timoti
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2015

Chronique d'une cour d'appel

timoti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1er octobre 2015.

Jour de deuil pour les salariés, de fête pour les entreprises.
Un évènement terrible est survenu ce Jeudi 1er octobre, dans l'indifférence générale, sauf pour les aficionados des syndicats et quelques spécialistes des cours prudhommales:
Christine R., la Reine Christine, a pris sa retraite.
C'est un drame, une catastrophe, pour tous les damnés de la terre, les salariés déboutés des prudhommes, ceux jugés insuffisants, virés comme des malpropres, toux ceux qui , insatisfaits des jugements des prudhommes, font appel à Paris, avec le secret espoir d'être jugé par la reine Christine.
Jugez plutôt: depuis 2013, où elle officie comme Présidente, 17 jugements aisément accessibles via notre ami Google, 3 défavorables aux salariés, 14 défavorables aux suppôts du grand et petit Capital, grandes entreprises, moyennes, petites, voire associations et même particuliers.
Mauvaise langue je suis, puisqu'on constate 3 jugements défavorables ce qui fait tout de même presque 18 %. Mais quels sont ils donc ?
1. La crèche Baby Loup, en appel, après Prudhomme - Appel - Cassation, où la Reine partage la gloire avec 4 autres pointures et doit voir succomber, impuissante, la femme voilée.
2. Un voleur, pris en flagrant délit et ayant avoué à la police, licencié, ayant plaidé aux prudhommes en vain. Confirmé en appel
3. Un poivrot qui consomme sur son lieu de travail, qui de plus chahute et conduit des engins élévateurs. Débouté aux prudhommes. Confirmé en appel.
Pour le reste, ah, que la vie est belle, la Reine Christine est là pour distribuer primes, rappels de salaire, indemnités, compensations, avantages, dépens, article 700, j'en passe et des meilleures.
Jugez plutôt:
1. Le minimum, + 35 %. Mr obtient aux prudhommes 30 patates, juge que ce n’est pas assez et fait appel, bingo, il décroche la Reine, les 30 patates deviennent 40. Tarif minimum mais bon, il faut défendre sa réputation.


2. Les jackpots:
a. Le plus drôle. Le président de la SSII succombante a du apprécier en fin connaisseur.
Mr X obtient 5900 euros pour "perte de chance" + article 700. Bravo les avocats, Belle notion juridique que la "perte de chance", super motivante pour embaucher des salariés.
Mais ce n'est pas vraiment une victoire, juste un pourboire, donc appel. Bingo, Mme Christine est là: 60 patates.


b. le plus rémunérateur. Mme S, déboutée totalement aux prudhommes, face à une association à but non lucratif. 0 . ces gauchistes des prudhommes ont du mal lire, ont des préjugés ou X autre mauvaise raison. Appel. Au secours Christine. Miracle. Les douze plaies d’Égypte? Les indemnités pleuvent. rappels, indemnités, congés, réparation du préjudice ... N'en jetez plus: 250 patates. Oui, 250 000 euros (j'arrondis).


c. Le plus moral: France T contre Mr Météo (mais non, c’est pour rire, Christine a pris sa retraite, dommage pour toi Mr Météo): 60 patates en 1ère instance. Bravo.
France T, la vilaine, a l'impudence (ou l'imprudence ?) de faire appel. Quelle erreur ! Mme Christine est là pour leur apprendre qu'on ne plaisante pas avec la justice. Messieurs de France T, ce sera 180 patates pour vous en appel, même Arthur et les voleurs de patate disent "respect".

Pierre J. du conseil constitutionnel mentionne cet arrêt comme exemple suprême de moralité dans son dernier livre sur la justice prudhommale venant renforcer la maxime préférée de mon grand père académicien qui estimait qu'on trouve la même proportion d'imbéciles partout, dans touss les milieux.
d. Le plus chrétien: la multiplication des pains. Mme obtient chichement 1400 euros des prudhommes, sans doute des gauchistes légèrement misogynes ou incrédules. Qu'importe, Christine est là: appel.
C'est le jugement du Christ et de Juda réunis: 13 indemnités cumulées pour un total de 80 000 boules (désolé, j'en ai marre des patates).

e. le plus spéculatif. Mr X, opérateur chez Natixis, demande 7,3 millions d'euros, n'obtient que 600 KE aux prudhommes qui s'interrogent sur la possibilité de donner plus. Qu'importe, Christine est là pour punir la banque et la finance réunies, 7 millions pour le pauvre trader injustement licencié !


f. le plus mesquin: un lecteur attentif ou méfiant devait s'y préparer. il s'agit de mon "petit cas personnel". une sorte d'arnaque à l'ivoirienne d'une nounou tortionnaire licenciée après 5 mois de mauvais et illoyaux sévices (sur mon fils de 7 mois), en oubliant d'après Christine quelques virgules du Code du Travail. Déboutée totalement aux prudhommes de Créteil SVP quand même (4 sur 4). Appel. Miracle, la reine Christine rend son dernier jugement avant sa retraite. 3 900 euros, y compris l'article 700. Une paille.

Ce n'est qu'un échantillon. Tous les jugements, 14, sont du même accabit.
Christine, s'il te plaît repose toi bien, prends soin de tes petits enfants, ou nièces ou neveux, mais: surtout,  surtout, je vous implore,  ne réponds plus aux invitations pour former de jeunes magistrats, donner des leçons de justice, de droit, ne donne pas suite aux invitations de colloque et conférence, et crois moi, c'est ma sincère conviction d'être humain, la justice et, par ailleurs, les entreprises qui cherchent à s'en sortir, ne s'en porteront pas plus mal.

Et ne te fais surtout pas connaître des médias, car même un fils de gauchiste comme moi, vous et la reine Christiane, ce serait trop, l’overdose, là je ne pourrais plus, je me renierais et serais même capable de voter Sarkozy pour la peine. Si, vraiment, c'est à ce point là.
La justice peut se contenter d'une seule Reine.

Le plus drôle, c'est quand j'ai vu le jugement j'ai eu très mal au ventre, mais après avoir consulté Google mon ami, je me sens tout léger, je me dis presque que j'ai eu de la chance (sauf d'avoir rencontré Christine évidemment).

Bref, je comprend mieux pourquoi on a tant de chômage en France quand je vois ce qu'on risque à embaucher quelqu'un et par qui on est jugé quand une relation de travail se passe mal.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens