Et si les extrêmes-gauchistes étaient mafieux ?

Je me demande encore en tant que voteur d’écologistes EELViens, si la mafia était au coeur des mouvements d’extrêmes-gauches de France ?

Souvent l’on vois le bon écolo, habillé normalement, voir même pas de manière issus du marché équitable ; comme une personne prenant soin de la vie des plantes et de la nature. L’on voit aussi celui qui emprunte souvent la route ou les boulevards avec son vélo, même encore des personnes qui ont l’allure de passer inaperçu, c’est à dire comme quelqu’un sur qui l’on ne zoom pas dessus.

 

On pense aussi à celui qui a le dégoût complet du capitalisme « outrancier », soit un genre de communo-anarchiste, ou pire celui qui fait frémir plus d’un média sur deux, l’anarchiste.

L’on parle souvent de sphère religieuse mafieuse, et de tout ce qui en découle ?

Mais pourtant à quel moment l’on parle de, anarcho-mafieux, écolo-mafieux, ou altermondialo-mafieux et j’en passe ?

 

Vous voyez vraiment monsieur Olivier Besancenot mafieux ? Ou encore Eva Joly la mafieuse ? Je ne sais pas, je dit pas que c’est dans cette voix là que tout se passe. On me parle d’un cycliste comme Armstrong, Pantani, ou voir Virenque, je dis pourquoi pas, avec toute la dope qu’ils prennent, ou encore les lunettes de cycliste de luxe, les beaux vélos qui coûtent chers, les médias, les marques de sponsors comme Perrier ou Ricard, je dis oui ça c’est bien ce que le bon français consommateur et amateur de paris, aiment vraiment financer, c’est à en rajouter de plus que plus on aime plus on cherche l’argent n’importe où pour financer. Ou pire ne voit pas la mafia des Black Blocks organisés. On n’en parle pas !

 

Quoi que je ne parlerais pas de celui qui vend des organes anonymement dont on ne sait pas d’où ils viennent, mais je pourrais me faire une idée de celui qui finance toutes ces manifestations pire que les gilets jaunes et compagnie.

Je ne suis pas là pour me faire des ennemis, ni même dénoncer tout le monde, mais à mon avis, le sens de la démocratie française telle qu’on me la résume du gentil au méchant, n’est pas tout à fait vrai. L’éclaircissement sur toute cette monarchie dominante et aussi réductrice à mon sens de se dire que l’anarchiste est un fils à papa qui lui finance sa coupe de crête iroquoise teintées pour les soirées fashions parisiennes. Quoi que, encore là j’exagère et je m’écarte du sujet. Oui effectivement, il doit y avoir une dope illégale pour certains et une dope légale pour d’autres.

 

Qui pousse qui ?

 

C’est à dire, je me demande exactement pourquoi l’on mène toutes ces histoires sans arrêt dans la presse et les réseaux sociaux comme des phénomènes d’ampleurs au point culminent absolue. Une sorte de goûte d’eau en trop, alors tout le monde en parle dans la vie de tous les jours, et l’on se dit alors « mince, c’est vraiment pas le bon chemin à emprunter » encore une fois, vous me direz qui serait donc l’exemple même ? Un anarchiste fumeur d’herbe dans une cabane taguée au bord d’un cours d’eau, ou un genre de squatte péniche isolée de tout tapage voisinage ?

 

Qui choisit donc toutes ces aventures à se faire entre belles bandes de pote, pour n’avoir aucun regret ou leçon a recevoir de n’importe qui ? C’est à dire en gros, des personnes qui s’en fichent tout autant de moi, que le sondage de, ou le résultat d’élection, mais qui quand même sachent pertinemment comment mettre de l’huile sur le feu, pour rajouter de la confiture sur la tartine, et avoir un peu de pépète ainsi que de continuer le fameux rodéo que Zazie en parle dans sa chanson. Vous parlerez de mafia LGBT ?

 

Ah ! Tiens voilà une sphère artistique ! Encore des gens révoltés, bon sang fallait y penser, je ne rejette pas toutes choses, mais je pense sincèrement qu’on atteins justement pas des sommets. Il y a moultes façons de voir les choses, et ces choses dont j’en parle actuellement n’est pas une histoire de gangster.

Quoi que, en fait ouais je pourrais me dire « oui il y a un mafieux » qui un jour roule en bicyclette à la manière du bon écologiste parfait et le lendemain il fait « vroum vroum » dans sa Porsche, vous me direz « ah encore un paris truqué ! » mais quand même l’on ne se fie pas aux apparences. Et si il y avait pas de mafieux dans l’extrême-gauche qu’est ce que cela changerait à la situation politique de la France ? A mon avis pas grand-chose, si ce n’est d’un point de vue justice, c’est à dire des choses illégales sont punies, mais malheureusement, encore une fois je me demande en tant que citoyen si réellement ça vaut le coups de juger ces gens, qui ont plus d’une carte dans leurs propres jeux.

 

On parlait souvent d’anarcho-libéraliste, pour les gens qui s’en foutent des cesser le feu, et continue a faire tirer les chars, et faire tomber des bombes, c’est bien plus organisé qu’un simple attentat à la hachette en pleine rue, même si la violence y est pour autant. Ces gens de pouvoir public, ont souvent martelés sans arrêt que les politiciens connus sont corrompus et mafieux, combien de fois avons nous lus Sarkozy = mafia, ou encore Chirac = mafia ? Je ne sais pas, mais c’était des slogans qui s’affichaient aux quatre coins de La France et étaient tenus par plusieurs bons nombres de jeunes. Si ce sont les médias qui relayaient tout ça pour désigner du doigt le révolté, alors bons nombres sont tombés dans le panneau. L’image même du mafieux de style Al Capone, ou au mec qui est en costard cravate et ses accessoires en or, et la bonne perluche, pourquoi pas voir les choses autrement ? Se peut-il au fond que la simple personne habillé tout de Quechua ou Decathlon, voir de no-name issus des brocantes est lui aussi atteins de ce syndrome de « mafiomanie » ?

 

Jusqu’où ira le degré de l’insertion du mafieux, dans tous les milieux socio-culturelles, pour mieux s’émanciper dans son business fort lucratif dans la profondeur de l’obscurantisme ? Je me le demande bien, l’illusion est si bien faite, comme ces villes qui arborent mont et merveille en façade de magasin et que 50 cent le rappeur c’était vanté dans ses clips, pour tout ces bons jeunes issus de ces quartiers pauvres connaissent déjà mieux la vérité de ce qui se passe autour de nous, bien plus qu’un jeune de 25 ans qui vient de débarquer dans le coin naïvement et qui était d’un tout autre avis sur cette banlieue etc.

 

D’ailleurs combien ont rêvés et souhaiter partir, voir quitter à tout jamais ces coins délabrés ou dégueulasses tout simplement ? Combien ont voulus avoir une maison, une femme, et un enfant. Si ce n’est pire qu’un jeune qui ne sait pas du tout ce que c’est de vivre autrement.

 

Je ne sais pas réellement après avoir déclaré tout ça, qui est vraiment dans le réel, et dans le parfait mensonge du manipulateur, mais je me résigne à me dire que je suis quelque chose face à tout ça !

Pourvu qu’on désigne les bonnes personnes qui au fond ont elles aussi étés toutes autant manipulées que moi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.