Alexandre Weill - Couronne ; Les mémoires de Ravachol

Le premier livre est trouvé suite à une recherche sur littérature de récit d’histoire juive, j’ai donc trouvé par hasard sur le stock de Kobo ces livres.

Mes lectures du mois !

Couronne est donc une jeune fille de type Alsacienne, dans l’histoire se déroule une maman qui se nomme Riche, désirant faire marier sa fille selon les coutumes familiales juive d’Alsace. On y retrouve donc dans ce livre des prières dans les dialogues, mais aussi des allusions aux fêtes juives, comme on peut apprendre que pour Pâques, pendant huit jours ces juifs mangent du pain sans levure soit du pain Azyme.

Alexandre Weill sur Kobo; Livre Couronne Alexandre Weill sur Kobo; Livre Couronne
Pendant un moment, un jeune homme de type algérien vient se porter volontaire pour marier une jeune fille juive sous conditions si elle accepte, “d’un jour aller faire un tour pour vivre quelques bons moments en Afrique”. Il se passe aussi des dialogues d’amour et de détresse, car ces hommes sont pauvres et ces jeunes filles se sentent un peu moins riches et délaissées par tout ça. Il y a des explications comme aux ennemis de la famille qui ont droit d’être invité par les jeunes fiancés. De la colère, des cris et des hurlements viennent s’ajouter aux faits historiques du livre quand il s’agit de parler du mépris de la religion. Ainsi que des calomnies, une vraie scène de théâtre, ces histoires entre parents et vieux enfants.

Les mémoires de Ravachol.

Ravachol est considéré par certains grands amoureux du genre littéraire, comme un écrivain anarchiste, dans ce livre est décrit comme quelqu’un qui a dû vivre de petites payes pour s’en sortir.

Les mémoires de Ravachol sur Kobo Les mémoires de Ravachol sur Kobo

Il doit se balader un peu en ville à la recherche de petites pièces, dont on pourrait dire qu’il les compte une par une.

Ouvrier, chômeur, bagarreur et issu d’une famille de croyants, il déclare au début du livre, quelque chose du genre, “un jour on n’aura plus besoin de se fier aux livres, pour faire naître la justice “. 

Finissant alors comme faux monnayeur, où il plonge dans la petite criminalité, en recherchant dans les tombes et sépultures des trésors de type or, ou collier bijouterie, la nuit tombée; il fût rechercher et condamné pour assassinat plus tard. Mais qui dirait la suite ? Évadé ou pas ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.