Israel d'hier à aujourd'hui, rêves et desillusions

Bonjour,avec un peu de retard je vous communique un article de Uri Avnery

Uri Avnery

December 5, 2015

 

                                               Reveries sur la plage

 

C’était merveilleux.

 

Je suis allé sur la plage. C’était  la première fois depuis mon opération il y a trois semaines. La plage est à cinq minutes de marche de chez moi.

 

La mer était belle et calme. Un soleil doux brillait près de l’horizon, il ne faisait pas trop chaud ni trop frois, c’était juste comme il faut. Un léger vent  soufflait pas trop frais.

 

Je dégustais un tasse de café “Americano” en me disant que tout était bien dans le meilleur des mondes possibles.

 

Mais bien sûr ce n’était pas vrai. En fait tout allait mal dans un monde lui aussi au plus mal.

 

De fait, au delà de la mer bleue, dans le Paris lointain se tenait la plus grande reunion de chefs d’états venus du monde entire pour discuter des moyens de sauver la planète du désastre climatique. Même notre Benjamin Netanyahou national était présent avec une énorme délégation alors que la plupart des Israéliens y compris Netanyahou lui-même considèrent cela avec mépris, pensant que ce sont de faux  problèmes de pays gâtés qui n’ont pas de vrais problèmes alors que nous nous en avons tellement.   

 

Il n’y est allé que pour serrer des mains et se faire prendre en photo en train de serrer les mains des plus grands dirigeants de la planète, y compris des dirigeants arabes, faisant mentir tous ceux qui déplorent l’isolement grandissant d’Israel au plan international.  

 

 

Mais tout cela n’est qu’imposture. Israël, ce pays que j’aime est en grand danger.

 

Tout en regardant la mer je reflechissais aux trois grands dangers que, même à l’hopital,  je n’avais pas pu oublier .

 

Le premier danger est qu’Israël devienne un état d’apartheid ( ce qu’il este déjà dans les territoires occupés de Cisjordanie).

 

Tôt ou tard le frontière virtuelle entre Israel et les ‘ territoires’ va disparaitre complètement. Elle existe encore au plan légal, mais pour combien de temps ?

 

Entre la Méditerranée et le JOurdain vivent des Israéliens Juifs et  des Arabes Palestiniens en nombre à peu près equivalent environ 6.5 millions chacun. Et il y aura un état d’apartheid dans le pis sens du terme.

 

Si Israel se trouve oblige d’accorder les mêmes droits aux habitants Arabes, comme le droit de vote ( ce qui semble très très éloigné) ce sera un état de guerre civile perpétuel. Ces deux peuples n’ont rien en commun, ni sur le plan social, culturel, religieux ou économique, ils n’ont en commun que leur haine réciproque.

 

Le second danger est Daesh ( ei/ ISIS/ ISIL). Tous les états voisins pourraient s’unir sous le drapeau noir de Allah et nous faire la guerre. Cela s’est déjà passé il y a 900 ans lorsque le grand Saladin a unifié le monde Arabe contre les Croisés et  parvint à les rejeter à la mer. Saladin lui même n’était pas un Arabe mais un Kurde venant d’Irak du Nord

 

En prévision d’une telle éventualité Israel restera armé jusqu’aux dents, avec des bombes atomiques à gogo , une société de plus en plus militarisée,  ressemblant de plus en plus à Sparte, présentant finalement une société Juive en mirroir du caliphat islamique.

 

Le troisième danger, et peut être le plus grave est le nombre sans cesse plus important de jeunes gens éduqués, de jeunes Israéliens pleins de talents quittant Israel pour aller aux Etats Unis ou en Allemagne, laissant sur place la partie la mons éduquée, et la moins productive de la population.

Cela est déjà en train de se produire. A peu près tous mes amis ont des fils ou des filles qui quittent le pays pour s’installer à l’étranger.

 

Il semblerait d’ailleurs que le “patriotisme” augmente avec l’éloignement :  Netanayhou souhaite ainsi faire passer une loi accordant un droit de vote permanent aux Israéliens ayant émigré.  Il semble penser que la plupart d’entre eux voteraient pour l’extrême droite.  

 

Et à propos des dangers courus par la planète ? Qu’ils aillent au diable. .

 

 

Très peu de personnes parlent de ces dangers. Ils semblent penser en silence qu’il n’y a pas de solution. Alors pourquoi se casser  la tête ?

 

Mais il exsite un autre danger dont tout le monde discute sans fin: l’éclatement de la société Israélienne.

 

Lorsque j’étais jeune, avant même la naissance de l’état d’Isrel, nous étions décidés à créer une nouvelle société, et même  une nouvelle nation une nouvele nation hébreu. When I was young, before the birth of the State of Israel, we were determined to create a new society, indeed a new nation, a new Hebrew nation.

 Nous avons rejeté le nom “Juif” car nous étions différents de la communauté juive .

 

Nous avons célébré le “Sabra” prototype de l’homme israélien. Sabra est le nom hébreu du cactus que nous pensions originaire de notre pays (mais en fait il vient du Mexique). C’est le nom qui a été donné à la nouvelle génération juste née dans le pays. Le Sabra devait avoir l’esprit pratique, être instinctif, juste le contraire de l’ancienne sophistication juive. Inconsciement nous imaginions que ce nouveau type d’homme était un askenaze aux yeux bleux descendant d’Européen du nord.

 

Abritée sous ce drapeau nous avons créé ce que nous pensions être une nouvelle culture Hébraïque. Pour nous cette culture comprenait non seulement la littérature, la poésie, la musique et tout ce genre de choses mais également des comportements de type militaire mais également civiques

     

C’était certes vaniteux mais nous étions fiers de créer quelque chose de complètement nouveau. Cela nous a aidé à nous tenir debout et à gagner  ( de justesse) la guerre de 1948 et à fonder l’état.

 

Nous avons accueilli une immense vague de nouveaux immigrants, et c’est là que les problèmes ont commencé.

Au « déclenchement de l’état » comme nous disons souvent en plaisantant nous étions environs 650 000. Très rapidement plus d’un millions de nouveaux immigrants sont arrivés. Il ne s’agissait pas seulement des survivants de la Shoah mais surtout de Juifs venant de pays mulsulmans.  

 

Ceux qui hésitaient à venir y étaient fortement incités. En Irak les agents  des services secrets israéliens déposèrent des bombes dans certaines synagogues pour mieux convaincre les Juifs qu’il valait mieux partir.

 

Nous nous attendions à ce que ces nouveaux immigrants deviennent comme nous, si ce n’est immédiatement du moins en une génération. Cela ne s’est pas produit. Les « orientaux » avaient leur propre culture et leurs propres traditions et ils n’avaient absolument aucun  désir de devenir des “Sabras”.

 

L’espoir des gens comme Ben Gourion que le problème allait se résoudre en quelques années s’amenuisa jusqu’à disparaitre. AU contraire le le ressentiment et l’antipathie réciproque ne firent qu’augmenter. Aujourd’hui la troisième et quatrième génération le ressent plus que jamais.  

 

Et maintenant il il y le camp des «  Nationalistes religieux » ceux qui portent des kippas tricotées.  

 

Lorsque l’état fut créé tout le monde s’attendait à ce que la religion disparaisse. Le Nationalisme hébreu avait pris le dessus, la religion Juive est le propre de la diaspora et disparaitra en même temps que les vieillards qui lui sont encore attachés. On les traitait avec un léger mépris.

 

C’est le contraire qui s’est produit. Après la guerre de 1967qui amena les soldats Israéliens jusqu’aux anciens sites bibliques, l’esprit religieux se ranima. Cela donna naissance au mouvement des colons, qui s’empara des partis de droite devenant aujourd’hui la force principale dans la vie politique d’ Israël et prenant petit à petit le pouvoir dans notre toute puissante armée.

 

Les «  kippa tricotées » comme nous les appelons se différencient des orthodoxes qui forment une population séparée vivant dans leurs quartiers fermés, portant des chapeaux et des vêtements noirs. Eux rejettent le sionisme de façon globale mais utilisent leur pouvoir électoral pour obliger l’état à leur verser des allocations pour élever leurs nombreux enfants.  

 

Après la chute de l’Union Soviétique est arrivée une très importante vague d’immigration de Juifs Russes. Aujourd’hui un israélien sur cinq est un « Russe », en incluant tous ceux venant des différents pays de l’ex Union Soviétique.

La plupart d’entre eux haïssent tout ce qui peut être qualifié de socialiste ou de gauche et ont plutôt tendance à être d’extrême droite, nationaliste et m^me raciste.  

 

Si on ajoute les 20% de citoyens Israéliensqui   Arabes qui sont beaucoup plus intégrés qu’ils ne le pensent eux mêmes mais considérés comme des ennemis par beaucoup. Lors des matches de foootball il est fréquemment crié “Mort aux Arabes”.

 

Le rêve d’une nouvelle nation Hébreue unifiée et homogène est mort depuis longtemps. Aujourd’hui Israël est un pays très hétérogène, c’est plutôt une fédération de « secteurs » séparés qui ne s’apprécient guère : Ashkenazes, Orientaux, National Religieux, orthodoxes, « Russes », Arabes, chacun avec des subdivisions nombreuses.

 

Le seul lien unifiant la plupart de ces secteurs est l’armée où tout le monde sert ‘excepté les orthodoxies et les Arabes).

 

Et il y a bien entendu l’instance qui unifie tout le monde: La guerre.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.