Mercredi 20-02 : Entre Hôpital Américain de Neuilly et Soirée EELV !

Je me suis levé vers 4h30 du matin, pour me dire de me préparer pour le premier rendez-vous de ma vie à l'hôpital américain, je me grouille, pour aller prendre le train de 6h30

 

img-20190220-103941

 Cette journée commence dans la nuit pour recharger ma carte de transport Navigo, me voila parti. J'arrive à l'hôpital américain de Neuilly, vers 8h30. Je patiente prendre quelques photos souvenirs, en général tout est « clean dans ce building », je trouve un distributeur de billets, un petit commerce, plein de distributeurs de barre de chocolat, ou café instantanée, il paraît qu’il y a même un restaurant haut de gamme à l'étage du dessous, pour ceux qui veulent se sustenter.

img-20190220-104002


Niveau décors les fauteuils ont l’air d’être du simili cuire, des tableaux de la vieille époque où l’hôpital n’était pas si sophistiqué, d’ailleurs tous leurs médecins ont leurs propres secrétariat à côté de leur bureau de consultation, ça fait drôle, comme je suis arrivé tôt, il y avait une grande équipe de nettoyage pour laisser les bureaux dans de bonnes conditions hygiénique, la marque du papier toilette est Kleenex, et il y a même un laboratoire d’analyse sanguine à l’intérieur dont si on veut prendre pour analyse ça tapera dans les deux cents euros minimum.

img-20190220-133631

Ils acceptent de prendre ma carte vitale et je paie en cash (car c’est ce que j’ai un peu économisé ou plutôt de l’argent abstenu d’utilisé pour autre chose (prenons nos précautions (rire)) afin de payer les frais.

20190220-124225b

20190220-162021b
Ensuite, je sors me promener, et boire un sirop dans un café orienté jeu vidéo, avec le bus et compagnie… Puis je passe devant le jardin des plantes, petite marche et j’atterris devant la salle olympe de gouges.

20190220-162407b


Il y un petit groupe de jeunes gens qui chantent à la guitare, comme dans un cliché, deux autres jeunes femmes allongées en train de regarder le ciel, ça se situe dans une espèce de grand air de jeu avec panier de basket et « filet en ferraille », mais aussi des poubelles recyclables pour le tri collectif, non loin du terrain de foot synthétique. Plein de jeunes qui jouent, courent, et parlent fortement.

20190220-165047b


Je suis bien en avance de deux heures de temps, alors "je poireaute", car ça commence tard à croire qu’ici les écolos de paris ont taffés toute la journée pour être présent a ces horaires, ou que Paris vit tardivement quand il s'agit de parler de politique verte. Toujours assis devant l’entrée dans l'attente, dans ce moment de solitude une autre personne se met à pousser ses hauts parleurs devant cette entrée, à fond pour diffuser son « R’n’B ».

20190220-165408b

Dans un brouhaha, avec de grosses motos non loin qui accélèrent fortement, ainsi que de vieilles dames qui viennent avec des caddys de course.
Je prends donc une bière au stand, vers 18h pour trois euros dont le barman me certifie qu’elle est artisanale, puis un pin's « Non à Europa City » sur l’autre stand, et j’entre dans la salle pour attendre le début du meeting…

 


Le show commence vers 19h, le temps que la salle se remplit, et ça commence sur les chapeaux de roue, ça parle de fertilisation des sols, agriculteurs qui passent au bio, les gamins qui n'aiment pas les lentilles, nous voler notre eau, investir pour faire des produits (pâtes ou autres denrées alimentaires issus des machines).

 

20190220-170059b


Un certain monsieur Marc Dufumier de Grenoble intervient et parle sous forme de phrase clé comme l'artificialisation des terres, obtenir des hectares de sol qui coûtent cher en produits chimiques… Préconisation d’un champ avec du blé, de faire l'usage intensif coûte cher et demande une agriculture renouvelable. Dont les mots clés sont non martelés : circuit court et capter l'azote.

 


C’est un homme qui expose ses idées très rapidement, de l’agroécologie et il reçoit un tonnerre d’applaudissement dans une salle pleine à ras-bord.
Un second homme intervient, apparemment il s’agit d’un homme déjà élu politiquement, et là mon cerveau décroche, (-@_@-), il parle rapidement d’un bien commun, pour la biodiversité, du syndicat agricole qui certains sont des militants écologistes, qu’il voudrait remettre leurs combats aux humanistes.

 

img-20190220-182946


Plusieurs hommes passent les uns après les autres, ils ont leurs discours qui durent prêt de dix minutes, apparemment ils ne sont pas tous de Paris, tous se soutiennent plus ou moins pour dire qu'ils sont contre EuropaCity. D’ailleurs l’annonce rapide est « le19 Mai tous a Gonesse ».
Ils proposent le projet Karma pour pallier à cette alternative de Europacity, d’un projet écologique et créateur d'emploi, d’une filière agricole... Dont, deux cents fermes, une « Bio coop ». Et un rassemblement des commerçants, d’un commité de « France nature île-de-France ».
Créateur d’agricole biologique de pointe. De l’emploi dans la distribution de circuit court.

20190220-164915b

 


Améliorer et maintenir des sols de Gonesse. Karma en conclusion est incompatible avec Europacity. Et là je me lève, avec une grosse envie de pisser, puis vue le monde, je ne reviendrais pas dans la salle aussi rapidement, direction métro.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.