’argent, se demandant comment faire pour aller mieux dans la vie de tous les jours. Un bonheur pour certains non trouver, ou non avouer. Il se passe quoi dans le quartier a part regarder par la fenêtre, ou rester toute la journée devant la télévision ? On se demande qui a réussis à s’en sortir, traverser un hall pour certains ce n’est pas facile ; de nos jours on se demande si il y a vraiment de l’insécurité, quand tout le monde cherche la misère, et ne demande qu’à se faire tuer. Des personnes seules qui voudraient tout plaquer, en faire qu’à leur tête sans se rassembler.

 

On se demande encore une fois, quel dieu il faut prier, vers qui ou vers quoi il faut se tourner, ou encore se demander si il y a un dictateur à la mode, pour le servir encore une fois de plus, on sait toujours comment ça se finis, Il y a donc des règles pour accomplir sa grande mission, et ne pas le chavirer par dessus bord. C’est donc de cette manière qu’on sait comment on procède, les exécutions elles sont tellement massives, dans tous les sphères culturelles il y a son quota de mort. Des gens qui ne sont ni respecté, ni même reconnue. Il y aura aussi ceux qui vont tenter n’importe quoi, pour avoir la paix éternel, et le vrai message, ou encore moins se dire qu’ils sont messianiques, pour n’importe quel action y voir du luxe et de la bonté.

 

De ce fait c’est comme ça qu’on invente des charlatans, des marchands de sable, et même des somnifères, il y a encore quelques couleurs qu’on essaie d’essuyer, sur son manteau blanc, on se demande comment le tâcher, même la couleur du vin, au fond elle ne ressemble pas au sang, puis quoi encore je me demande qui m’aide à écrire tout ça. Il y a peut être des personnes qui souhaitent être complice, de celui qui n’a rien demander ou ni même rien reçu, il voudrait peut être aussi une belle récompense, et se demande comment faire monter la côte du crime. C’est comme si tout était sous paris, et sous mises à mort, des combines et des stratégies, rien que pour la finalité.

 

Encore une fois, je me demande quel est ton dictateur à la mode, pour le servir et avoir des royautés, être recouvert de redevable, ou être recouvert de justice, j’ai encore envie de voir la vie sous un beau jour, pas encore envie de mendier, ou de chercher une pièce dans un fond de tiroir. Pourquoi il y a toutes ces personnes célèbres qui s’en fichent pas mal de ce que l’on subit, ne se prononce pas du tout sur les bons sujets, qui tracassent tous les jours la vie du mec d’en bas, alors franchement s’acheter une vie, un démon, ou un sort, pourquoi pas, pour arrêter de s’ennuyer, et se dire que même la bonne humeur ça s’achète quand même. Pourquoi pas en exagéré jusqu’à mort sans suite. On pourrait se dire aussi qu’il y a des choses valables, comme se faire pactiser ou se faire ensorcelé, pour voir que les autres, ont tout à fait raison, et qu’il vaudrait mieux les écouter sinon on pourrait en mourir, dans un ghetto on ne voit pas plus loin que le bout de son nez, les yeux sont tous faussés et on n’y croit à rien de leurs paroles, qui suivre, qui se familiariser, quand on a pas d’autres choix, que d’accepter cette routine, qui ne fait que tuer pour survivre, il y a donc une parti a comprendre ou bien a apprendre, et s’aventurer vers la liberté des cages, celle qui te fait te combler de tous les maux du monde, comment porter sa croix dans un pays qui n’en a pas ; c’est comme se dire que au fond personne n’en veut, peut être même que cette croix elle est invisible, on ne la ressens pas, on ne la touche pas.

 

Qui voudrait savoir plus que les gens qui ont raisons, de vivre et de revivre les mêmes moments, pour se dire qu’effectivement il y a une habitude à prendre, et exiger des éléments nécessaires comme des secrets confidentiels ; c’est à se moment que je me demande réellement si tout était vrai, qui aurait les mots, pour nous faire concentrer sur ce que l’on désire, retourner un cerveau avec une publicité c’est pas du tout fameux, faudrait donc que se met dans la vie de tous les jours, à parler comme une publicité, comme ça au moins on aurait que des messages subliminales, et bien entendu ça rentrerait dans le fond des oreilles et des lobes des personnes qui n’ont rien demandé, intercepter dans les quatre coins de la rue, ces phrases, ces paragraphes qui sont balancés à la tronche, permettent de faire voir au monde à quel point on est intelligent, et pourquoi pas taguer à la bombe sur les murs, la marque de ses aliments préférés ? Tant qu’à faire certains nous dirais effectivement, cette personne n’est pas conne, est-ce qu’elle a dénoncé ou est-ce qu’elle a vraiment essayer de dire a des millions de personne qu’il faut consommer cette chose ; pour se sentir bien dans la peau.

 

Qui est le dictateur à la mode ? Qu’est ce qu’il va construire, qu’est-ce qu’il va enrichir ? Et pourquoi continue t-il son pouvoir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.