A mon père qui a frappé ma mère sous mes yeux

Quand j’étais gamin mon père aimait frapper ma mère… Une vie cachée par un grand frère qui a tout fait pour se dissimuler de la famille.

 

Mon père qui crache sur ma mère, qui lui balance des cafards à la tronche. Des choses pas roses, des trucs dont on est dépendant, la saleté, le racisme, j’ai dû tout pardonner. Aujourd’hui il a fait de moi un vrai fasciste. Je dois crier haut et fort que j’aime la France alors que je la déteste profondément. Des pleures de mon père que j’ai vu quand il pensait au bien matériel, dans les escaliers d’extérieurs, il n’a pas de propriété, car ma mère n’a jamais voulu décider d’avoir une maison, éternel locataire, mon père a toujours respecté mon mauvais pour cette histoire, a en dire qu’il ne voudrait plus de bien et de vie matériel. Un exemple d’un père subordonné par un boulot de cadre dans une usine de canne à sucre, aux trois huit. Un père qui au fond a su faire face a un accident de voiture, dans ses débuts de travailler dans un nouveau coin, il a fait « plouf » dans le fond d’un caniveau dont l’eau rentrait à l’intérieur de l’habitacle, fallait pas se noyer au volant, hélas ma mère en avait fait autant, un beau accident de voiture en rentrant de boîte de nuit à St Leu, où elle et ses amies ivres ont finies à l’hôpital, des histoires sales, à chaque fois mes parents avaient un nouveau visage après chaque accident.

 

Des faits rares, pour une famille accidenté : ils sont encore en vie, par la grâce de qui ? C’est vraiment n’importe quoi de crier encore « vive La France » après ce genre d’histoire pourris. Des civiles au front ? Qu’apporte donc cette France de plus à ces citoyens qui visent seulement les allocations familiales, a qui profite le crime ?

 

 

 

Je pense sincèrement, que c’est une famille qui ne méritait pas mieux, fallait s’enfuir oui mais vers où, des illusions partout, la sphère terrestre nous regorge de contes et légendes, on ne sait pas réellement qui fait cette magie, pour dissimuler toutes ces richesses non perçues ou non partagées, moi je dis « aller a 150 euros prêt, c’est toujours valide, mais pourquoi pas pour mon ami le millionnaire, lui qui se dit « aller a 1 million prêt ». Cela va de soit, de savoir que les petits arrangements, font les grandes rencontres.

 


Toutes sortes d’idées perçues qui ne serviront hélas à rien, a part enrichir une misère, qui se verra cacher par une autre, et ainsi de suite. Il y a t-il réellement un surpassement de soit, quand on voit les échelles à monter pour aller sauver quelqu’un à l’étage, un pompier pourrait peut être un jour se dire « ha bien tiens, je n’ai pas envie de le sauver » ou « je n’ai réellement pas envie de me réveiller aujourd’hui ». Et là qu’est-ce qui se passe ; je me demande tout autant que vous. Le miracle ne s’est pas produit aujourd’hui, une personne flemmarde a gagner au loto, il avait eu rien d’autres qu’envie de jouer des numéros au pif. Il y a t-il peut être un amour fou pour les français et le hasard, une magie qui a fonctionné une fois, et qui ne fonctionne plus maintenant. Une flamme éternelle qui n’est que le reflet d’une illusion, une genre de fausse flamme, c’est un écran, pas celle que tu as dans tes mains. Je ne pense pas réellement que ça amuserait plus d’un, a tout cramer pour seulement se faire plaisir, il doit y avoir derrière ces pensées, plus qu’un calcul mathématique, pour déterminer ce à quoi il en est arrivé. Si ça se trouve, toutes les misères de ce monde, sont calculées minutieusement, pour savoir exactement qui n’aura pas le droit de vivre cette pauvreté ? C’est à dire en gros, une personne qui n’accède pas a cette richesse de la pauvreté, une personne qui n’est pas même pauvre (sous entendu pas riche, ou de condition moyenne). Un genre de « sous-pauvre », le seuil du dessous. Quel est ce mot ? Clochard ? Ben non, un clochard c’est un pauvre, un esclave ? Je ne sais pas.

 

 

 

C’est peut être un orgasme pour énormément de personnes, d’en jouir quotidiennement, et de savoir qu’il y a un bon fond dans la parole d’un milliardaire, c’est à dire peut être qu’il voulait vraiment sauver le monde, et garantir une vie a tout les prophètes qui profèrent les pires mensonges de ce monde, pour continuer a sauver leurs propres vies, avant la vie de ceux qui l’adulent. C’est en autre une manière de supporter un messie qui lui au fond n’en a rien a faire de nous. Si dieu nous aimait réellement, pensez-vous qu’il aurait fait des frontières ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.